Allez au contenu, Allez à la navigation

Sur l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques publiques

1 juillet 2020 : sur l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques publiques ( rapport d'information )

B. DES AVANCÉES QUALITATIVES : UN DISPOSITIF VERTUEUX SUR LES PLANS CULTUREL, SOCIAL ET TERRITORIAL

L'ensemble des données recueillies auprès des services centraux et déconcentrés du ministère de la culture, ainsi que des représentants des collectivités territoriales permettent de dresser un état des lieux très satisfaisant des politiques d'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques en termes d'inclusion culturelle et sociale.

1. Une nette amélioration du service offert aux usagers

· Sur l'ensemble des projets en cours, l'augmentation de l'amplitude horaire hebdomadaire s'élève, en moyenne, à 8 heures 30.

Contrairement à une idée souvent répandue, l'ouverture le dimanche n'est pas le créneau supplémentaire le plus fréquent. Ce sont les extensions d'horaires les jours de semaine et le samedi qui, après élaboration de diagnostics de temporalité, sont privilégiées par les collectivités.

· Au-delà de la stricte question temporelle, l'extension des horaires s'inscrit dans un nouveau rapport à l'usager, qu'elle impulse ou conforte, selon les cas. Ce changement de paradigme se traduit par une meilleure adaptabilité de l'offre de services, une attention accrue portée à l'accueil, une médiation renforcée. Il consacre le passage d'une logique descendante - le personnel de bibliothèque prêtant un livre à l'usager - à une logique ascendante - l'usager, acteur de son identité culturelle, demandant un service ou une offre culturelle -, dans une approche que certains qualifient de « droits culturels »20(*).

2. Une augmentation de la fréquentation et une diversification des publics accueillis

· Les horaires étendus, en correspondant mieux aux plages de disponibilité des habitants, amplifient indéniablement les chiffres de fréquentation :

- à Brest, la nouvelle médiathèque François Mitterrand - Les Capucins, ouverte 36 heures par semaine, enregistre 500 000 entrées par an et une augmentation de 50 % du nombre d'abonnés du réseau, portant la part des Brestois à disposer d'une carte de médiathèque à 20 % ;

- à Roubaix, la fréquentation de la médiathèque a crû de 50 % corrélativement au passage de 41 heures d'ouverture hebdomadaire à 50 heures ;

- à Montpellier, la fréquentation moyenne par heure des médiathèques le dimanche, jour d'ouverture supplémentaire choisi, est supérieure (700 personnes) à celle constatée le samedi (450 personnes).

· L'extension des horaires permet aussi de diversifier les publics fréquentant les bibliothèques, renforçant ainsi leur rôle éducatif et social :

- à Nantes, la nouvelle grille horaire du réseau de bibliothèques et de médiathèques, qui se caractérise par des fermetures plus tardives en semaine et de nouvelles tranches horaires le week-end, attire de nouveaux publics (jeunes pères, familles, personnes défavorisées...) ;

- à Roubaix, un même constat est dressé sur l'ouverture à d'autres publics (étudiants, personnes à statut précaire) que permettent des horaires élargis ;

- à Lunéville, l'extension des horaires de la médiathèque, couplée à l'organisation d'ateliers en direction des enfants et des parents, ainsi que la mise en place d'un partenariat avec la mission locale et Pôle emploi, facilite l'accueil de publics auparavant peu habitués à venir (familles, chômeurs) ;

- à Tours, l'ouverture un dimanche par mois de la médiathèque centrale a un effet clairement multiplicateur sur la fréquentation par les familles.

· En 2019, plus d'un tiers (166 projets, soit 38,8 %) des 343 projets actifs concernaient au moins l'un des types de territoires identifiés comme prioritaires par le commissariat général à l'égalité des territoires (CGET).

Nombre de projets d'extension des horaires d'ouverture mis en oeuvre, en 2019, sur un territoire prioritaire

Territoire concerné

Nombre de projets dont le périmètre comprend au moins l'un de ces territoires

Le projet concerne une commune
du programme Coeur de ville

38

Le projet concerne une zone
de revitalisation rurale (ZRR)

80

Le projet concerne une ou plusieurs bibliothèques en quartier prioritaire ou à moins de 500 m

48

Source : service du livre et de la lecture (SLL)

L'ensemble de ces données montre combien les politiques d'adaptation et d'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques sont un important levier de réduction des fractures sociales et territoriales.

3. Une incitation aux réorganisations internes pour une meilleure qualité de service

Les modifications de l'amplitude horaire s'accompagnent généralement d'une réflexion plus globale sur l'organisation des missions des bibliothèques, parfois dans le cadre de la rédaction d'un nouveau projet d'établissement ou d'un projet culturel, scientifique, éducatif et social (PCSES).

Il est ainsi fréquent que certaines tâches techniques, de faible valeur ajoutée et souvent répétitives pour le personnel, soient traitées autrement, pour dégager du temps et axer le travail des agents en priorité sur l'accueil et le service au public : automatisation des transactions de prêts et de retours, externalisation du traitement matériel des documents, offre de services dématérialisée, etc.

4. Un effet très significatif sur l'emploi de personnels titulaires

Selon les statistiques disponibles au niveau national, le dispositif de soutien de l'État à l'extension des horaires sert à 95 % au financement de dépenses de masse salariale.

Au sein de ces dépenses, 60 % sont consacrés au recrutement d'agents titulaires, 36 % au recrutement d'agents contractuels et 16 % au paiement de primes ou d'heures supplémentaires.

Autrement dit, les nouveaux horaires, en entraînant un redimensionnement des équipes et une nouvelle répartition de la charge de travail, se traduisent par un important recours à du personnel titulaire supplémentaire. Cet effet positif sur l'emploi titulaire interroge cependant sur la poursuite du financement des charges afférentes, une fois les cinq années de soutien financier de l'État écoulées (cf. infra).

Plus marginalement, d'autres types de dépenses sont pris en charge sur les crédits du concours particulier : financement d'aménagement des espaces, frais de communication, financement d'animations ou d'événements, frais d'entretien ou de gardiennage...

Types de dépenses prises en charge
(en % du nombre de projets soutenus en 2018)

Ventilation des dépenses
de ressources humaines
(en % du nombre de projets soutenus en 2018)

Source : service du livre et de la lecture (SLL)


* 20 La notion de « droits culturels » a été inscrite, à l'initiative du Sénat, dans la loi n° 2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite « loi NOTRe ».