Allez au contenu, Allez à la navigation

L'Afrique est notre avenir

29 octobre 2013 : L'Afrique est notre avenir ( rapport d'information )

B. ACCUEILLIR LES TALENTS

La France mène depuis des années une politique d'accueil de personnalités d'avenir, soit à travers le quai d'Orsay et son Programme d'invitation des personnalités d'avenir (PIPA), l'ENA, les grandes écoles militaires, mais également à travers des politiques de partenariats et d'échanges universitaires, notamment dans le domaine de la médecine.

Ces programmes ont fortement souffert ces dernières années de la diminution des crédits. Le programme PIPA, à titre d'illustration, est à la croisée des chemins. Apprécié tant par les postes diplomatiques que par les intéressés eux-mêmes, il doit faire face depuis 2011 à une réduction de 30% de ses moyens budgétaires.

Ces restrictions conduisent à sélectionner des profils de candidature sur la base de priorités géographiques ou sectorielles parmi lesquelles l'Afrique conserve une place de choix. Mais beaucoup plus pourrait être fait pour démultiplier l'effet de ces invitations, souvent judicieusement ciblées : réunions d'alumni en France ou sur le continent, animation de réseaux d'anciens invités et étudiants à leur retour dans leur pays.

De même, le dispositif « Quai d'Orsay/Entreprises », cofinance des bourses avec des entreprises françaises auxquelles leurs succès industriels et économiques, notamment dans les technologies de pointe, assurent une présence reconnue sur la scène internationale, à destination d'étudiant(e)s étrangers issus des meilleurs établissements d'études de leur pays d'origine.

Pour ouvrir à ces étudiant(e)s l'accès, dans les meilleures conditions possibles, à un cursus d'études supérieures dans un établissement d'enseignement supérieur français de renom, en lien direct avec le monde professionnel, le dispositif « Quai d'Orsay/Entreprises » propose aux entreprises des conventions de partenariat permettant d'associer les moyens du ministère des affaires étrangères à ceux du secteur privé, de Grandes écoles et universités françaises renommées.

Le ministère des affaires étrangères assure la coordination de ces partenariats, s'engage à l'étranger dans l'information en direction des meilleurs étudiants des établissements locaux sur chacun des programmes de bourses, apporte l'expertise de son réseau de coopération culturelle et scientifique, et attribue aux lauréat(e)s le statut de Boursier du Gouvernement français à travers la couverture sociale et les avantages qui s'y attachent (facilités de demande de visa, activités culturelles, etc.) ; il propose également aux boursiers des cours de français intensifs avant leur départ, dispensés dans leur pays d'origine au sein des Alliances françaises.

Ces initiatives en partenariat entre le dispositif public et les entreprises privées doivent être encouragées.

63) Redynamiser la politique d'accueil de personnalités d'avenir.

64) Développer le dispositif « Quai d'Orsay/Entreprises ».

65) Entreprendre une gestion dynamique du réseau des anciens élèves des Lycée français à l'étranger et des anciens boursiers etc.