Allez au contenu, Allez à la navigation

L'Afrique est notre avenir

29 octobre 2013 : L'Afrique est notre avenir ( rapport d'information )
3. La croissance est-elle anglophone ?

Il est devenu coutumier de dire que les trajectoires de croissance entre pays anglophones et pays francophones divergent fortement depuis quelques années.

Les pays anglophones connaîtraient une forte croissance alors que les pays francophones marqueraient le pas.

Un examen des données disponibles sur longues périodes semble démontrer que ces trajectoires de croissance, si elles sont fortement différenciées, ne sont pas nécessairement associées à des zones géographiques particulières, même si globalement les pays d'Afrique francophone semblent parfois plus en retrait.

Pays anglophones

Pays francophones

 

2010

2011

2012

 

2010

2011

2012

Afrique du sud

2,89

3,12

2,59

Benin

2,55

3,53

3,47

Ghana

8,01

14,39

8,18

Burkina Faso

7,89

4,16

6,99

Kenya

5,76

4,38

5,13

Burundi

3,79

4,19

4,20

Liberia

6,12

8,17

9,00

Cameroun

2,93

4,20

4,70

Malawi

6,53

4,35

4,31

Congo

8,75

3,42

4,93

Maurice

4,15

4,14

3,37

Côte d'Ivoire

2,39

- 4,73

8,13

Namibie

6,60

4,86

4,04

Gabon

6,61

6,64

6,11

Nigeria

7,98

7,36

7,07

Guinée

1,94

3,91

4,79

Ouganda

6,07

5,10

4,19

Madagascar

0,42

1,81

1,90

Rwanda

7,22

8,58

7,70

Mali22(*)

5,82

2,73

- 1,50

Sierra Leone

5,28

6,01

21,29

Niger

7,96

2,29

11,30

Tanzanie

7,04

6,45

6,51

RCA

3,00

3,30

4,10

Zambie

7,62

6,57

6,47

Sénégal

4,13

2,62

3,69

Zimbabwe

9,62

9,38

5,02

Tchad

12,98

1,76

7,32

       

Togo

4,00

4,87

5,03

La problématique des effets des hausses de prix des matières premières est aussi un élément à prendre en compte. Un reclassement des pays selon les richesses naturelles dont ils disposent permet de constater que les trajectoires de croissance, notamment entre pays producteurs de matières premières, se rapprochent et de tempérer une conclusion intuitivement formulée.

Dans les pays anglophones, la croissance est essentiellement portée par les pays producteurs de pétrole ou riches en ressources minérales. C'est le cas, notamment, du Ghana, du Nigeria et du Sierra Leone. On constate une tendance identique pour les pays francophones (Niger, Tchad et Gabon).

En zone francophone, la croissance a été fortement ralentie en raison des deux crises politiques majeures de 2011 en Côte d'Ivoire (- 4,73%) et de 2012 au Mali (- 1,50 %). Les trajectoires de croissance semblent, en zone anglophone êtres plus stables et moins sujettes aux chocs internes comme externes qu'en zone francophone.

Les principaux pays porteurs d'activité et de croissance en zone anglophone restent, classiquement, l'Afrique du Sud et le Nigéria. Le Ghana et le Kenya connaissent une montée en puissance constante et régulière de leur PIB. Les moteurs de la croissance en zone francophone restent la Côte d'Ivoire et le Cameroun, mais dans une mesure beaucoup plus modeste que celle des pays de niveau comparable comme le Ghana ou le Kenya.

Les pays ne disposant pas de ressources naturelles abondantes connaissent, selon leur zone linguistique, des taux de croissance très différents mais généralement au détriment des pays francophones.

Si l'on prend les prévisions pour 2013, elles s'élèvent à 6 % pour l'Afrique de l'Ouest, 6,1 % pour l'Afrique de l'Est, 5,1 % pour l'Afrique centrale et 4 % pour l'Afrique australe.

Les pays africains les plus performants en 2013 sont répartis sur l'ensemble du continent : Mozambique (8,4 %), Côte d'Ivoire (8 %), Libéria (8 %), Rwanda (7,6 %), Ghana (6,9 %), Ethiopie (6,5 %), Niger (6,2 %), Angola (6,2 %).

De même que les pays qui enregistrent les taux de croissance les plus faibles : Comores (3,5 %), Guinée (3,4 %), Afrique du Sud (2,8 %), Madagascar (2,6 %), Guinée équatoriale (-2,1 %).

Cette segmentation des trajectoires de croissance est davantage liée aux caractéristiques même des pays qu'à leur appartenance à une zone géographique.

Un des principaux déterminants reste celui des richesses naturelles, notamment des hydrocarbures, pétrole et gaz. A l'inverse, les crises politiques à répétition restent un facteur discriminant. Chaque sous-région compte ainsi des « lions » africains qui connaissent un fort dynamisme économique, mais également des Etats « faillis » qui continuent de souffrir des guerres civiles et de défaillances institutionnelles et démocratiques.

L'idée qu'il existerait une Afrique anglophone prospère face à une Afrique francophone sinistrée est donc largement infondée.

Il faut toutefois noter que le poids de l'Afrique anglophone est supérieur à celui de l'Afrique francophone, avec un rapport démographique triple : l'Afrique anglophone a atteint un PIB de près de 898 Md$ pour une population de plus de 480 millions d'habitants face à une Afrique francophone qui a un PIB de près de 163 Md$ pour un peu plus de 170 millions d'habitants.

En revanche, les niveaux de l'indice de développement humain (IDH 2011) montrent que les pays francophones sont « à la traîne », ce qui pourrait dénoter un manque de redistribution « inclusive » des gains de croissance dans ces pays.


* 22 Croissance 2012 reprise des analyses du Fond Monétaire International. Ce chiffre pourrait être révisé défavorablement pour la croissance malienne.