Allez au contenu, Allez à la navigation

20 mai 1998 : Transgéniques : pour des choix responsables ( rapport d'information )

 

Retour Sommaire Suite
b) Les problèmes de distorsion de concurrence au niveau mondial

Comme cela a déjà été dit, les biotechnologies sont susceptibles de baisser significativement les coûts de production agricole, mais aussi de modifier les propriétés et les zones de culture de certaines plantes.

A l'heure de la mondialisation des échanges, tous ces facteurs peuvent conduire à des chocs sectoriels pour les différentes agricultures de la planète, en modifiant la compétitivité des écosystèmes et des variétés de plantes.

En particulier, de nouvelles distorsions de concurrence peuvent résulter du rythme plus ou moins rapide d'adoption de cette technologie par les différents pays.

c) Les nouvelles fonctions de l'agriculture

Avec le développement de plantes fabriquant des molécules d'intérêt industriel ou pharmaceutique à moindre coût, avec l'optimisation des métabolismes végétaux en vue des utilisations industrielles, ce sont des perspectives nouvelles qui s'ouvrent à l'agriculture.

Cette dernière pourrait augmenter considérablement, grâce à la transgénèse, la valeur ajoutée de ses productions. L'agriculture moléculaire promet en effet une importante récupération, à l'avenir, de valeur ajoutée par la production agricole.

Ne doit-on pas voir, comme le font certains, dans le génie génétique la porte d'entrée pour l'agriculture dans le troisième millénaire ?

Cette perspective de récupération de valeur ajoutée par la production agricole est prometteuse en termes de revenus agricoles et de valeur de la production bien sûr, mais aussi en termes d'aménagement du territoire et d'occupation de l'espace.

Ce mouvement s'intégrerait, en outre, dans la continuité de l'effort important de l'agriculture française pour améliorer toujours plus la qualité de ses productions.

Retour Sommaire Suite