Allez au contenu, Allez à la navigation

VOLLAND François

Ancien sénateur de la Meurthe-et-Moselle

  • IIIème République

    Ancien sénateur de la
    IIIe République

Election

  • Elu le 24 octobre 1886
  • Réélu le 5 janvier 1888
  • Réélu le 3 janvier 1897
  • Fin de mandat le 4 juin 1900 ( Décédé )

Extraits de la table nominative :

1886 , 1887 , 1888 , 1889 , 1890 , 1891 , 1892 , 1893 , 1894 , 1895 , 1896 , 1897 , 1898 , 1899 , 1900

Biographie

avant 1889  (Extrait du «Robert et Cougny»)
1889-1940  (Extrait du «Jean Jolly»)

avant 1889

VOLLAND (FRANÇOIS-ADRIEN), membre du Sénat, né à Nancy (Meurthe) le 1er août 1838, étudia le droit et s'inscrivit au barreau de sa ville natale, dont il devint maire. Désigné comme candidat républicain par le congrès départemental de Meurthe-et-Moselle lors de l'élection sénatoriale motivée par le décès de M. Barlet, M. Volland fut élu (24 octobre 1886) par 704 voix (945 votants), contre 241 à M. de Ludre, monarchiste, Sa circulaire, contenait ce passage : « La République fondée, le pays entend se reposer des agitations dont il a trop souffert et se refaire dans un milieu favorable à son activité, au développement de son agriculture et de son industrie. La crise agricole et commerciale, qui n'a pas, comme on le dit, élu spécialement domicile parmi nous, qui s'étend au monde entier, ne saurait trop préoccuper les pouvoirs publics. Le pays exige de ses représentants une politique d'affaires. La République est mûre pour la pratiquer. Elle ne doit reculer devant aucune des parties de cette grande tâche, et, protectrice de tous les droits, elle doit s'occuper avec sollicitude du sort de ceux qui travaillent. Que la République demeure conservatrice, mais qu'elle: s'inspire toujours de ce qui a fait soit honneur et sa force, des grands principes: du droit et de la liberté. » M. Volland siégea à gauche et appartint, dans la Chambre haute, à la majorité. Il soutint de son vote les ministères de MM. Rouvier et Tirard, interpella le ministre de l'agriculture, M. Viette, sur les modifications apportées dans le recrutement des élèves de l'Ecole forestière de Nancy (janvier 1888), vota contre le ministère. Floquet, et se prononça, en dernier lieu, pour le rétablissement du scrutin d'arrondissement (13 février 1889), pour le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse, pour la procédure de la haute cour contre le général Boulanger.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Robert et Cougny (1889)

Afficher le texte

1889-1940

VOLLAND (FRANÇOIS, ADRIEN), né le 1er août 1838 à Nancy (Meurthe-et-Moselle), mort le 4 juin 1900 à Paris.

Sénateur de la Meurthe-et-Moselle de 1886 à 1900.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. V. p. 547.)

Réélu en janvier 1888 au premier tour par 692 voix sur 947 votants, il demande, le 16 janvier de la même année, à interpeller le ministre de l'agriculture au sujet des modifications apportées par le décret et l'arrêté ministériel du 10 janvier 1888 à la destination légale de l'Institut agronomique et au recrutement de l'école nationale forestière.

Il prend souvent la parole dans les discussions ayant un caractère juridique concernant notamment la responsabilité des accidents dont les ouvriers sont victimes dans leur travail, les contrats de louage et les rapports des agents de chemins de fer avec les compagnies, la réparation des erreurs judiciaires et la révision des procès criminels et correctionnels et les indemnités aux victimes d'erreurs judiciaires.

Le 3 janvier 1897 ses électeurs lui manifestent une nouvelle fois leur confiance, au premier tour, par 850 voix sur 939 votants.

Durant ce dernier mandat, Volland ne se fait entendre que rarement en séance publique et travaille surtout en commission. Il fait notamment partie de la commission chargée d'examiner la proposition de loi ayant pour but de conférer l'électorat aux femmes pour l'élection aux tribunaux de commerce. Il appartient également aux commissions d'initiative parlementaire, d'intérêt local, de comptabilité et de l'armée.

Il meurt à Paris le 4 juin 1900. Volland qui avait été l'un des fondateurs du Progrès de l'Est, était depuis 1879 membre du Conseil général de Meurthe-et-Moselle dont il était un des vice-présidents. Il avait été maire de la ville de Nancy d'août 1879 à avril 1888. Il était chevalier de la Légion d'honneur.

Extrait du « Dictionnaire des Parlementaires français », Jean Jolly (1960/1977)

Afficher le texte

Avertissement : les extraits de tables nominatives et biographies sont issus d'une reconnaissance automatisée des caractères ; merci de nous signaler toute erreur ou coquille.

Pour toute remarque, veuillez contacter : anciens-senateurs@senat.fr

Photo de M. François VOLLAND, ancien sénateur
Etat-civil
Né le 1er août 1838
Décédé le 4 juin 1900
Profession
Avocat
Département
Meurthe-et-Moselle
  • Mis à jour le 25 juillet 2014