Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

B. LES DÉRIVES OBSERVÉES DANS L'ORIENTATION DES BACHELIERS

Confronté à une massification de caractère " tellurique ", notre système universitaire qui, en dépit des évolutions intervenues depuis près de trente ans, reste organisé pour recevoir l'élite scolaire du pays, n'est plus en mesure d'accueillir de manière satisfaisante une population étudiante désormais profondément diversifiée.

L'évolution récente se traduit notamment par un détournement des filières sélectives courtes à finalité professionnelle et par un afflux d'étudiants mal préparés dans les filières d'enseignement général pour suivre avec succès des études supérieures de caractère abstrait.

1. L'importance du secteur sélectif

Alors que l'absence de sélection est présentée comme la caractéristique principale de notre enseignement supérieur, ce système est en réalité à la fois le plus ouvert pour l'entrée à l'université et parmi le plus sélectif du monde, à l'exception peut-être du Japon, pour l'accès à certaines filières, telles les grandes écoles qui fournissent l'essentiel des quelques 30 ou 40.000 cadres ou dirigeants nécessaires au fonctionnement de la société française.

Il convient d'ailleurs de remarquer que, dans une perspective d'ascension sociale, les classes préparatoires et les grandes écoles paraissent en fait plus égalitaires et plus favorables aux élèves doués d'origine modeste que les filières générales non sélectives, y compris dans les troisièmes cycles.

Ce système est cependant coûteux puisque le " prix de revient " d'un étudiant en classe préparatoire est de 70.000 F contre 32.000 F en DEUG.

Dans ce système dual, les classes préparatoires aux grandes écoles, les instituts d'études politiques, les établissements privés, les formations sociales et médicales, les IUFM, les filières médicales en fin de première année et enfin les IUT et les STS, qui ne disposent que de capacités d'accueil limitées, n'acceptent les bacheliers qu'après une sélection plus ou moins rigoureuse. Au total, les filières sélectives accueillent environ 40 % des étudiants des deux premières années post-baccalauréat.

Retour Sommaire Suite