Allez au contenu, Allez à la navigation

Quels tremplins pour le sport en outre-mer ? - Rapport

20 novembre 2018 : Quels tremplins pour le sport en outre-mer ? - Rapport ( rapport d'information )

TROISIÈME PARTIE - DYNAMISER L'ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES ULTRAMARINS VERS LES PODIUMS : UN DÉFI À RELEVER

I. LES TERRITOIRES ULTRAMARINS, TERRES DE CHAMPIONS... MAIS JUSQU'À QUAND ?

A. LES OUTRE-MER, TERRES DE CHAMPIONS ET DE PORTE-DRAPEAUX

1. Des performances dans les compétitions régionales

Dans les compétitions internationales d'envergure régionale auxquelles sont intégrés les territoires, les délégations des territoires ultramarins obtiennent régulièrement de très bons résultats.

Comme le signalait Marcelin Chingan58(*), élu de la ville du Moule en Guadeloupe, le bassin antillais brille dans les compétitions américaines : « aujourd'hui les Gwada Boys, l'équipe de football de la Guadeloupe sont en demi-finale de la Coupe caribéenne des nations qui se déroule aux États-Unis et le Club franciscain de la Martinique est en finale de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (CONCACAF), équivalent pour la Caraïbe de l'Europa League, ce qui démontre le niveau d'excellence de nos joueurs ».

Christian Lechervy, ambassadeur chargé de la coopération dans le bassin Pacifique, expliquait59(*) ainsi que, pour les Jeux du Pacifique, « les territoires français sont de très gros pourvoyeurs de médailles avec 39,4 % des podiums - 27,3 % pour la Nouvelle-Calédonie, 10,1 % pour la Polynésie française et 2 % pour Wallis-et-Futuna ». Durant les derniers championnats du monde de va'a, la délégation tahitienne a remporté 51 médailles d'or, se hissant à la première place devant la Nouvelle-Zélande.

Le constat est encore vrai pour le bassin Indien, où la délégation de La Réunion était, par exemple, en 2015 encore première des Jeux des îles de l'océan Indien, avec 209 médailles, dont 84 en or.

2. Un succès visible dans les grandes compétitions internationales, y compris dans le handisport

De nombreux sportifs ultramarins se sont illustrés dans leurs disciplines dans des compétitions internationales : pour citer quelques champions emblématiques, on peut mentionner ici le judoka Teddy Riner et l'escrimeuse Laura Flessel, tous deux multiples champions du monde, l'athlète Christine Arron, le tennisman Gaël Monfils, l'escrimeur Yannick Borel ou encore, dans des sports d'équipe, Jackson Richardson en handball et Christian Karambeu et Dimitri Payet en football.

Lors des compétitions majeures que sont les Jeux olympiques et paralympiques, les sportifs ultramarins sont visibles en nombre, dans les délégations françaises comme sur les podiums.

Sur les six dernières olympiades d'été, quatre d'entre elles ont vu la délégation française menée par un porte-drapeau ultramarin. Sur la dernière olympiade d'été de 2016, les chiffres sont éloquents : en effet, 12 % de la délégation française étaient issus des outre-mer, alors que les outre-mer représentent 4 % de la population française, et 18 des 96 médaillés olympiques - soit 19 % - étaient issus de ces territoires. Plus du tiers des sportifs ultramarins sélectionnés sont montés sur le podium en 2016.

Le sportif calédonien Pierre Fairbank60(*) soulignait également la forte contribution des athlètes calédoniens au handisport au niveau national : un tiers de l'équipe de France d'athlétisme handisport est d'origine calédonienne et un pôle France a ouvert à Nouméa en vue des Jeux de Tokyo en 2020.

Les sportifs ultramarins cependant sont moins présents dans les disciplines des jeux d'hiver, par définition moins développées dans les territoires.


* 58 Audition de l'Association nationale des élus en charge du sport (ANDES) du mardi 22 mai 2018.

* 59 Audition sur la diplomatie du sport et le rayonnement des territoires du jeudi 24 mai 2018.

* 60 Visioconférence avec la Nouvelle-Calédonie, jeudi 22 mars 2018.