Allez au contenu, Allez à la navigation

VALADIER Jean

Ancien sénateur d'Eure-et-Loir

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République


Ancien Vice-président du Sénat

Election

  • Elu le 6 mai 1928
  • Réélu le 14 janvier 1930
  • Réélu le 10 janvier 1939
  • Fin de mandat le 21 octobre 1945

Extraits de la table nominative :

1928 , 1929 , 1930 , 1931 , 1932 , 1933 , 1934 , 1935 , 1936 , 1937 , 1938 , 1939 , 1940

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

VALADIER (JEAN, MARIE, ALBIN, EDOUARD), né le 7 septembre 1878 à Nîmes Gard.

Sénateur d'Eure-et-Loir de 1928 à 1945.

Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale du 30 janvier au 6 février 1934.

Jean Valadier, après de bonnes études, obtient sa licence en droit en juillet 1904 et devient le secrétaire particulier de Viviani, ministre du Travail. En mars 1911, reçu premier au concours, il occupe le poste de contrôleur au ministère du Travail et, après la guerre, au cours de laquelle sa conduite lui vaut, en octobre 1915, la Croix de guerre et, en janvier 1918, la Légion d'honneur à titre militaire, il progresse rapidement dans sa carrière.

En effet, après avoir rempli les fonctions de secrétaire général du Haut commissaire de France en Grande-Bretagne, il passe contrôleur général au ministère du Travail en mars 1920, puis directeur des retraites et des assurances sociales en janvier 1923, après avoir été chef de cabinet du ministre du Travail, Peyronnet, dans le 2e cabinet Poincaré en 1922.

Les premières fonctions électives de Jean Valadier remontent au mois de mai 1912, date à laquelle il est conseiller municipal de Brou, en Eure-et-Loir. En octobre 1926, il en devient le maire, ayant été élu entre-temps, en juin de la même année, conseiller général.

Le 5 mai 1928, sous la bannière radicale, il se présente à l'élection sénatoriale d'Eure-et-Loir ouverte pour remplacer Villette-Gâté, de l'Union démocratique et radicale, décédé en février. Au premier tour, il arrive en deuxième position derrière Sédillot, candidat de droite, mais au deuxième tour, profitant du désistement de tous les candidats des partis républicains de gauche, le distançant nettement, il est élu avec 403 voix.

Réélu le 20 octobre 1929, au premier tour, en première position, avec 446 voix sur 714 inscrits et, le 23 octobre 1938 avec 366 voix sur 721 inscrits, il siège au Sénat sur les travées de la gauche démocratique, radicale et radicale socialiste.

Membre, comme il se doit, de la commission d'hygiène, d'assistance, d'assurance et de prévoyance sociale, dès 1928, Jean Valadier participe à de nombreux débats. Il présente notamment divers rapports au nom de cette commission et interpelle le gouvernement, le 12 mars 1929, sur les difficultés d'application de la loi des assurances sociales à l'agriculture.

A partir de 1930 et jusqu'en 1940, Valadier, membre de la commission des finances, redouble d'activité. Il présente de multiples rapports, au fond ou pour avis, au nom de cette commission et participe à toutes les discussions budgétaires. En 1933, il interpelle le gouvernement sur la nécessité de simplifier la loi des assurances sociales, puis sur l'aggravation persistante des déficits du fonds commun et d'exploitation des réseaux de chemin de fer. Au cours de cette même année, il dépose une proposition de loi pour la réforme des assurances sociales et, en 1935, avec Maurice Viollette et Jacques Benoist, une autre qui tend à organiser l'agriculture française.

Le 30 janvier 1934, Edouard Daladier, constituant son 2e cabinet, l'appelle au ministère du Travail et de la Prévoyance sociale. Mais sa carrière ministérielle sera brève car, le 7 février, après les événements du 6 et bien qu'ayant obtenu la confiance de la Chambre, Edouard Daladier démissionne, bientôt remplacé par Gaston Doumergue et un cabinet d'union.

Les activités de Jean Valadier furent multiples et il occupa les postes de membre du Conseil supérieur des travaux publics, de président du Conseil supérieur des assurances privées, de président de la commission de surveillance des offices d'Etat, de président de la caisse des pensions de guerre, de président du groupe des questions sociales à l'Exposition internationale de 1937, de président du comité financier de la caisse d'amortissement en 1938, puis de président du comité financier de la caisse nationale d'amortissement.

Il est proclamé vice-président du Sénat le 11 janvier 1940 et désigné, le 8 février, pour présider la Haute cour de justice en cas d'empêchement du président.

Le 10 juillet 1940, à Vichy, Jean Valadier vote pour l'article unique du projet de loi constitutionnelle.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

VALADIER (Jean)

Né le 7 septembre 1878 à Nîmes (Gard)

Décédé le 9 décembre 1959 à Paris

Sénateur d'Eure-et-Loir de 1928 à 1945

Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale du 30 janvier au 6 février 1934

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome VIII, p. 3141)

A Vichy, le 10 juillet 1940, Jean Valadier, vice-président du Sénat, vote en faveur du projet de loi constitutionnelle attribuant les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Il pense « qu'il vaut mieux rester en contact avec Pétain et collaborer avec lui afin de sauver le Sénat et de conserver quelque chose de nos lois démocratiques ». Il est nommé membre du Conseil national créé par Flandin en 1941.

A la Libération, il est exclu du parti radical.

Il meurt le 9 décembre 1959 à Paris, à l'âge de 81 ans.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Jean VALADIER, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 7 septembre 1878
Décédé le 9 décembre 1959
Profession
Fonctionnaire
Département
Eure-et-Loir
  • Mis à jour le 22 décembre 2014