Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

d) Interdire clairement les demandes nouvelles en appel

Appliquée sauf autorisation du magistrat chargé de la mise en état, cette disposition inciterait les justiciables à ne présenter en première instance qu'un dossier complet alors que les premiers présidents estiment qu'ils prennent trop souvent le tribunal pour un " conseil juridique ", étoffant en appel leurs prétentions de telle manière qu'ils présentent pratiquement un nouveau litige à juger.

En conséquence, l'irrecevabilité d'une demande nouvelle devrait pouvoir être soulevée d'office.

En revanche, la Conférence n'a pu conclure sur l'opportunité d'étendre cette interdiction aux nouveaux moyens et aux nouvelles pièces en appel ce qu'elle recommande en revanche pour les procédures qui sont renvoyées à la Cour d'appel après cassation.

La Conférence a en outre estimé opportune l'exigence d'une motivation de l'acte d'appel.

e) La sanction des recours abusifs

Il a été proposé d'accroître la sanction des recours abusifs en appel et en cassation. M. Pierre Truche, alors procureur général de la Cour de cassation, avait suggéré dans ce cas que cette sanction ne soit décidée que sous réserve d'une procédure contradictoire pour respecter les exigences de la Convention européenne des droits de l'homme.

f) L'accès à l'aide juridictionnelle

La Conférence des premiers présidents a souhaité que les demandeurs de l'aide juridictionnelle soient informés des conséquences financières d'un rejet de leurs demandes par la juridiction saisie (dépens exposés par l'adversaire susceptibles d'être mis à leur charge) et que les BAJ retrouvent et exercent un large pouvoir d'appréciation pour écarter les demandeurs dont l'action apparaît dépourvue de fondement.

* *

*

Retour Sommaire Suite