Allez au contenu, Allez à la navigation



 


Retour Sommaire Suite

3. La nécessaire réforme de la filière technologique supérieure

a) Un dispositif rendu complexe par les réformes successives

La réforme de la filière technologique apparaît comme le serpent de mer de l'enseignement supérieur et le dispositif actuel résulte d'aménagements successifs qui n'ont pas contribué à éclairer ceux auxquels il est destiné.

Le système actuel se ventile entre des filières courtes (STS et IUT) et des filières longues conduisant à des diplômes de niveau bac + 4 (IUP, maîtrises professionnalisées, formations d'ingénieurs et formations menant au DESS).

Les innovations introduites depuis 1994 se sont traduites par l'ouverture de nouveaux départements d'IUT et de filières nouvelles d'IUP, par la création de la commission consultative des IUT et des IUP et par la mise en place du diplôme de recherche technologique (DRT) de niveau bac + 6.

Pour améliorer la cohérence entre les cursus de l'enseignement secondaire et ceux de l'enseignement supérieur, les bacheliers technologiques devaient bénéficier d'un accueil prioritaire en STS, et d'une attention particulière pour leur accès en IUT, mais sans quota ni priorité par rapport aux bacheliers généraux.

Les étudiants de DEUG, ou en situation d'échec en premier cycle devaient bénéficier d'années spéciales leur permettant d'intégrer un IUT ou d'autres formations professionnalisantes, tandis qu'un DNTS (diplôme national de technologie spécialisée) sanctionnant une année d'études complémentaires par alternance était expérimenté.

Enfin, les voies d'accès au titre d'ingénieur devaient être élargies et ce titre peut désormais être délivré aux diplômés d'IUT après une expérience professionnelle de deux ans au moins, sur avis de la commission des titres d'ingénieur.

Afin de simplifier et de rendre plus lisible ce système une réflexion globale a été engagée qui avait pour objet d'établir une continuité dans le cursus, de la classe de seconde jusqu'au niveau bac + 5, d'identifier les différentes filières technologiques en fonction de leur vocation et d'articuler les filières courtes (IUT et STS) et les filières longues par l'organisation de passerelles et la création de parcours de formation continue.

Retour Sommaire Suite