Allez au contenu, Allez à la navigation

Sur l'égalité entre hommes et femmes pour la justice climatique

12 octobre 2015 : sur l'égalité entre hommes et femmes pour la justice climatique ( rapport d'information )

N° 45

SÉNAT

SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016

Enregistré à la Présidence du Sénat le 12 octobre 2015

RAPPORT D'INFORMATION

FAIT

au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes (1) sur l'égalité entre hommes et femmes pour la justice climatique,

Par Mme Chantal JOUANNO,

Sénatrice.

(1) Cette délégation est composée de : Mme Chantal Jouanno, présidente, Mmes Corinne Bouchoux, Hélène Conway-Mouret, MM. Roland Courteau, Mathieu Darnaud, Mmes Joëlle Garriaud-Maylam, Brigitte Gonthier-Maurin, M. Alain Gournac, Mmes Christiane Kammermann, Françoise Laborde, Michelle Meunier, vice-présidents ; Mmes Jacky Deromedi, Danielle Michel, M. Cyril Pellevat, secrétaires ; Mmes Annick Billon, Maryvonne Blondin, Nicole Bonnefoy, Laurence Cohen, Chantal Deseyne, Marie-Annick Duchêne, M. Jean-Léonce Dupont, Mmes Anne Emery-Dumas, Dominique Estrosi Sassone, M. Alain Fouché, Mmes Catherine Génisson, Éliane Giraud, Colette Giudicelli, M. Jean-Pierre Godefroy, Mme Sylvie Goy-Chavent, M. Alain Houpert, Mme Mireille Jouve, M. Marc Laménie, Mmes Claudine Lepage, Vivette Lopez, Marie-Pierre Monier et M. Philippe Paul.

FEMMES ET LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Synthèse des informations recueillies au cours de la table ronde du 25 juin 2015

L'apport des femmes à la préservation de l'environnement et le lien étroit entre développement durable et réduction des inégalités entre femmes et hommes sont connus depuis de nombreuses années.

En 1992 déjà, lors du Sommet de la terre de Rio, le « rôle vital » des femmes dans la gestion de l'environnement et dans le développement était inscrit dans l'Agenda 21 des femmes pour une planète en bonne santé et en paix, qui admettait comme aspects décisifs du développement durable l'alphabétisation des femmes, la lutte contre leur pauvreté, la reconnaissance des droits procréatifs et leur participation aux processus de décision.

En 1995, lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, à Pékin, l'environnement a été identifié comme l'un des douze « domaines critiques » justifiant des engagements spécifiques des États pour faire progresser les droits des femmes. Partant du principe que « les femmes ont un rôle important à jouer dans la promotion du développement durable », le Programme d'action de Pékin appelait à la définition d'un « nouveau modèle de développement qui mette l'accent à la fois sur la durabilité de l'environnement, sur l'égalité des sexes et sur la justice non seulement entre membres d'une même génération, mais d'une génération à l'autre ».

La gravité du changement climatique rend plus que jamais nécessaire la prise en compte systématique des droits humains et, tout particulièrement, des droits des femmes, dans les indispensables mesures d'adaptation et d'atténuation.

Or, vingt ans après la Conférence de Pékin et à quelques semaines de la Conférence de Paris sur le climat, qui aura lieu en décembre 2015, on s'aperçoit que ce modèle de développement fondé sur l'égalité des sexes est loin d'être atteint.

Les discriminations faites aux femmes dans le monde sont nombreuses : elles concernent tant l'économie, l'accès aux décisions politiques et la santé, que les violences. « Les femmes gagnent moins que les hommes et sont plus susceptibles d'occuper des emplois peu qualifiés. Un tiers des femmes subissent des violences physiques ou sexuelles au cours de leur vie. Chaque jour dans le monde, 800 femmes meurent pendant leur accouchement à cause d'inégalités en matière de droits reproductifs et d'accès aux soins de santé »1(*). Les femmes « effectuent les deux tiers des heures travaillées au niveau mondial, pour 10 % seulement du revenu mondial »2(*). Elles ont des besoins de santé spécifiques, liés essentiellement à la maternité, qui renforcent leur fragilité, a fortiori dans les périodes de crises (guerres, déplacements de populations, catastrophes naturelles...).

Quant à l'influence susceptible d'être exercée par les femmes dans le développement durable, du fait par exemple de leurs responsabilités familiales et de leur rôle dans l'approvisionnement des ménages en eau et en énergie, elle est limitée par un accès restreint aux richesses, à la propriété foncière, à l'éducation, aux technologies et au pouvoir.

Des signaux encourageants se manifestent pourtant, comme par exemple la mention de l'égalité des sexes et de l'autonomisation de toutes les femmes et les filles dans la liste des 17 objectifs de l'ONU pour le développement durable qui figure dans le Plan d'action défini en septembre 2015 pour éliminer l'extrême pauvreté, améliorer la santé et l'éducation et limiter les dégâts du réchauffement climatique au cours de la période 2015-2030.

