Allez au contenu, Allez à la navigation

VEYSSIERE Gaston

Ancien sénateur de la Seine-Inférieure

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 9 janvier 1927
  • Réélu le 14 janvier 1936
  • Fin de mandat le 31 décembre 1944

Extraits de la table nominative :

1927 , 1928 , 1929 , 1930 , 1931 , 1932 , 1933 , 1934 , 1935 , 1936 , 1937 , 1938 , 1939 , 1940

Biographie

1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)
1940-1958  (Extrait du Dictionnaire des parlementaires français)

1889-1940

VEYSSIÈRE (GASTON, LOUIS), né le 17 novembre 1875 à Riom (Puy de dôme).

Sénateur de la Seine-inférieure de 1927 à 1944.

Gaston Veyssière est né à Riom, le 17 novembre 1875. Brillant élève, il obtient très facilement sa licence en droit, puis le double diplôme de doctorat économique et juridique, après avoir soutenu une thèse remarquable sur la loi de 1881 relative à la liberté de la presse. Tout le prédestine à l'agrégation, tout sauf sa santé qui le lui interdit. Il deviendra donc avocat.

En 1897, il prête serment et fait ses premières armes comme avoué près le tribunal civil de Cherbourg. En 1908, il s'inscrit au barreau de Rouen où Louis Ricard, ancien garde des sceaux, le prend comme collaborateur. C'est là que s'amorce une carrière qui révélera un grand avocat.

Etrange destinée, d'ailleurs, que celle de Gaston Veyssière dont l'activité inlassable s'étendit du droit à l'agriculture et du journalisme à la politique.

Juriste, il l'est de formation. Tous les tribunaux de Normandie connaissent, pour l'avoir appréciée, son éloquence persuasive que vient réchauffer encore la richesse de la documentation. En 1924, il siège au Conseil de l'Ordre et, en 1931, ses confrères le portent à une distinction enviée - le bâtonnat - qu'il n'assumera qu'un an, de crainte qu'elle ne soit incompatible avec ses autres activités.

Ce serait mal connaître Gaston Veyssière que de faire abstraction de ses vues sociales, bien souvent en avance sur celles de ses contemporains. Pour lui, la grandeur d'un pays procède de la formation de sa jeunesse. C'est dans cet esprit qu'avec plusieurs de ses confrères, notamment Georges de Beaurepaire, il crée l'Ecole de droit de Rouen, où il enseignera pendant des années la procédure, les voies d'exécution, mais aussi l'économie politique.

Journaliste, il collabore pendant plusieurs années à la Dépêche de Rouen.

Mais le bâtonnier Veyssière est aussi un terrien. Cette qualité, il la doit à son père, vétérinaire départemental de la Seine-inférieure Propriétaire du domaine de la Grand-mare - une centaine d'hectares - Gaston Veyssière y exploite lui-même une ferme modèle dont l'activité est plus spécialement tournée vers la production du lait. Comment s'étonner alors que l'idée de la nécessité du syndicalisme agricole se soit imposée à lui comme à tous les travailleurs de la terre ? Cette idée, il faudra près de vingt ans pour qu'elle se réalise pleinement et il fera, dans ce domaine, figure de pionnier.

Dès 1924, il est président de la commission de législation du syndicat agricole de Seine-inférieure et vice-président de la coopérative agricole de Haute-Normandie. La même année, il contribue à la création de la caisse d'allocations familiales de la Seine-inférieure dont il assume la vice-présidence en 1925. C'est l'époque à laquelle il accède à la présidence du syndicat agricole départemental, organisme dont il fut pratiquement le fondateur et ne cessa d'être l'âme.

Il s'intéressa à toutes les formes d'association agricole, notamment la coopération, la mutualité sociale, les silos, la chambre d'agriculture, de même qu'à tous les problèmes sociaux, ce qui l'incita à organiser un système de prêts afin que les ouvriers agricoles puissent devenir propriétaire de leur maison.

Parmi les agriculteurs, il ne compte que des amis. Ceux-ci se reconnaissent d'ailleurs si bien en lui qu'ils le poussent à se présenter aux élections sénatoriales du 9 janvier 1927, Bien que n'ayant jamais rempli aucun mandat électif, il est élu sénateur, au premier tour de scrutin, par 759 voix sur 1.469 votants. Il sera réélu plus brillamment encore le 20 octobre 1935, au premier tour, le premier de sa liste, avec 958 voix sur 1.500 votants. En cinquième position, était élu au troisième tour son ami de toujours, le futur Président de la République René Coty.

A la Haute Assemblée, nous allons retrouver tout naturellement le juriste et l'agriculteur membre des commissions de l'agriculture, de la législation civile et de la marine.

Paradoxalement, ce grand avocat se fait peu entendre à la tribune du Luxembourg, bien qu'il apprécie les discussions ordonnées qui y sont à l'honneur. Il conquiert le Sénat dès ses premières interventions. Du professeur, elles ont la clarté, l'équilibre, la simplicité ; de l'avocat, elles traduisent le souci de convaincre et de ne point inutilement froisser.

Républicain modéré, membre de la fédération républicaine, il perdra rarement les occasions qui s'offrent à lui de défendre les intérêts des agriculteurs, qu'il s'agisse des coopératives agricoles, des baux à ferme, du prix des céréales, de la prophylaxie de la tuberculose des bovidés, de la salubrité des viandes, de l'organisation ou de l'assainissement du marché du blé, de la révision des prix des denrées agricoles réglementées, de l'office national du blé, du warrantage des récoltes, des allocations familiales ou des conventions collectives dans l'agriculture. Est-il besoin de préciser que son dévouement continuait parallèlement à se manifester dans son département où il devenait président de la chambre d'agriculture ? Ses collègues présidents de chambres d'agriculture et les responsables de l'association générale des producteurs de blé n'hésitaient pas à le porter à leur vice-présidence.

Département agricole, la Seine-inférieure est aussi un département maritime. Gaston Veyssière d'ailleurs avocat spécialisé dans les grands procès maritimes se considérait à juste titre comme le représentant de deux grands ports, ce qui explique qu'à plusieurs reprises le Sénat lu ait confié 1 étude des problèmes commerciaux et maritimes les plus ardus, dont il n'ignorait aucun détail.

La Chambre des députés avait par exemple voté un projet réformant le régime des connaissements ; le texte était passablement touffu. Nommé rapporteur au Sénat, Gaston Veyssière reconsidère le projet abinitio, le clarifie, apporte ici des solutions plus simples, là des formules nouvelles, parvenant ainsi à une rédaction qui, hautement approuvée par les juristes, recueille aussitôt, avec l'assentiment unanime et des armateurs et des négociants intéressés, la chaleureuse approbation de nombreuses chambres de commerce.

Une autre législation exige une réforme : celle qui régit les hypothèques et les privilèges maritimes. Non seulement c'est encore Gaston Veyssière qui présente le rapport, mais, lorsque le ministère de la Marine marchande constitue la commission extra-parlementaire chargée d'étudier cette importante réforme, c'est au sénateur de la Seine-inférieure qu'il en confie la présidence.

Sa vie politique fut pour lui une sorte de synthèse : l'occasion d'être tout à la fois le juriste théoricien du droit, l'avocat défenseur des plus malheureux, le professeur dispensateur de larges connaissances accumulées au fil des temps, l'agriculteur rompu au travail de la terre et apte à en mesurer les difficultés. Pour lui, ces diverses activités étaient inséparables et il y apportait le même coeur, la même intelligence, qui lui valurent la sympathie de tous les milieux qu'il eut l'occasion de fréquenter.

Sa carrière parlementaire s'acheva le 10 juillet 1940, séance au cours de laquelle il vota les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

1940-1958

VEYSSIERE (Gaston)

Né le 17 novembre 1875 à Riom (Puy-de-Dôme)

Décédé le 27 septembre 1948 à Rouen (Seine-Maritime)

Sénateur de la Seine-Inférieure de 1927 à 1944

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaire français 1889-1940, tome VIII, p. 3169)

A Vichy le 10 juillet 1940, Gaston Veyssière vote en faveur de la revision constitutionnelle.

Retiré de la vie politique, il meurt le 27 septembre 1948 à Rouen.

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. Gaston VEYSSIERE, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 17 novembre 1875
Décédé le 27 septembre 1948
Profession
Avocat
Département
Seine-Inférieure
  • Mis à jour le 20 septembre 2014