Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

2. La naissance d'un géant

L'opération donnera naissance à une entreprise de premier plan. Elle crée un « champion national » plus musclé mais elle est aussi une étape importante, parfois décisive, vers le regroupement des forces européennes. Le total du chiffre d'affaires du groupe en 1997 peut, en effet, être estimé à 13 milliards d'euros (85 milliards de francs) se décomposant en :

9,9 milliards d'euros de chiffres d'affaires pour Aérospatiale24(*),

3,1 milliards d'euros de chiffres d'affaires pour Matra Hautes Technologies.

La répartition du chiffre d'affaires du nouveau groupe serait caractérisée par un ressaut de la part Espace-Défense par rapport à la situation actuelle d'Aérospatiale.

Répartition du chiffre d'affaires du groupe Aérospatiale Matra Hautes Technologies
au titre de l'année 1999

Source : Crédit Lyonnais Securities Europe

Le pôle aéronautique resterait prédominant (56 % du chiffre d'affaires), organisé autour d'Airbus (40 % du chiffre d'affaires), de Dassault Aviation (8,4 % du chiffre d'affaires), le reste (7,8 % du chiffre d'affaires) résultant de l'activité de maintenance et des appareils d'ATR.

Le pôle Espace Défense représenterait quant à lui 31 % du chiffre d'affaires du groupe se décomposant entre :

les missiles (16,4 % du chiffre d'affaires total) ;

les lanceurs (4,3 % du chiffre d'affaires total) ;

et les satellites (10,2 % du chiffre d'affaires total) ;

Les apports en provenance de Matra Hautes Technologies concernent essentiellement cette portion du chiffre d'affaires du nouveau groupe. Il convient donc de s'y attarder un peu.

Le tableau ci-après récapitule l'évolution récente du chiffre d'affaires des activités missiles d'Aérospatiale et de Matra Hautes Technologies respectivement.

Evolution du chiffre d'affaires missiles balistiques1

 

1995

1996

Var (%)

1997

Var (%)

1998

Var (%)

1999

Var (%)

2000

Var (%)

En M€

326

238

- 27

213

- 11

209

- 2

197

- 6

224

14

En MF

2.155

1.570

- 27

1.405

- 11

1.380

- 2

1.300

- 6

1.480

14

1) Aérospatiale seule.

Source : CLSE

Evolution du chiffre d'affaires missile tactiques

 

1995

1996

Var (%)

1997

Var (%)

1998

Var (%)

1999

Var (%)

2000

Var (%)

Aérospatiale (M€)

621

584

- 6

485

- 17

575

18

605

5

635

5

Matra Bae (M€ )

607

923

52

1.162

26

1.256

8

1.180

- 6

1.256

6

Aérospatiale (MF)

4.107

3.860

- 6

3.208

- 17

3.800

18

4.000

5

4.200

5

Matra Bae (MF)

4.010

6.101

52

7.683

26

8.300

8

7.800

- 6

8.300

6

Source : CLSE

Etant entendu qu'Aérospatiale disposait d'une responsabilité exclusive en matière nucléaire, l'évolution comparée du chiffre d'affaires des deux entreprises venant des missiles tactiques a vu le déclin, sans doute transitoire,25(*) de cette activité chez Aérospatiale et son essor chez MHT.

La fusion des actifs des deux entreprises se traduira par un renforcement substantiel de la position du groupe qui devra, toutefois, régler les problèmes de coexistence des missiles concurrents Otomat et Exocet.

Récapitulatif des caractéristiques des missiles tactiques produits par Matra BAe Dynamics

Famille

Nom

Concurrents

Destination

Air/Air

Mica

Skyflash

Asraam

Amraam

Amraam

Sidewinder Magic

Combat aérien toutes distances

Combat aérien moyenne portée

Combat aérien courte portée

Air/Sol

Apache

Scalp

Storm Shadow

Taurus

Tomahawk

Tomahawk

Bombardement distance sécurité

Bombardement de précision

Bombardement de précision

Sol/Air

Mistral

Stinger SA7 Starburst

Anti-aérien courte portée

Mer/Mer

Otomat

Exocet

Anti-navire

Source : Groupe Lagardère

Récapitulatif des caractéristiques des missiles tactiques produits par Aérospatiale

Famille

Nom

Destination

Anti-char


Milan

Hot

Eryx

Trigat

Polypheme

MLRS

Anti-char pour fantassin

Anti-char pour hélicoptères

Anti-char pour fantassin

Anti-char MP pour fantassin

Anti-char LP pour fantassin

Anti-char pour lance-roquettes

Air/Sol

AS30

ASMP

Apache

Bombardement guidé laser

Bombardement nucléaire

Bombardement anti-pistes

Anti-aérien

Roland

Aster

Anti-aérien c ourte portée

Anti-aérien longue portée

Anti-missile

Aster

Anti-missiles moyenne portée

Anti-navire

Exocet

MM15

Anti-navire longue portée

Anti-navire longue portée

Source : Aérospatiale

En ce qui concerne les satellites, l'intégration des actifs de MHT dans Aérospatiale aura pour effet de rétablir cette activité dans le futur groupe, malgré les arrangements ayant accompagné la cession du portefeuille satellites d'Aérospatiale à Thomson (v.supra).

Evolution du chiffre d'affaires satellites


 

1995

1996

Var (%)

1997

Var (%)

1998e

Var (%)

1999e

Var (%)

2000e

Var (%)

Aerospatiale (M€)

406

760

87 %

51

- 32 %

0

NS

0

NS

0

NS

MMS (M€)

1.025

1.276

24 %

1.281

0 %

1.271

- 1 %

1.377

8 %

1.437

4 %

Aerospatiale (MF)

2.685

5.024

87 %

3.421

- 32 %

0

- 100 %

0

NS

0

NS

MMS (MF)

6.777

8.437

24 %

8.465

0 %

8.400

- 1 %

9.100

8 %

9.500

4 %

Cette partie du dossier a d'ailleurs été à la source de vives tensions entre industriels qui, n'étant pas l'objet de ce rapport ne seront pas développés ici sinon pour mentionner à nouveau que, dans le cadre de l'accord préparatoire à la fusion Aérospatiale-MHT, le sort de la participation d'Aérospatiale dans Thomson CSF devrait être résolu provisoirement par un transfert au profit de l'Etat. On relèvera à ce stade que cette participation ayant pu être évaluée à 1,5 milliard de francs, « l'appauvrissement » d'Aérospatiale consécutif à la solution choisie a favorisé la conclusion de l'accord avec Lagardère SCA sans garantie que l'Etat puisse valoriser cette participation sur une base équivalente dans un futur proche.

On le voit, la logique industrielle du rapprochement Aérospatiale-MHT est satisfaisante dans l'ensemble. Elle peut toutefois faire l'objet d'appréciations nuancées sur tel ou tel point.

En premier lieu, on ne peut que constater la variabilité du degré de cohérence des actifs rapprochés. Incontestable et intense pour les missiles, cette cohérence apparaît moins évidente pour les satellites dont Aérospatiale vient de se dégager, et douteuse s'agissant du pôle télécommunications de MHT.

La cohérence industrielle du futur ensemble doit toutefois être également appréciée globalement.

Sous cet angle, le nouveau groupe sera en premier lieu le seul groupe européen à maîtriser l'ensemble des douze métiers de l'aéronautique et de la défense.

Comparaison des segments de marché des industriels européens

 

Aérospatiale

Matra BAe

Aérospatiale MHT

Dasa

BAe

Dasa BAe

Avions commerciaux

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Oui

Avions d'affaires

Oui

Non

Oui

Non

Non

Non

Avions de combat

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Oui

Avions mil (hors combat)

Oui

Non

Oui

Oui

Oui

Oui

Hélicoptères

Oui

Non

Oui

Oui

Non

Oui

Missiles tactiques

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Missiles balistiques

Oui

Non

Oui

Non

Non

Non

Missiles air air

Non

Oui

Oui

Non

Oui

Oui

Lanceurs spatiaux

Oui

Non

Oui

Oui

Non

Oui

Satellites

Non

Oui

Oui

Oui

Non

Oui

Infras.spatiales

Oui

Oui

Oui

Oui

Non

Oui

Electronique

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Oui

Source : estimations CLSE

A ce stade il faut relever qu'au-delà d'une agglomération bienvenue d'actifs nationaux, la fusion entre Aérospatiale et MHT apporte également une contribution importante à une plus grande intégration de l'industrie européenne.

Si l'apport de Lagardère SCA à Aérospatiale n'a aucun impact direct sur le plan de l'aéronautique pure, il n'en va pas de même pour les missiles, activité dont les liens avec les programmes aéronautiques sont étroits, et pour les activités spatiales.

En soi, le regroupement des actifs des deux entreprises constitue déjà, du fait de leurs tailles respectives, une importante avancée sur le chemin de l'union des forces en Europe. Mais, il y a plus. Chacune des deux entreprises étant liée par des coopérations plus ou moins étroites avec des partenaires européens, le regroupement de leurs activités est susceptible d'élargir le réseau des actifs mis en commun en Europe.

En ce qui concerne l'espace, la fusion aura pour effet de constituer une entité puissante.

Classements des industriels mondiaux fabricants de satellites

(en % de chiffre d'affaires)

Lockheed Martin

31,2

MMS Dasa

17,9

Hugues

16,7

Alcatel Thomson

14,2

TRW

10,8

Loral

9,1

Source : Euroconsult

Le nouveau groupe qui apparaît en particulier comme le deuxième fabricant de satellites au monde toutefois loin derrière le premier d'entre eux, alliera à cette activité qui pourrait être encore plus concentrée à l'avenir une position très forte dans les lanceurs.

Les résultats des activités espace

(en millions d'euros)


 

Au 31 décembre 1998

 
 

Quote-part du Groupe pro forma

Prises de commandes

1.939

10,8 %

Carnets de commandes

3.226

9,1 %

Chiffre d'affaires

1.524

12,4 %

Résultat d'exploitation

90

18,2 %

Salariés

6.220

11,9 %

Cette entité est, de plus, conduite en partenariat avec des industriels étrangers à travers Matra Marconi Space (MMS) dont le réseau d'alliances s'est étendu fin 1998.

Les sociétés Lagardère SCA, GEC et DASA ont en effet conclu, le 23 décembre 1998, un accord relatif à la fusion des activités de MMS et des filiales de DASA dans le secteur spatial (DASA Raumfahrt-Infrastruktur et Dornier Satellitensysteme). Cette fusion devrait créer un nouveau groupe intégré détenu de manière paritaire en termes de droits de vote, MMS détenant toutefois la majorité des droits économiques.

Le même jour, un accord de principe a également été signé avec le groupe Finmeccanica pour la fusion du nouvel ensemble avec la division espace Alenia Spazio.

A l'issue de l'ensemble des opérations projetées, la nouvelle entité sera la première entreprise spatiale européenne avec un chiffre d'affaires supérieur à 2,7 milliards d'euros.

Le succès de ces différents opérations consacrerait donc l'union des industries spatiales de l'Europe occidentale.

Ces heureuses perspectives appellent toutefois quelques observations.

Dans l'espace, l'accord conclu avec Finmeccanica n'étant qu'un accord de principe, il reste à vérifier qu'il sera bien suivi d'effets, ce qui peut supposer quelques turbulences.

De plus, il faut remarquer que la fusion entre BAe et GEC a pour effet de substituer la première de ces entreprises à la seconde dans la société commune MMS. Il reste, là aussi, à vérifier que cette substitution d'actionnaires n'aura pas d'impact négatif sur une coopération qui jusqu'alors concernait des entreprises plus complémentaires que concurrentes.

Plus généralement, il convient de souligner que les actifs apportés à Aérospatiale par MHT sont des actifs qui, pour l'essentiel, sont cogérés avec British Aerospace depuis la fusion entre Bae et GEC. Cette donnée pose la question de la mesure dans laquelle les choix stratégiques de la future Aérospatiale-MHT pourront se concilier avec les choix de BAe.

Enfin et surtout, la fusion n'a pas pour effet d'unifier l'industrie aéronautique nationale puisqu'elle ne regroupe pas l'ensemble des actifs concernés. De ce point de vue, la France conserve un certain retard sur le Royaume-Uni, si bien que des étapes ultérieures devront être franchies.

Retour Sommaire Suite