Ainsi que le soulignait le 27 septembre 2015 le secrétaire général de l'ONU, en appelant les dirigeants du monde à faire de l'égalité des sexes une priorité dans leurs pays respectifs, car l'égalité conditionne la réussite des Objectifs de développement durable : « Nous ne pourrons pas réussir notre programme de développement durable à l'horizon 2030 sans accorder à la moitié de la population du monde des droits égaux et complets, dans la loi et dans la pratique »3(*).

Il est donc indispensable que l'égalité entre femmes et hommes et la prise en compte des conséquences pour les femmes des changements climatiques soient une dimension spécifique de la COP 21 qui s'ouvrira dans quelques semaines à Paris.

Afin d'apporter sa contribution aux réflexions du Sénat sur la COP 21, la délégation aux droits des femmes a souhaité rassembler des représentants d'associations et d'institutions impliquées dans la lutte contre le réchauffement climatique. L'objectif était d'entendre leurs points de vue sur ce thème, afin d'en tirer les conséquences dans la perspective de l'accord qui sera adopté à Paris en décembre 2015.

Une table ronde organisée au Palais du Luxembourg le 25 juin 2015 a donc rassemblé, autour de ces représentants, des membres de la délégation aux droits des femmes et du groupe de travail du Sénat sur le suivi des négociations climatiques internationales. À cette table ronde ont été associées Catherine Coutelle, présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, et Danielle Bousquet, présidente du Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE|fh).

Il était important que les deux délégations parlementaires aux droits des femmes et le Haut conseil à l'égalité témoignent ensemble, par la voix de leurs présidentes, de leur implication dans la lutte contre le changement climatique et de leur unanimité face à l'urgence et à la gravité des problèmes environnementaux actuels.

Cette convergence de vues s'est concrétisée, le 16 octobre 2015, par la remise d'un appel des trois présidentes du HCE|fh et des délégations parlementaires aux droits des femmes intitulé « Soutenir la cause des femmes : pourquoi nous nous engageons » 4(*) à Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du développement international, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, et Pascale Boistard, secrétaire d'État aux droits des femmes. À cet appel était joint un plaidoyer en faveur de l'intégration, dans l'accord issu de la COP 21, de l'autonomisation des femmes et de l'égalité entre les femmes et les hommes5(*).

Les constats exposés lors de la table ronde du 25 juin 2015 relèvent de l'évidence pour tous ceux qui, issus de la société civile ou responsables d'institutions nationales ou internationales, sont impliqués dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pourtant, le lien particulier entre le renforcement de l'autonomie et des droits des femmes et la lutte contre le réchauffement climatique n'est toujours pas universellement reconnu ; il demeure même largement ignoré.

Ce rapport présente une synthèse des informations recueillies au cours de cette table ronde. Les échanges qui ont eu lieu le 25 juin 2015, dont le compte rendu figure en annexe, ont non seulement confirmé la pertinence d'une approche des changements climatiques intégrant les droits humains, mais ont aussi montré que, premières victimes des changements climatiques, les femmes sont aussi les plus à même de porter des solutions d'avenir pour les pays les plus vulnérables : elles doivent être reconnues comme actrices à part entière de la lutte contre le réchauffement climatique. Il est donc urgent et impératif d'intégrer leurs priorités dans les négociations internationales sur le climat.

Ce rapport comporte en annexe le texte de la contribution de la délégation aux droits des femmes à la proposition de résolution qui sera examinée par le Sénat le 16 novembre 2016, sous réserve de son dépôt et de l'information préalable du Gouvernement, en vue du Sommet de Paris.

La proposition de résolution dont le Sénat devrait débattre en séance publique vise à « affirmer le rôle déterminant des territoires pour la réussite d'un accord mondial ambitieux sur le climat ».

Le texte élaboré par la délégation aux droits des femmes lors de sa réunion du 8 octobre 2015 sera soumis au groupe de travail du Sénat pour le suivi des négociations climatiques internationales6(*). Il invite le Sénat à former le « souhait que l'égalité entre hommes et femmes soit reconnue comme une dimension fondamentale de l'accord de Paris et de l'agenda des solutions qui sera élaboré au cours de la COP 21 ».

Les informations recueillies lors de la table ronde du 25 juin 2015 l'ont confirmé : un bon accord sur le climat fera progresser l'égalité entre les femmes et les hommes.

De manière générale, le lien entre femmes et climat est tellement fort que lutter pour le climat, c'est améliorer la situation des femmes, de même qu'en améliorant la situation des femmes, on oeuvre en faveur du climat...

Une nouvelle prise de conscience est donc nécessaire : l'égalité est une condition de la justice climatique.

1. Une évidence à rappeler : le lien entre changements climatiques et droits humains

La dimension humaine des changements climatiques est désormais bien connue. La montée du niveau de la mer, les aléas climatiques et la multiplication des catastrophes naturelles, les variations des précipitations, la multiplication d'épisodes de sécheresse, l'aggravation de l'érosion, les hausses de température et l'acidification des océans sont autant de menaces qui pèsent sur l'habitat, la sécurité alimentaire, la santé et l'accès à l'eau potable de millions de personnes (lors de la table ronde du 25 juin 2015, la représentante d'ONU Femmes-France a rappelé sur ce point que 748 millions de personnes vivaient aujourd'hui sans eau propre dans le monde).

Ainsi que le relève l'association Care, les changements climatiques « ont exacerbé la pauvreté des personnes vulnérables à travers le monde - et continueront à le faire - alors même que ces personnes sont les moins responsables des émissions de gaz à effet de serre à l'origine de ces changements »7(*).

Le dérèglement du climat a des conséquences économiques et sociales profondes : il affecte les cours des matières premières et les ressources de ceux qui en vivent, altère la qualité des sols, compromet les revenus tirés du tourisme et limite l'accès aux ressources de la pêche et de l'agriculture pour les plus démunis. Il rend la nourriture chère et difficile d'accès pour les populations les plus fragiles et affecte directement leurs moyens de subsistance et leur santé. À titre d'exemple, les effets conjugués, sur les cultures, de l'élévation de la température et de la prolifération d'insectes (celle-ci se produit dans des proportions inédites), contribuent au développement de maladies qui détruisent les plants et altèrent la santé humaine.

Quant aux phénomènes météorologiques extrêmes et aux catastrophes naturelles, ils sont à l'origine de déplacements de populations et des fléaux qui les accompagnent de manière, hélas, classique : épidémies, dommages matériels, perturbations de l'accès aux soins et à l'éducation, violences...

Pour les pays directement touchés par les changements climatiques, le constat est aussi celui d'une difficulté d'adaptation croissante : un rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement relevait en novembre 2014 que les coûts d'adaptation pour ces pays seraient de deux à trois fois supérieurs aux coûts précédemment envisagés8(*).

Les droits concernés par les changements climatiques - éducation, santé, sécurité, logement, accès aux ressources élémentaires (eau potable, nourriture) - concernent donc tous les aspects de la vie humaine.

De ce fait, les politiques climatiques seront d'autant plus efficaces qu'elles prendront en compte cette dimension humaine et qu'elles seront conçues, mises en oeuvre, suivies et contrôlées « de manière à protéger la jouissance complète et effective des droits de l'homme » et « se focaliser sur les populations qui souffrent des changements climatiques de manière disproportionnée, et attirer davantage l'attention sur [...] les inégalités, discriminations et l'exclusion »9(*).

Ainsi que l'a relevé le 25 juin 2015 Danielle Bousquet, présidente du HCE|fh, les négociations internationales sur le climat sont longtemps restées « très interétatiques, économiques et techniques, omettant le pilier humain, social, du développement durable ». Un tournant s'est manifesté lors de la COP 18 de Doha, avec la décision de tenir une « journée du genre » dans les sessions à venir : dans cet esprit, un programme de travail sur le genre a été adopté à Lima en 2014.

2. Les femmes, premières victimes du réchauffement climatique

Les ONG et institutions entendues le 25 juin sont unanimes : les femmes - et les filles - supportent l'essentiel des conséquences des changements climatiques.

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) avait, dès 2007, noté dans son quatrième rapport d'évaluation que les conséquences des changements climatiques variaient selon le sexe, l'âge et la classe sociale et que les populations pauvres étaient les plus directement touchées.

Or, comme toutes les intervenantes l'ont relevé le 25 juin lors de la table ronde, une très grande majorité des pauvres de la planète sont des femmes. 70 % des personnes subsistant avec moins de un dollar par jour sont des femmes. Les femmes possèdent moins de 1 % des ressources du monde. Ce constat de la surreprésentation des femmes parmi les personnes les plus démunies n'est d'ailleurs pas, il faut insister sur ce point, une spécificité des pays en développement.

La marginalisation économique des femmes a été commentée à plusieurs reprises au cours de la table ronde du 25 juin 2015 comme l'une des causes de la pérennisation de la pauvreté des femmes.

L'agriculture en fournit une manifestation éclairante.

Les agriculteurs sont, pour une proportion importante, des agricultrices : les femmes représentent entre 45 et 80 % des petits agriculteurs dans le monde, 70 % des agriculteurs en Afrique sont des femmes. Certains produits agricoles sont produits à 90 % par des femmes10(*). Pourtant, les femmes possèdent 2 % seulement des terres.

Selon la représentante d'OXFAM, « lorsqu'elles sont propriétaires, il s'agit souvent de terres peu fertiles, éloignées des marchés locaux » ; les femmes étant exclues des coopératives agricoles, elles produisent surtout pour la consommation familiale et non pour les marchés. Il en résulte selon elle un paradoxe : « la production alimentaire est dans sa grande majorité le fait des femmes, mais les femmes sont marginalisées, voire exclues des discussions et des politiques publiques concernant l'agriculture et la sécurité alimentaire ».

Diverses interventions ont souligné que les femmes exerçant une activité agricole avaient moins accès que les hommes aux engrais et aux machines ; le rendement des terres cultivées par des femmes est donc nettement inférieur (l'écart serait de 30 à 40 %, selon la représentante de l'UNESCO).

L'accès limité des femmes au crédit et aux ressources financières est une autre cause de leur exclusion économique. Moins de 5 % des prêts bancaires attribués dans le monde sont destinés à des femmes, avec des conséquences évidentes sur l'accès aux technologies et à la propriété des terres. Il en résulte une moindre capacité d'adaptation aux changements climatiques : cet aspect de l'exclusion des femmes a été soulevé à de multiples reprises au cours de la table ronde du 25 juin 2015.

Une autre manifestation de l'insuffisante autonomie des femmes et de leur vulnérabilité aux changements climatiques réside dans le fait qu'elles sont plus dépendantes des ressources naturelles pour leur subsistance. Or, les changements climatiques, a rappelé la représentante d'OXFAM, ont une incidence négative évidente sur les cultures, les forêts, les poissons et les ressources en eau nécessaires à l'irrigation.

Quant aux conséquences du réchauffement climatique sur la santé des femmes, elles apparaissent par exemple à travers leur exposition à la pollution de l'air domestique, accentuée par l'utilisation d'énergies polluantes pour la cuisson des aliments et le chauffage. La représentante de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a ainsi relevé que, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 4,3 millions de personnes meurent chaque année prématurément de maladies imputables à la pollution de l'air domestique liée à l'utilisation de combustibles solides : or la majorité d'entre elles sont des femmes.

Le réchauffement climatique induit aussi des effets négatifs sur l'accès des filles à l'instruction. Ainsi que l'ont noté plusieurs intervenantes, la sécheresse contraint les femmes à des trajets de plus en plus longs pour aller chercher l'eau : cette tâche de plus en plus prenante (de même que la quête de bois de chauffe indispensable à la cuisine et à la toilette)11(*) nécessite la contribution des jeunes, et plus particulièrement des filles, et s'accompagne de leur déscolarisation.

De ce fait se trouve aggravée une autre cause de marginalisation : les femmes représentent les deux tiers des personnes illettrées dans le monde. Comme l'a souligné la représentante de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), 39 millions de filles âgées de 11 à 15 ans ne sont pas scolarisées : les conséquences à terme en matière de dépendance et d'exclusion sont évidentes, de même que l'impossibilité pour ces femmes d'avoir accès à une méthode de contrôle des naissances.

La vulnérabilité particulière des femmes aux changements climatiques apparaît de manière très claire lors des catastrophes naturelles, dont une proportion importante semble résulter des dérèglements du climat. La grande majorité des victimes d'une catastrophe naturelle d'origine climatique sont des femmes (selon ONU Femmes, 70 % des personnes qui ont péri lors du tsunami de 2004 en Asie étaient des femmes) ; elles connaîtraient un taux de surmortalité cinq fois supérieur à celui des hommes en cas de catastrophe naturelle12(*) : ce point a été mis en évidence à plusieurs reprises lors de la table ronde. Selon Catherine Coutelle, présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, les causes de cette fragilité spécifique résident notamment dans les responsabilités familiales qui incombent principalement aux femmes et dans leur accès insuffisant à la technologie et aux outils d'alerte et d'information. Un rapport cité par ONU Femmes relève également que les victimes féminines de catastrophes naturelles sont généralement plus jeunes que les victimes masculines13(*).

Les phénomènes migratoires, accrus par les changements climatiques et par les catastrophes naturelles qui se généralisent, témoignent également des conséquences particulièrement dramatiques des changements climatiques pour les femmes.

La représentante d'ONU Femmes-France a, le 25 juin 2015, estimé que le dérèglement climatique pourrait se traduire par le déplacement de 50 à 200 millions de personnes à l'échéance de 2050.

80 % des réfugiés dans le monde à cause de conflits sont des femmes et des enfants. Il est malheureusement constaté que les femmes, lors des déplacements de populations, sont doublement vulnérables en raison des violences qu'elles subissent dans ces circonstances (la représentante d'ONU Femmes-France a imputé ce fait, entre autres causes, au manque d'espace privé dans les zones de réinstallation) et de leur particulière fragilité en matière de santé. Si une proportion équivalente de femmes est confirmée s'agissant des « réfugiés climatiques », les déplacements de populations liés au dérèglement climatique contribueront à rendre encore plus vulnérables de très nombreuses femmes.

Il faut insister sur ce point : comme l'a montré la représentante de l'UNESCO, la plus grande vulnérabilité des femmes aux changements climatiques ne tient pas à des caractéristiques biologiques ou physiques, mais à des inégalités entre les hommes et les femmes inscrites dans l'ordre social, voire inscrites dans la loi : « La plus grande vulnérabilité des femmes, c'est sans doute d'être à la marge de nombreuses sociétés ».

3. Les femmes, actrices du développement durable et porteuses de solutions contre le dérèglement climatique

Le fait que les changements climatiques aient des conséquences spécifiques et particulièrement graves pour les femmes leur permet, à l'inverse, d'être porteuses de solutions dans la lutte contre le dérèglement climatique.

Le rôle essentiel des femmes dans le domaine agricole a été évoqué précédemment. Or, et ce point a été relevé à plusieurs reprises au cours de la table ronde du 25 juin 2015, il en résulte une très bonne connaissance de leur environnement qui permet aux femmes, selon la représentante d'OXFAM, de mettre en place des stratégies d'adaptation, par exemple « en modifiant les dates des semences ou en plantant différentes variétés de culture pour sécuriser les productions en cas de catastrophe naturelle ». Dans le même esprit, la représentante de l'OCDE a noté combien les femmes pouvaient être de « puissants agents de changement et des partenaires indispensables dans le développement de stratégies d'adaptation et de gestion des ressources naturelles ».

Cette capacité est d'ailleurs renforcée par leur accès limité aux technologies dans le domaine agricole : ainsi que l'a souligné la représentante de l'UNESCO, « Les femmes doivent davantage compter sur leur connaissance de l'environnement et de la biodiversité locale pour cultiver une terre peu fertile ».

Attribuer des aides aux agricultrices renforcerait la sécurité alimentaire : la représentante d'OXFAM a cité un rapport de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) montrant que si les femmes avaient accès aux mêmes ressources que les hommes dans le domaine agricole, elles pourraient augmenter leur production de 20 à 30 %. La FAO montre en effet, dans La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture, publié en 2011, que si les femmes accédaient comme les hommes aux technologies, à l'instruction, aux marchés, aux services financiers et à la terre, l'augmentation de la production agricole qui en résulterait permettrait de réduire la proportion de personnes souffrant de la faim dans le monde de 12 à 17 % (ce qui représente 100 à 150 millions d'êtres humains sur une population estimée à l'époque à 925 millions, dont 906 dans les pays en développement) et d'accroître la production agricole des pays en développement de 2,5 à 4 %. Ce rapport confirme aussi que le rendement inférieur des parcelles exploitées par les femmes est dû non pas à des différences d'efficacité ou de compétence, mais au fait que les femmes ne disposent pas des mêmes ressources.

La présidente pour la France de Women in Europe for a better future (WECF) a cité l'exemple de la culture de l'arganier au Maroc pour illustrer l'atout que peuvent représenter les femmes dans la recherche de solutions contre les changements climatiques.

Au Maroc, la culture de l'arganier contribue à prévenir la désertification ; or cette culture a toujours été confiée aux femmes qui disposent donc dans ce domaine d'un savoir ancestral : soutenir les femmes dans cette tâche aurait donc à la fois pour effet de maintenir une activité économique, de préserver les moyens de subsistance de trois millions de personnes et d'endiguer la désertification d'un territoire.

Des initiatives comparables existent au Kenya où une campagne de reboisement montre la part des femmes dans la lutte pour le développement durable, et au Népal où des comités locaux de gestion des forêts, dans lesquels les femmes jouent un rôle important, contribuent au combat contre la déforestation.

Il faut le marteler, car ce fait n'est pas universellement connu, les femmes sont, partout dans le monde, porteuses de solutions pour un développement durable : Catherine Coutelle a rappelé à titre d'exemple la campagne de reboisement conduite en 2004 au Kenya par Wangari Maathai, première femme africaine à recevoir le Prix Nobel de la paix.

En d'autres termes, « Les femmes ont du génie », elles sont capables de créer de « nouvelles chaînes de valeurs » et sont des actrices « dynamiques et innovantes » du changement, ainsi que le relevait Michaëlle Jean, secrétaire générale de la Francophonie, le 16 octobre 2015, lors de la remise au ministère des Affaires étrangères, dans la perspective de la COP 21, de l'appel Soutenir la cause des femmes : pourquoi nous nous engageons, évoqué précédemment.

Par ailleurs, le rôle particulier des femmes dans les soins apportés aux proches font qu'elles assument partout dans le monde des responsabilités importantes dans les choix quotidiens de consommation : c'est d'elles que dépend l'expansion d'un modèle de consommation courante respectueuse du développement durable.

Selon la représentante de l'UNESCO, les sondages montrent que les femmes sont davantage que les hommes concernées par le développement durable et qu'elles semblent faire preuve d'une meilleure volonté que les hommes pour adapter leur comportement quotidien au changement climatique. Leurs choix de transport, privilégiant davantage les transports en commun, en sont une illustration.

4. Une dimension à prendre impérativement en compte dans la définition des solutions : un bon accord sur le climat intègrera les droits des femmes

Toutes les intervenantes ont insisté sur ce point : le thème de la place des femmes doit être le plus visible possible lors de la COP 21.


· Il est important de sensibiliser les négociateurs et les décideurs politiques à la nécessité de prendre en compte la contribution des femmes à la lutte contre le changement climatique dans les différents volets de l'accord de Paris : cette exigence a été relevée à plusieurs reprises au cours de la table ronde du 25 juin. Comme l'a souligné la représentante d'ONU Femmes-France, l'égalité doit être un « principe central, directeur et transversal de l'accord » ; « les droits des femmes devront figurer dans chaque partie opérationnelle du texte ». Plusieurs intervenantes ont exprimé le souhait que la mention de l'égalité figure non seulement dans le préambule, mais aussi dans les chapitres opérationnels et dans l'agenda des solutions défini à la COP 21.

Selon la présidente pour la France de WECF, l'accord de Paris doit « garantir la pleine participation des femmes à des processus décisionnels, du local au global ».

Il est crucial de rappeler cette nécessité, car comme le soulignait Marisol Touraine le 16 octobre 2015 lors de la remise au ministère des Affaires étrangères de l'appel Soutenir la cause des femmes : pourquoi nous nous engageons, un tiers seulement des contributions nationales à la COP 21 déposées à ce jour mentionnent l'égalité entre hommes et femmes comme principe directeur du futur accord de Paris.


· L'accès aux financements des projets de développement intéressant les femmes a été pointé par toutes les intervenantes comme une question décisive devant figurer dans le texte de l'accord. La présidente pour la France de WECF a insisté sur la nécessité de garantir des financements publics pour s'assurer que les groupes les plus démunis, dont les femmes, en soient bénéficiaires. L'OCDE procède à un suivi des financements alloués à la promotion de l'égalité entre femmes et hommes et des droits des femmes et attache une grande importance à l'intégration de l'égalité dans le financement des projets concernant la lutte contre le dérèglement climatique. Cette démarche, exposée lors de la table ronde du 25 juin 2015, doit être saluée.


· Le soutien des savoir-faire traditionnels et des pratiques autochtones a été présenté au cours de la table ronde du 25 juin 2015 comme un moyen de permettre la réduction des émissions de gaz à effet de serre, tout en encourageant un développement respectueux des besoins locaux et la mise en oeuvre de mesures d'atténuation et d'adaptation durables.

Or ces savoir-faire, a relevé la représentante d'OXFAM, sont souvent préservés par les femmes... Par ailleurs, l'une des clés du succès de la COP 21 réside, selon la représentante de WECF France, dans la possibilité pour les populations de s'approprier les mesures d'atténuation et d'adaptation, ce qui suppose que ces mesures soient respectueuses des droits humains.


· S'agissant des programmes d'aide à l'atténuation, la représentante de l'OCDE a pour sa part déploré que ces programmes ne prennent en compte la notion d'égalité hommes-femmes qu'à raison de 15 % (la proportion est selon elle nettement plus favorable s'agissant de l'aide en faveur de l'adaptation : 49 %). La diminution sensible de la proportion de l'aide publique au développement destinée à l'atténuation constatée entre 2010 et 2012, alors que pendant la période les moyens affectés à l'adaptation progressaient, pose selon elle un problème.

Parmi les mesures d'atténuation intégrant la dimension du genre et qui devraient être considérées comme exemplaires, elle a mentionné la distribution de réchauds de cuisine non polluants : cette initiative peu onéreuse pourrait contribuer à limiter les émissions de gaz à effet de serre tout en améliorant la santé des femmes. Ce type de projet doit être privilégié parce qu'il est de nature à ouvrir aux femmes des perspectives d'emploi et des opportunités économiques appréciables.

Dans le même ordre d'idée, la présidente pour la France de WECF a cité un projet géorgien visant la construction de fours et de chauffe-eau solaires : ce projet exemplaire permettait, selon elle, non seulement de contribuer à la réduction des émissions de CO2, mais aussi d'améliorer les conditions de vie de nombreuses femmes et de créer des emplois au niveau local, dont elle a estimé que plus de la moitié pourraient bénéficier à des femmes. La représentante d'ONU Femmes-France a pour sa part cité un programme d'assemblage de lampes solaires en Inde permettant, dans une logique comparable, d'éviter la consommation d'environ 160 000 litres de kérosène par an.

Il est donc impératif de tirer les conséquences de ce constat dans les paragraphes de l'accord concernant les transferts de technologie, qui doivent privilégier les technologies simples et accessibles aux plus démunis.


· L'intérêt qui s'attache à l'élaboration de statistiques sexuées concernant l'aide au développement a été évoqué à plusieurs reprises. Il est en effet important que des indicateurs chiffrés sur les femmes dans l'aide publique au développement soient à la disposition des décideurs, non seulement pour mieux orienter cette aide en fonction des besoins spécifiques des femmes et pour mieux prendre en compte sa contribution à l'égalité et à l'autonomisation des femmes, mais aussi pour favoriser un contrôle plus efficace de la mise en oeuvre de l'accord qui sera arrêté à Paris.

Un exemple concret et éclairant a été relevé à cet égard, s'agissant de l'aide publique au développement française, par Catherine Coutelle, qui a noté combien il serait utile de savoir, lors de la construction d'une école financée par l'Agence française de développement (AFD), combien de filles pourront y être scolarisées.


· Ces progrès passent par une plus forte présence des femmes dans les négociations internationales sur le climat. À cet égard, la représentante d'ONU Femmes-France a relevé que des engagements concrets sur la participation des femmes aux négociations, jusqu'alors très discrète, étaient apparus avec la COP 18 de Doha.

Pourtant, la participation des femmes aux délégations nationales plafonne, selon Catherine Coutelle, à 30 %, ce qui est insuffisant compte tenu de leur rôle potentiel dans la recherche de solutions. Marisol Touraine a fait observer, lors de la manifestation du 16 octobre 2015 au ministère des Affaires étrangères, précédemment évoquée, que le nombre de femmes dans les délégations avait stagné entre la COP 19 et la COP 20.

Au cours de la table ronde du 25 juin 2015, la représentante de l'OCDE a cité en exemple une initiative de la Finlande qui a mis en place un Fonds pour les femmes déléguées, afin de promouvoir la participation accrue de femmes des pays en développement aux négociations climatiques internationales et de financer des formations à des femmes issues de la société civile. Depuis 2009, ce fonds, auquel participe aussi l'Islande, a permis à 42 femmes déléguées de prendre part aux négociations et à plus de 250 femmes de suivre des formations. De telles initiatives mériteraient un soutien d'autant plus large que, comme l'a souligné la représentante de l'OCDE, plus de 45 % des femmes soutenues par ce fonds étaient les seules femmes de leur délégation...


· Un autre point de vigilance doit être, selon les représentantes de WECF et d'ONU Femmes-France, la présence de nombreuses femmes de la société civile à Paris en décembre 2015 et, de manière générale, la participation de nombreuses femmes de la société civile aux négociations climatiques, à tous les échelons (local, national et international). Cette priorité suppose de contribuer au financement des dépenses qu'impliquent pour les ONG les déplacements de leurs déléguées.


· Par ailleurs, la représentante de l'UNESCO a constaté que, le monde ayant besoin de plus de scientifiques « pour répondre au défi du changement climatique et pour soutenir le développement durable, laisser de côté la moitié des scientifiques de la planète n'a aucun sens et va à l'encontre des droits humains. » L'un des vecteurs de progrès réside donc dans un accès renforcé et encouragé des jeunes filles aux études et aux carrières scientifiques et aux postes de responsabilité dans le domaine des sciences, ce qui suppose, dans ce domaine comme souvent lorsqu'il est question de droits des femmes, une lutte déterminée contre les stéréotypes...

5. Les recommandations de la délégation pour que l'égalité contribue à la justice climatique

Une conclusion s'impose pour la délégation : le renforcement des droits des femmes et leur autonomisation sont une condition de l'efficacité des mesures destinées à tenter d'atténuer les conséquences des changements climatiques.

Ce constat implique de promouvoir partout dans le monde le partage des ressources et l'accès des femmes à la terre, aux technologies, au crédit, à l'éducation, à l'emploi, aux soins et à la maîtrise de leur fécondité.

L'égalité entre hommes et femmes doit donc être une dimension importante et renforcée de la politique d'aide au développement.

La délégation formule les recommandations suivantes pour accroître la place des femmes et des filles dans l'aide au développement et pour prendre en compte l'égalité entre hommes et femmes dans la lutte contre les changements climatiques et en vue de la COP 21 :

a) Cinq recommandations pour accroître la place des femmes et des filles dans l'aide au développement :

Recommandation n° 1. - L'accès aux financements des projets de développement intéressant les femmes doit être privilégié. Le renforcement de l'aide publique au développement est une priorité pour la France.

Recommandation n° 2. - Le soutien des savoir-faire traditionnels doit être renforcé dans la mise en oeuvre des mesures d'adaptation et d'atténuation, car cette orientation met en valeur les compétences des femmes.

Recommandation n° 3. - La mise en oeuvre de projets de développement impliquant des femmes et leur ouvrant des perspectives économiques, s'agissant notamment de leur accès aux technologies, doit être encouragée.

Recommandation n° 4. - Les projets mis en oeuvre dans le cadre de l'aide au développement, notamment ceux concernant le développement durable, doivent être accompagnés systématiquement de statistiques sexuées permettant d'évaluer leur impact sur la situation des femmes et des filles ;

Recommandation n° 5. - Il est impératif de continuer à encourager l'accès des filles, partout dans le monde, aux filières de formation scientifique et aux carrières scientifiques et de privilégier l'accès des femmes à l'expertise scientifique, notamment dans le domaine de la climatologie.

b) Quatre recommandations pour prendre en compte l'égalité entre hommes et femmes dans la lutte contre les changements climatiques et dans le cadre de la COP 21 :

Recommandation n° 6. - Le renforcement de la présence des femmes dans les négociations climatiques internationales, sans oublier les femmes de la société civile, doit être une priorité ;

Recommandation n° 7. - Une prise en compte systématique des besoins des femmes dans la définition des politiques et des programmes concernant la lutte contre le changement climatique est impérative ;

Recommandation n° 8. - La participation au Sommet de Paris de délégations comprenant un nombre significatif de femmes et de nombreuses femmes de la société civile doit être une dimension importante de la COP 21 ;

Recommandation n° 9. - Il est impératif d'intégrer la dimension de l'égalité entre femmes et hommes dans les deux aspects de la lutte contre le changement climatique (adaptation et atténuation) et dans les mécanismes de financement, ainsi que dans les différents volets de l'accord de Paris : non seulement dans le préambule, mais aussi dans les chapitres opérationnels et dans l'agenda des solutions qui sera défini lors de la COP 21.


* 1 Le programme d'action de Beijing : inspirations d'hier et d'aujourd'hui. http://beijing20.unwomen.org/fr/about

* 2 Rapport du Parlement européen : Les femmes et le changement climatique, Commission des droits de la femme, rapporté par Nicole Kiil-Nilsen en 2012).

* 3 www.un.org/sustainabledeveloppement/fr/2015/09/27

* 4 Le texte de cet appel est annexé au présent rapport.

* 5 Lien vers le plaidoyer « Les femmes, actrices de la lutte contre le dérèglement climatique » : http://apf.francophonie.org/IMG/pdf/11.plaidoyer_sur_l_autonomisation_des_femmes_et_les_enjeux_climatiques.pdf

* 6 Dans cet esprit, la résolution adoptée par le Parlement européen le 14 octobre 2015 Vers un nouvel accord international sur le climat à Paris rappelle dans ses considérants « que les parties [...] ont décidé [...] d'adopter un objectif d'équilibre entre les femmes et les hommes au sein des organes créés en vertu de la convention et du protocole de Kyoto, afin d'améliorer la participation des femmes et d'élaborer une politique plus efficace en matière de changement climatique qui réponde de la même manière aux besoins des femmes et des hommes » et « prie instamment la Commission et les États membres de veiller à ce que l'accord de Paris reconnaisse que le respect, la protection et la promotion des droits de l'homme, et plus particulièrement l'égalité entre les femmes et les hommes, la participation pleine et égale des femmes et la promotion d'une transition juste pour la population active qui crée des emplois décents et de qualité, sont indispensables pour assurer le succès de l'action en faveur du climat à l'échelle mondiale ».

* 7 Care International, « Changement climatique : relever le plus grand défi de notre temps en matière de droits de l'homme » ; Recommandations pour une action efficace liée aux changements climatiques et aux droits de l'homme, 2015.

* 8 PNUE, Rapport sur l'écart entre les besoins et les perspectives en matière d'adaptation, novembre 2014.

* 9 Care International, op. cit.

* 10 Ces données figurent dans le rapport du Parlement européen précité (Les femmes et le changement climatique, Commission des droits de la femme, rapporté par Nicole Kiil-Nilsen en 2012).

* 11 La représentante de l'OCDE a rappelé, au cours de la table ronde du 25 juin 2015, que 90 % des tâches liées à la collecte de l'eau et du bois étaient en Afrique assurées par les femmes.

* 12 Rapport précité du Parlement européen sur les femmes et le changement climatique.

* 13 L'égalité des sexes et l'autonomisation de la femme dans le contexte des catastrophes naturelles, Rapport du secrétaire général (E/CN.6/2014/13). Le risque de décès lors d'une catastrophe naturelle serait 14 fois plus élevé pour les femmes et les enfants, selon le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes.