Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

C. STIMULER L'INNOVATION : POUR UN APPEL À PROPOSITIONS POUR LES BIOTECHNOLOGIES

Compte tenu du niveau de sa recherche, la France peut légitimement partager l'ambition allemande d'être un des premiers pays européens en matière de biotechnologies au tournant du siècle.

Elle aurait aussi intérêt à s'inspirer de la mobilisation du gouvernement fédéral pour atteindre cet objectif.

Ainsi, votre rapporteur propose qu'un appel à propositions pour les biotechnologies soit lancé, afin de sélectionner les projets les plus innovants et de les faire bénéficier d'un soutien public.

Cette méthode avait été employée en France par le précédent Gouvernement pour favoriser le développement des autoroutes de l'information. Poursuivie par l'actuel Gouvernement, elle a permis d'identifier 244 projets de recherche particulièrement innovants, labellisés " expérimentations d'intérêt public ", qui ont bénéficié d'un financement public.

Une telle démarche devrait être reproduite pour les biotechnologies, qui sont, avec les technologies de l'information, un des principaux gisements d'emplois du siècle futur.

Sur le modèle allemand, les projets labellisés pourraient être limités à un petit nombre de plates-formes géographiquement cohérentes, à l'issue d'un concours, sur les critères suivants :

- caractère innovant et cohérence des projets présentés (sur le thème de l'agriculture moléculaire, ou des modifications portant sur le goût ou la qualité des aliments, ou des applications industrielles de la transgénèse, ou au contraire médicales...) ;

- capacité à fédérer plusieurs acteurs, publics mais aussi privés, en créant des synergies locales ;

- volet financier : capacité à rassembler des ressources privées (capital-risque, investisseurs privés...).

Ces projets seraient labellisés par un jury composé d'experts dans les domaines scientifiques concernés, de représentants du monde de la finance et de l'industrie, de représentants des administrations concernées (recherche, industrie, aménagement du territoire, santé, agriculture...), à l'issue d'une procédure de sélection permettant une présentation publique, si possible relayée par les média, des dossiers de candidature qui seraient diffusés sur Internet par les sites gouvernementaux chargés de cette sélection.

Mais au-delà des initiatives visant spécifiquement à développer ce secteur, le démarrage des biotechnologies en France ne se fera que si sont améliorées les conditions, plus globales, de la valorisation des résultats de la recherche française et en particulier de la recherche publique.

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli