Allez au contenu, Allez à la navigation

Innovation et changement climatique : l'apport de l'évaluation scientifique et technologique

9 novembre 2015 : Innovation et changement climatique : l'apport de l'évaluation scientifique et technologique ( rapport de l'opecst )

COMMENT MIEUX VALORISER LES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION QUI ONT UN FAIBLE IMPACT ENVIRONNEMENTAL ?

M. Lucien Figuier, directeur des relations institutionnelles, Saint-Gobain. Lorsqu'on évalue l'impact d'une solution de construction sur l'environnement, il est très important d'adopter une approche globale, exhaustive. On doit en effet chercher à mesurer l'impact environnemental global, incluant évidemment l'impact CO2, mais aussi, au-delà, d'autres impacts extrêmement importants, comme la consommation d'eau lors du processus de production ou l'utilisation efficiente des ressources naturelles. L'analyse devrait, en outre, porter sur l'ensemble du cycle de vie du produit, depuis l'extraction des matières premières jusqu'à la fin de vie du produit, en passant par sa fabrication.

Cette approche globale et exhaustive possède deux vertus essentielles : elle permet d'éviter, d'une part, de déplacer une source de pollution d'une phase à l'autre du cycle de vie du produit, d'autre part, de tronquer une source de pollution contre une autre.

Elle présente, en outre, une vertu opérationnelle, puisqu'elle permet d'identifier les éléments du produit mais également du procédé de fabrication, qui doivent être traités en vue de minimiser l'impact environnemental de la solution technique envisagée.

Cette évaluation doit s'articuler avec une démarche comportant d'autres volets, que sont la performance, le coût et l'appropriation des nouvelles techniques par les différents acteurs.

Le volet de la performance technique doit être examiné indépendamment de l'évaluation de la performance environnementale. Il s'agit, en effet, de deux aspects entre lesquels il faut arbitrer et qu'il convient de ne pas mélanger lorsque l'on mesure l'impact environnemental des solutions envisagées.

Le coût est également un élément important pour mesurer le positionnement de la nouvelle solution par rapport aux solutions existantes et la capacité de l'innovation à se valoriser sur le marché et à le pénétrer.

Il faut, enfin, tenir compte d'un élément souvent négligé bien qu'extrêmement important, à savoir la capacité effective des acteurs à mobiliser les solutions qui arrivent sur le marché, car c'est finalement ce qui garantit un impact effectif de réduction de l'empreinte environnementale de la technique de construction.

Dans le cadre de cette démarche d'éco-innovation, performance environnementale, performance technique, coût et appropriation par les acteurs doivent être constamment l'objet d'arbitrages, en vue d'identifier, de valoriser et de pousser vers le marché des solutions environnementalement respectueuses, mais aussi innovantes et techniquement solides.