Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

2. L'exode d'une génération de cadres et de créateurs d'entreprises n'en constitue pas moins une perte sérieuse pour le pays

Le départ de jeunes diplômés, de cadres ou d'entrepreneurs français à l'étranger n'est un atout pour la France que si ces derniers reviennent en France ou travaillent pour des entreprises françaises. Mais lorsqu'un entrepreneur français se délocalise à l'étranger, quand un chercheur poursuit sa carrière dans une université américaine, quand un entrepreneur s'installe, fortune faite, comme investisseur, à Bruxelles, le bilan de l'opération pour la collectivité nationale est clairement négatif.

Même si l'existence d'une diaspora d'ingénieurs ou d'entrepreneurs français installés à l'étranger peut favoriser des transferts de technologie, de savoir-faire et susciter des flux d'exportations, ces départs constituent pour la France une perte non négligeable. Loin de contribuer au rayonnement de la France à l'étranger, leur départ est le signe visible d'une moindre compétitivité du territoire national.

Qu'ils aillent chercher à l'étranger des marchés en expansion, un environnement professionnel plus porteur ou une fiscalité plus accueillante, ces expatriés vont là où ils estiment que leurs talents se développeront le mieux. La France perd ainsi des jeunes entrepreneurs, des chercheurs, des cadres dirigeants, faute de leur proposer un environnement équivalent.

Symptôme d'une moindre attractivité du territoire français, cette nouvelle vague d'émigration est d'autant plus préoccupante qu'elle est à sens unique. L'émigration de chercheurs, d'ingénieurs ou de créateurs d'entreprises français à l'étranger ne s'accompagne pas, en effet, d'un mouvement inverse en direction de la France, comme c'est le cas pour les investissements directs des entreprises qui font l'objet de flux croisés entre la France et l'étranger. Le nombre de créateurs d'entreprises ou de chercheurs américains ou anglais qui s'installent en France pour des raisons professionnelles est dérisoire. Les quelques données disponibles relatives aux jeunes diplômés, montre que, si le nombre de Français qui obtiennent chaque année un doctorat scientifique aux Etats-Unis est de l'ordre de plusieurs centaines, les Américains poursuivant des études de haut niveau en France ne dépassent pas la dizaine84(*).

Phénomène à sens unique, cette nouvelle émigration apparaît, également, pour une large part, irréversible. Si 30 % seulement des diplômés des grandes écoles interrogés par l'enquête de la chambre de commerce de la région Rhône-Alpes pensent s'installer définitivement à l'étranger, cette proportion est beaucoup plus importante pour les créateurs d'entreprise et les détenteurs de patrimoine.

La quasi-totalité des entrepreneurs implantés à l'étranger depuis plus de cinq ans n'envisage pas de revenir en France. Bien intégrés dans leur pays d'accueil, ces entrepreneurs affirment avoir adopté des méthodes de travail anglo-saxonnes qu'ils n'envisagent pas de pouvoir transposer en France. En outre, pour ceux qui ont réussi, le fait d'être imposé à l'ISF sur leur patrimoine, ou à 40 % sur les plus-values des stock-options qu'ils ont obtenues à l'étranger, exclut toute perspective de retour.

Lorsque certains de ces Français qui ont réussi aux Etats-Unis souhaitent, après avoir revendu les parts de la société qu'ils ont créée, regagner l'Europe, ils s'installent souvent, pour des raisons fiscales, à Genève, à Bruxelles ou à Londres.

Il en résulte une perte sèche pour la collectivité nationale. Ce sont autant d'entreprises, de richesses et d'emplois créés à l'étranger à partir d'investissements faits en France dans nos grandes écoles et nos universités. Christian Saint-Etienne, Professeur à l'Université Paris-Dauphine, estimait récemment à deux millions de francs le coût moyen de la formation d'un ingénieur français84(*) (dépenses supportées par les parents et le système éducatif, de la naissance à l'obtention du diplôme).

Comme l'observe le rapport des chambres de commerce et d'industrie de la région Rhône-Alpes sur le départ pour l'étranger des jeunes diplômés :" Même si cette estimation concernait les diplômés de l'X, de Centrale ou des Mines, l'ordre de grandeur interpelle quand on constate qu'un tiers des jeunes diplômés expatriés, qui sont partis très rapidement après l'obtention du diplôme, ne compte pas rentrer en France. L'investissement perdu se révèle conséquent. "85(*)

Retour Sommaire Suite