Allez au contenu, Allez à la navigation

Innovation et changement climatique : l'apport de l'évaluation scientifique et technologique

9 novembre 2015 : Innovation et changement climatique : l'apport de l'évaluation scientifique et technologique ( rapport de l'opecst )

QUELLES CONDITIONS POUR LA MULTIPLICATION ET LE SUCCÈS DES INNOVATIONS FRUGALES ?

M. Jean-Marc Bournigal, président de l'Irstea, vice-président de l'Alliance nationale de recherche pour l'environnement (AllEnvi). L'innovation frugale, c'est, par exemple, l'alimentation en énergie solaire des foyers en zones rurales en Inde, la production d'eau potable à partir d'humidité récupérée sur des panneaux au Pérou mais aussi le service de paiement par téléphone mobile sans carte bancaire au Kenya ou encore l'utilisation de la technologie suffisante, comme dans le cas de la mesure du rythme cardiaque des foetus avec un microphone plutôt qu'un ultrason.

Innover frugal, c'est d'abord innover véritablement, mais en mobilisant des solutions bon marché et durables, à partir de ressources limitées, sous contraintes fortes.

Cette démarche, consistant à faire mieux avec moins, est partie de l'ingéniosité de petits entrepreneurs des pays du Sud, capables de créer des solutions abordables et durables avec très peu de ressources.

Elle arrive aujourd'hui dans nos pays confrontés à la crise économique, où son succès est favorisé par des consommateurs en quête de valeurs, de plus en plus sensibles aux coûts, conscients des enjeux écologiques et souhaitant des biens et services respectueux de l'environnement. Or la frugalité se traduit précisément par le juste service dans la consommation, le moins de matières premières utilisées et le plus de recyclage dans la production.

Beaucoup considèrent aujourd'hui que les pays en voie de développement sont et seront plus à même que les autres d'innover en allant vers des solutions respectueuses de l'environnement, notamment parce qu'ils sont les premiers à être confrontés aux effets du changement climatique et à les subir.

Face à ces contraintes, émerge un nouveau système de création de valeur, moins consommateur de ressources et proposant des solutions innovantes, qui privilégient l'usage, en partant toujours des besoins de base à satisfaire et en tenant systématiquement compte de l'utilité sociale et environnementale.

Cette nouvelle stratégie d'innovation s'appuie sur cinq grandes tendances : l'économie collaborative, en pleine expansion ; l'économie circulaire, en lien avec la notion de bioéconomie ; l'économie dite des makers, caractérisée par l'implication des gens, le « faire soi-même », le système D ; la notion de développement durable, qui commence à traverser toutes les strates de notre société ; le numérique.

La base de l'innovation est avant tout la créativité, l'imagination et la connexion. Il s'agit d'un modèle en réseau assez éloigné du modèle linéaire habituel. Ce dernier, caractérisé par une recherche en amont supposée générer automatiquement des innovations en aval, a souvent induit une économie de promesses, faisant bien souvent se succéder enthousiasme sur le potentiel technologique et désillusion sur leur transformation en innovations.

L'innovation frugale suppose de l'agilité, l'utilisation de sous-traitance, la création de nouveaux modèles économiques, la réutilisation de technologies existantes, la recherche d'économies d'échelle. Or cela suppose de changer les comportements et de cesser de penser que plus un produit est complexe, plus il est innovant. En réalité, plus un produit est complexe, plus son développement nécessite de ressources et plus il est fragile et exposé aux pannes.

Favoriser le modèle en réseaux est un préalable pour innover. Pour la recherche, ces réseaux doivent s'entendre au-delà des partenariats industriels classiques et intégrer les utilisateurs, les apporteurs d'idées, y compris dans des secteurs différents de ceux que nous connaissons aujourd'hui. Il nous faut imaginer de plus en plus d'objets de connexion, d'attracteurs, et les faire connaître au-delà de nos partenariats habituels. Ces objets peuvent être des technologies, des compétences, des plateformes, des équipements, des prototypes, des démonstrateurs ou encore des données. Chacun peut devenir créateur, en ayant accès à des outils, en partageant ses connaissances avec d'autres, ce qui apparaît assez innovant.

Pour les organismes de recherche, l'enjeu de l'innovation frugale est à l'évidence important, car il est révélateur d'un changement culturel assez profond, y compris dans la façon de faire de la recherche.

Les grands mouvements auxquels nous assistons aujourd'hui, en provenance du Sud, marquent une évolution importante du paysage mondial de l'innovation. Le défi réside dans notre capacité à conjuguer ingéniosité, savoirs et compétences des innovateurs du Sud et du Nord, pour créer ensemble des solutions frugales et révolutionnaires, qu'aucune région n'aurait été capable d'élaborer seule.

Les évolutions des grandes entreprises de la recherche aujourd'hui montrent que cette démarche est en cours.