Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

2. Un secteur riche en croissance et en créations d'emplois

Les biotechnologies ont moins de 20 ans. Malgré ce jeune âge, elles deviennent un des moteurs de la croissance économique dans les pays qui se sont, comme l'Amérique du Nord, résolument engagés dans cette voie.

A titre d'exemple, depuis les années 1980 ont été créées aux Etats-Unis, d'après l'organisation des entreprises de biotechnologie :

- 1.287 entreprises ;

- 118.000 emplois directs, sans compter les emplois induits dans d'autres secteurs d'activité ;

- le salaire moyen de ces emplois, qualifiés, est de 50.000 dollars (plus de 310.000 francs) ;

- la majorité des entreprises créées sont des PME, les deux-tiers ayant moins de 135 employés ;

- le montant dépensé en recherche et développement s'est élevé aux Etats-Unis à 7,9 milliards de dollars en 1996.

Les perspectives d'accroissement des marchés des biotechnologies sont importantes. Pour les seules plantes transgéniques, certaines estimations68(*) font état d'un accroissement rapide du marché mondial : de moins d'un demi milliard de dollars en 1996, il passerait à 2 ou 3 milliards en 2000, à 6 milliards en 2005 et 20 milliards en 2010.

Le retard européen est déjà réel.

Une étude a récemment été commandée par l'association des bio-industries européennes, Europabio69(*), pour évaluer la compétitivité européenne en matière de biotechnologie.

Cette étude rappelle le potentiel de croissance que représentent les biotechnologies : d'un marché global européen de l'ingénierie génétique au sens large (agriculture, santé, alimentation, chimie), évalué à 40 milliards d'écus et à 300.000 emplois en 1995, on devrait passer à 250 milliards d'écus et 3 millions d'emplois en 2005. Cette étude détaille également, secteur par secteur, le retard européen en la matière, dont les auteurs estiment qu'il risquerait de s'accroître à l'avenir.

Force est de reconnaître que la différence d'échelle, entre l'Europe et les Etats-Unis est frappante. Une autre étude sur les biotechnologies (qui ne retient sans doute pas le même périmètre délimitatif des " biotechnologies " que l'étude précédente) donne une idée de la disproportion entre Europe et Etats-Unis :

LE POIDS DES SECTEURS AMÉRICAIN ET EUROPÉEN DES BIOTECHNOLOGIES

 

EUROPE

ETATS-UNIS

CHIFFRE D'AFFAIRES

(en millions d'ecus)

1 158

9 663

DEPENSES DE R & D

(en millions d'écus)

605

5 859

NOMBRE D'ENTREPRISES

584

1 308

NOMBRE D'EMPLOIS

17 200

108 000

Chiffres tirés d'une étude d'Ernst & Young (citée par le magazine Usine nouvelle, n° 2586)

Le paradoxe du secteur européen des biotechnologies est que certaines entreprises européennes créent des emplois outre-Atlantique, estimant ne pas disposer sur leur marché domestique de conditions satisfaisantes pour leur développement !

Certaines délocalisations (on pense notamment à celle des laboratoires de recherche de la société HOECHST il y a quelques années) ont d'ailleurs mis avec force l'accent sur cette situation.

Au delà de l'enjeu économique proprement dit, les biotechnologies apportent des changements au rôle et à la fonction de l'agriculteur.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli