Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

III. TAUX MOYENS DE COTISATIONS SOCIALES : UNE TRÈS GRANDE DIVERSITÉ

Le tableau 4 donne, pour chaque pays, de l'Union le taux moyen, pour différents niveaux de salaires, d'une part des cotisations à charge des salariés et, d'autre part, des cotisations à charge des employeurs. Ce tableau indique également si les cotisations sont plafonnées et s'il existe un seuil pour le paiement des cotisations.

Tableau 4 : Taux de cotisation sociale employeurs - salariés dans les pays de l'Union européenne en 1996 pour différents niveaux de revenu. Les niveaux de revenu sont exprimés en pourcentage du salaire de l'ouvrier moyen (SMO).

 

Taux salariés

Taux employeurs22(*)

Plafond

seuil

Niveau de salaire

67% du SMO

SMO

167% du SMO

67% du SMO

SMO

167% du SMO

 
 

Autriche

18.1%

18.1%

18.1%

24.4%

24.4%

24.4%

oui (1.6 fois le SMO)

oui (17.1% SMO)

Belgique23(*)

13.1%

13.9%

14%

34.735%

34.735%

34.735%

non

non

Danemark24(*)

9.7%

8.8%

8.1%

0

0

0

non

non

Finlande

7.6%

8.1%

8.4%

25.75%

25.75%

25.75%

non

non

France

18.9%

18.9%

17.7%

37.9%

43.3%

47.5%

oui (plafond de base: 1.3 fois le SMO)

non

Allemagne

20.2%

20.2%

18.4%

20.2%

20.2%

18.4%

oui (1.3 ou 1.7 fois le SMO)

non

Grèce

15.9%

15.9%

15.9%

27.96%

27.96%

27.96%

oui (2.1 fois le SMO)

non

Irlande

3.1%

6.1%

6.5%

8.5%

12%

12%

oui (1.6 ou 1.9 fois le SMO)

oui25(*) (22.1% SMO)

Italie

9.9%

9.9%

9.9%

46.36%

46.36%

46.36%

non

non

Luxembourg

12.5%

12.5%

12.5%

12.5%

12.5%

12.5%

oui (2.5 fois le SMO)

non

Pays-Bas

30.2%

33.3%

21.5%

7.0%

8.2%

3.7%

oui (1.3 fois le SMO)

non

Portugal

11%

11%

11%

23.75%

23.75%

23.75%

non

non

Espagne

6.4%

6.4%

5.9%

30.8%

30.8%

28.5%

oui (1.5 fois le SMO)

non26(*)

Suède

5%

4.9%

4%

33.06%

33.06%

33.06%

oui27(*) (1.4 fois le SMO)

non

Royaume-Uni

7.6%

8.4%

7.9%

7%

10.2%

10.2%

non

oui (19.9% SMO)

Source: La situation des salariés au regard de l'impôt et des transferts sociaux, OCDE, 1997.

On peut noter la grande disparité des taux de prélèvement moyens entre les différents Etats membres : pour les cotisations des salariés, ces taux vont de 4,9 % en Suède à 33,3 % aux Pays-Bas ; pour les cotisations des employeurs, celles-ci varient de 0 % au Danemark à 46,4 % en Italie. Qui plus est, on n'observe pas de convergence des taux moyens de cotisations employeurs sur la période 1990-1995.

Le niveau des taux de cotisation n'est pas le seul élément pertinent pour juger des effets que peuvent exercer les prélèvements sociaux. La progressivité ou la dégressivité de ces prélèvements, selon le niveau de salaire, est également de nature à favoriser l'émergence de différentes formes d'emploi. Ainsi, toutes choses égales par ailleurs, un système dégressif favoriserait la création d'emplois qualifiés tout en étant défavorable à la création d'emplois à temps partiels ou faiblement rémunérés.

Dans certains pays (Allemagne, Grèce, Espagne, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas, Autriche, Suède et France), l'existence de plafonds pour le calcul des cotisations rend le système dégressif. Dans d'autres pays, des seuils " planchers " ont été fixés en-dessous desquels aucune cotisation n'est due ; ces planchers ont pour effet d'exonérer des cotisations sociales les bas salaires souvent associés à des temps partiels. C'est le cas en Autriche, en Irlande et au Royaume-Uni. Ils avoisinent en général les 20% du SMO. Ces seuils s'appliquent tant aux cotisations des salariés qu'à celles des employeurs, sauf en Irlande où elles ne concernent que les cotisations des salariés. En Espagne, au contraire, il existe un plancher équivalent à 42% du SMO, c'est-à-dire que si le salaire est inférieur au montant du plancher, les cotisations sont calculées sur base du plancher. Cela a pour effet de désavantager les bas salaires car le système rend les taux moyens supérieurs pour les bas salaires.

Le Graphique 2 représente l'évolution des taux moyens de cotisations patronales en fonction de l'évolution du niveau de rémunération brut exprimé en pourcentage du salaire de l'ouvrier moyen.

Graphique 2 :Taux moyens de cotisations patronales en fonction de l'évolution des salaires bruts

Sources: Robert Plasman et Marc Stocker, " cotisations de sécurité sociale et durée du travail ", DULBEA, 199828(*). (Italie, Luxembourg = taux appliqué aux ouvriers, Allemagne = nouveaux landër)

Ce graphique fait apparaître trois types de pays :

· Les pays qui ont un système de cotisations strictement proportionnel, c'est-à-dire à taux fixe et sans plafond, on trouve la Belgique, l'Italie et le Portugal.

· Les pays qui ont un système à taux fixe et un plafond de cotisations : Grèce, Espagne, Luxembourg, Allemagne, France, Pays-Bas. On notera que la dégressivité ne s'amorce en Grèce, en Espagne, et au Luxembourg qu'à partir d'un salaire deux fois supérieur à celui de référence, alors qu'elle commence en Allemagne, en France et au Pays-Bas dès le salaire moyen.

· Seul le Royaume-Uni bénéficie d'un système de nature uniquement progressive. Toutefois, la progressivité des cotisations patronales au Royaume-Uni ne concerne que les salaires inférieurs à 75 % du salaire moyen. L'Irlande possède un système mixte en forme de cloche (progressif pour les premières tranches salariales, dégressif ensuite).

La progressivité est par conséquent plutôt l'exception que la règle générale en Europe, la grande majorité des pays membres connaissant des taux proportionnels, avec pour certains une dégressivité au sommet de la distribution des salaires.

Tableau 5: structure des prélèvements de cotisations sociales en Europe

Pays

Maladie-Maternité

(1)

Invalidité

(2)

Vieillesse-survivants (3)


Accident du travail et maladie professionnelle

(4)

Chômage

(5)

Prestations familiales (6)

Cotisations non-affectées à une branche particulière

Belgique

E: 6.15%

S: 4.7%

P: non

E: 8.86%

S: 7.50%

P: non

E: 1.40%

S: non

P: non

E: 8.94% +1.69% ( si + de 10 travailleurs occupés) + cotisation spéciale

S: 0.87%

P: non

E: 7.0%

S: non

P: non

Cotisat. spéciale (montants forfaitaires, progressifs selon le revenu

des ménages)

Danemark

Impôt

Pension nationale: Impôt

Pension complémentaire:

E: 17.33 ecu / mois

S: 8.67 ecu / mois

P: non

Cotisations variables selon le risque => employeurs

E: cotisation forfaitaire en fonction de la base TVA

S: cotisation forfaitaire

Impôt

non


Allemagne

E: 7.55% (pour les anciens

S: 7.55% Länder)

P: 37579 ecu

E: 9.3%

S: 9.3%

P: 50105 ecu

cotisations variables selon l'activité => employeurs

E: 3.25%

S: 3.25%

P: 46973 ecu

Impôt

non

Grèce

E: 5.10%

S: 2.55%

P: 19440 ecu (sans plafond si assuré depuis 1993)

E: 13.33% + 1.4% si travail insalubre

S: 6.67% + 2.2% si travail insalubre

P: cf rubrique (1) et (2)

E: 3.98%

S: 1.43%

P: cf (1) et (2)

E: 1.0%

S: 1.0%

P: cf (1) et (2)

non

Espagne

E: 23.6%

S: 4.7%

P: 27895 ecu

Cotisations variables selon l'activité

E: 7.2%

S: 1.7%

P: 27895 ecu

Cotisations comprises dans (1), (2) et (3)

non

France

E: 12.8%

S: 6.8%

P: non

E: 8.20%

S: 6.65%

P: 24879

Cotisations variables selon le risque

E: 2.3% en moyenne

E: 4.18%

S: 2.42% ou 2.97%

selon le revenu

P: (mensuels)

2.089 et 8.358 ecu

E: 5.4%

S: non

P: non

0.5% sur tous les revenus

Irlande

E: 8.5% salaire hebdomadaire <318 ecu les premiers 102 ecu du salaire hebdomadaire sont exonérés

12% salaire hebdomadaire >318 ecu

S: 5.5% + 1.25% si salaire hebdomadaire > 239 ecu

P: E: 34070 ecu S: 28349 ecu

Impôt

non

E = cotisation employeur de base; S = cotisation salarié de base; P = plafond annuel de cotisation

Italie

E: 14.35% (ouvrier) #177;13% (employé)

S: 1.00%

P: non

E: 24.11%

S: 8.89%

P: non

Cotisations variables selon le risque

(de 0.5% à 16%)

E: 4.41% industrie

2.21% commerce

S: 0.30%

P: non

E: 2.48%

S: non

P: non

non

Luxembourg

E: 4.5% (ouvrier) 2.6% (employé)

S: 4.5% (ouvrier) 2.6% (employé)

P: 66559 ecu

E: 8.0%

S: 8.0%

P: 66559 ecu

Cotisations variables selon le risque

(de 0.5% à 6%)

Impôt

E: 1.7% (remboursé par l'Etat)

S: non

P: 66.559 ecu

non

Pays-Bas

E: 5.35%

S: 1.65% (prestations en nature - zwf), 7.35% (risques graves-awbz)

P: 27784 (zfw) 21094 (awbz)

S: 7.95% (prest. en nature)

6.7% (assur. génér. - aaw)

P: 21094 ecu (aaw)

E: non

S: 17.10%

P: 21094 ecu

non

E: 5.60%

S: 2.10%

P: 134 ecu par jour

Etat

non

Autriche

E: 6.25% (ouvrier) 5.70% (employé)

S: 3.95%( ouvrier) 3.40% (employé)

P: 34704 et 5784 sur versements exceptionnels

E: 12.55%

S: 10.25%

P: cf rubrique Maladie-Maternité

E: 1.4%

S: non

P: cf rubrique (1)

Maladie-Maternité

E: 3%

S : 3%

P: cf rubrique (1)

Maladie-Maternité

Impôt

non

Portugal

E: 23.25%

S: 11%

P: non

cotisations variables selon le risque

=> employeurs

Cotisations comprises dans (1), (2) et (3)

non

Finlande

E: 1.60% (secteur privé)

S: 1.90% salaire annuel < 13674 ecu

3.35% salaire annuel > 13674 ecu

P: non

E: 19.2% à 21.7% selon les salaires (privé)

S: 4.3%

P: non

Cotis. variables selon le risque

E: 1.2% en moyenne

E: 1% ou 4% selon

la rémunération

S: 1.5%

P: non

Impôt

non

Suède

E : 5.28%

S: 3.95%

P: S: 33021 ecu

E: 18.86%

S: non

P: non

E: 1.38%

S: non

P: non

E: 5.42%

S: non

P: non

Impôt

non

Royaume-Uni

E: 0% salaire hebdomadaire < 75 ecu

3% 75 ecu < salaire hebdomadaire < 135 ecu

5% 136 ecu < salaire hebdomadaire < 190 ecu

7% 191 ecu < salaire hebdomadaire < 258 ecu

10.2% salaire hebdomadaire > 259 ecu

S: 0% salaire hebdomadaire < 75 ecu

2% x 75 ecu +10% x (Sal Hebdo- 75 ecu) (cotisation hebdomadaire)

P: non

Les prestations en nature sont presque entièrement financées par l'impôt

Etat

Cotisations comprises dans la rubrique (1), (2) et (3)

Etat

non

Source: MISSOC, La protection sociale dans les Etats membres de l'Union européenne, situation au 1er juillet 1996 et évolution, Commission des Communautés européennes, DG V, 1996

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli