Allez au contenu, Allez à la navigation

Étude de législation comparée n° 294 - août 2021 - Les aides aux étudiants et frais de scolarité

17 août 2021 : Les aides aux étudiants et frais de scolarité ( etude de législation comparée )

Juillet 2021

- LÉGISLATION COMPARÉE -

RECUEIL

sur

LES AIDES AUX ETUDIANTS ET FRAIS DE SCOLARITÉ

_____

Allemagne - Danemark - Espagne - Royaume-Uni - Suède

_____

L'étude a été réalisée à la demande de
la mission d'information « Conditions de la vie étudiante en France »

AVERTISSEMENT

Ce document constitue un instrument de travail élaboré à la demande des sénateurs, à partir de documents en langue originale, par la Division de la Législation comparée de la direction de l'initiative parlementaire et des délégations. Il a un caractère informatif et ne contient aucune prise de position susceptible d'engager le Sénat.

LES AIDES AUX ETUDIANTS ET FRAIS DE SCOLARITÉ

À la demande de la mission d'information sur les conditions de la vie étudiante, la Division de la Législation comparée a réalisé une étude sur les frais de scolarité dans les universités publiques et les aides aux étudiants, incluant les bourses, les prêts mais aussi les autres aides sociales ou fiscales accessibles aux étudiants, dans cinq pays européens. La présente étude aborde également les dispositifs de soutien exceptionnel mis en place pour répondre aux difficultés des étudiants, dans le contexte de la crise du coronavirus.

Le Danemark et la Suède se caractérisent par l'absence de frais de scolarité pour les étudiants nationaux inscrits à l'université publique et par un système de soutien financier accessible à la plupart des étudiants, couplant aide non remboursable et prêt lorsque l'aide initiale est insuffisante.

Le système allemand comporte certains points communs avec le modèle nordique : les frais de scolarité à l'université publique ont été supprimés dans tous les Länder en 2014 et les bourses de l'État fédéral sont pour moitié non remboursables et pour moitié accordées sous forme de prêt. Cependant, seule une minorité d'étudiants bénéficient de l'aide fédérale (17 % en 2019).

En Espagne et au Royaume-Uni, il existe une forte hétérogénéité des frais de scolarité selon les communautés autonomes et les nations constitutives (l'Écosse se distinguant par la gratuité des études de premier cycle pour les étudiants qui y sont domiciliés). Cette diversité régionale se retrouve également dans les dispositifs de soutien, mais à un degré plus faible en Espagne où il existe un régime général de bourses de l'État, complété par des bourses des communautés autonomes et des universités.

Le système britannique se singularise par l'existence d'un régime d'aide aux étudiants différent dans chaque nation constitutive : l'Angleterre, où les bourses pour les nouveaux étudiants ont été supprimées en 2016, privilégie le soutien sous forme de prêt, tandis que l'Ecosse, l'Irlande du Nord et le Pays de Galles proposent à la fois des bourses et des prêts.

I. LE DANEMARK

La spécificité du Danemark tient à l'existence d'une aide éducative d'État à destination de la plupart des étudiants, le Statens Uddannelsesstøtte, dit « SU ».

Historiquement, le premier fonds pour les étudiants a été créé en 19131(*). Dans les années 1950 et 1960, l'État a mis en place une aide financière à destination des jeunes en formation sous la forme d'un fonds pour l'éducation des jeunes. Son champ d'action a été progressivement élargi pour intégrer de plus en plus de personnes, tandis que son montant était également augmenté. C'est en 1970 que l'aide éducative d'État (SU) voit le jour. Parmi ses objectifs figurent deux préceptes :

i) personne ne devrait être empêché de suivre des études pour des raisons financières ;

ii) il doit être possible de poursuivre une activité professionnelle limitée en parallèle des études à un niveau sans conséquence sur la formation.

Diverses réformes sont intervenues depuis pour aboutir à la forme de SU telle qu'elle existe aujourd'hui, et présentée ci-après.

C'est l'agence danoise pour l'éducation et la recherche (Uddannelses og Forskningsstyrelsen, UFS), créée le 1er octobre 2020 suite à la fusion de l'agence pour la recherche et l'éducation et de l'agence pour les institutions et le soutien à l'éducation, qui gère les questions relatives à l'aide éducative d'État.

Le Danemark compte 259 456 étudiants dans l'enseignement supérieur, hors doctorat, en 20202(*). En 2019, 481 612 personnes bénéficiaient du SU3(*) et 130 101 d'un prêt étudiant sous quelque forme que ce soit (dont environ 103 000 bénéficiaires du prêt SU ordinaire). Au total, 20,8 milliards de couronnes danoises (DKK), soit près de 2, 8 milliards d'euros, ont été versés au titre du SU en 2019, et 3 767,4 millions DKK (506,7 millions €) pour les prêts de toute nature (dont 3 311,7 millions DKK, soit 445 millions d'euros, au titre du prêt ordinaire SU)4(*).

A. LES FRAIS DE SCOLARITÉ À L'UNIVERSITÉ PUBLIQUE

Les étudiants de nationalité danoise, à l'instar d'autres catégories d'étudiants tels que les ressortissants d'un pays membre de l'Union européenne ou de l'Espace économique européen, ne sont en général pas redevables de frais de scolarité5(*). À l'inverse, les étudiants, ressortissants de pays tiers, doivent, sauf exception, s'acquitter de frais de scolarité.

B. LES DISPOSITIFS PÉRENNES D'AIDE AUX ÉTUDIANTS

1. Un régime particulier d'aide aux étudiants : l'aide éducative d'État (Statens Uddannelsesstøtte - SU)

Le Danemark a mis en place en 1970 une aide particulière à destination des étudiants nationaux, l'aide éducative d'État (Statens Uddannelsesstøtte, ci-après SU)6(*) 7(*).

a) Principe général

Tout étudiant danois, sous réserve de réunir les conditions présentées infra, peut demander à obtenir le SU. S'il est éligible, l'aide lui sera versée une fois par mois.

La demande se fait sur le site internet www.su.dk, géré par l'agence danoise pour l'éducation et la recherche, sur l'espace personnel du demandeur, accessible par le dispositif NemID8(*). Elle doit être déposée lorsque l'étudiant a été accepté dans une formation et au plus tôt un mois avant la date à laquelle l'étudiant souhaite obtenir le premier versement. Il n'y a pas de paiement rétroactif.

La bourse lui est assurée pour le nombre de mois que durent ses études, auxquels peuvent s'ajouter douze mois supplémentaires. Au total, le SU est accordé jusqu'à 70 mois sur ce qui est appelé une « carte de tickets » (Klippekort) pour l'éducation - 70 mois correspondant à 70 « tickets » - un ticket étant ici un droit mensuel à percevoir la bourse. Dans certains cas, par exemple des études par nature plus longues que 70 mois (à l'instar des études de médecine), des « tickets » supplémentaires peuvent être accordés.

b) Conditions d'attribution

Pour pouvoir prétendre au SU, un étudiant est tenu de réunir un certain nombre de critères :

- il doit être inscrit dans une formation approuvée9(*) et la suivre : depuis le 1er janvier 2021, cette obligation de suivi une formation conduit également à suspendre le versement du SU aux étudiants qui seraient temporairement exclus de leur formation10(*) ;

- il doit être assidu dans sa formation : est considéré comme actif un étudiant qui, s'il a commencé ses études supérieures après le 1er juillet 2016, n'a pas plus de six mois de retard dans ses études (soit l'équivalent de 30 crédits ECTS) et, s'il a commencé ses études avant le 1er juillet 2016, n'a pas plus de douze mois de retard dans ses études (soit l'équivalent de 60 crédits ECTS). Cette activité est contrôlée par l'établissement11(*) ;

- il doit être à l'origine de la demande et la renouveler en cas de changement d'orientation : une décision d'octroi de SU est une décision spécifique liée aux caractéristiques des études choisies par le demandeur. S'il en change, ou s'il change de lieu d'études, il doit faire une nouvelle demande. S'il ne le fait pas, il devra rembourser les sommes perçues12(*) ;

- il doit être âgé de plus de 18 ans ;

- ses revenus propres annuels ne doivent pas excéder un certain montant (fribeløb), sous peine de devoir rembourser tout ou partie de son SU.

Ce plafond annuel de revenus est différent pour chaque étudiant, car il est la somme de douze montants plafond mensuels, qui eux-mêmes sont subdivisés en trois catégories en fonction des circonstances propres à chacun ((i) catégorie « montant bas » de 13 711 DKK - 1 843 € -- les mois où l'étudiant ne reçoit que le SU, (ii) catégorie « montant moyen » de 20 088 DKK -2 701 €- les mois où l'étudiant a renoncé au SU, ne l'a pas demandé, effectue un stage rémunéré ou n'est pas actif dans ses études et (iii) catégorie « montant élevé » de 38 664 DKK - 5 199 € - les mois où l'étudiant n'a pas droit au SU, par exemple parce qu'il n'est pas en formation ou encore qu'il reçoit une autre aide publique telle qu'une allocation chômage)13(*). Le montant annuel à ne pas dépasser pour percevoir le SU est la somme des douze montants mensuels ; l'étudiant doit lui-même estimer le nombre de mois où il sera soumis au montant bas, ainsi qu'aux montants moyens et hauts. La somme de ces estimations donne le montant-plafond annuel (auquel sera ajouté, le cas échéant, un supplément de 29 053 DKK - 3 907 € - par enfant mineur à charge) que l'étudiant ne doit pas dépasser à la fin de l'année, sous peine de devoir rembourser son SU14(*) 15(*) ;

- il ne doit recevoir aucune autre aide publique pour faire face au coût de la vie : si un étudiant perçoit certaines prestations, il ne peut dans le même temps recevoir le SU (voir infra pour le détail). Ce critère ne comprend pas les aides publiques liées à la situation personnelle de l'étudiant (par exemple s'il a des enfants ou s'il est handicapé), ni les aides au logement ;

- il doit posséder la citoyenneté danoise ou être assimilé à un citoyen danois : un ressortissant étranger peut faire une demande de SU sur le site dédié s'il remplit dans les trois semaines suivant sa demande un formulaire spécial visant à lui accorder l'égalité avec les citoyens danois16(*). Ainsi, par exemple, les ressortissants de pays de l'Union européenne ou de l'Espace économique européen peuvent prétendre au SU dans la mesure où ils peuvent justifier d'au moins cinq ans de présence au Danemark17(*) ou s'ils sont assimilés à des salariés. Les citoyens de pays tiers justifiant d'un lien avec le Danemark peuvent également être éligibles au SU.

c) Montants

Le montant du SU est fonction du lieu de résidence de l'étudiant et, selon ce lieu, de sa date de début d'études18(*) :

- si l'étudiant vit de façon autonome (udeboende), il touche un SU de 6 321 DKK (850 euros) par mois avant impôt en 2021 ;

- si l'étudiant vit chez ses parents (hjemmeboende) et qu'il a commencé ses études avant le 1er juillet 2014, le montant de son SU est de 3 143 DKK (422 euros) par mois avant impôt ;

- si l'étudiant vit chez ses parents et qu'il a commencé ses études à compter du 1er juillet 2014, le montant de son SU est fonction du revenu de ses parents. Le montant de base est de 982 DKK (132 euros) par mois avant impôt, auquel peut s'ajouter, en fonction du revenu des parents, un supplément. Ainsi, un étudiant vivant chez ses parents, lesquels ont en 2019 un revenu avant impôt, et déduction faite des retenues au titre de la fratrie19(*), supérieur à 604 403 DKK (81 278 euros), ne peut prétendre qu'au montant de SU de base. À l'inverse, un étudiant dont les parents ont un revenu inférieur à 357 182 DKK (48 033 euros) peut prétendre à une aide globale de 2 725 DKK par mois (366 euros), incluant les 982 DKK du montant de base et une allocation supplémentaire de 1 743 DKK (234 euros). Entre ces deux extrêmes, les montants varient : un barème de 25 paliers de 10 000 DKK (1 345 euros) est défini pour les revenus parentaux, s'échelonnant entre 360 000 et 600 000 DKK (48 412 et 80 686 euros), lesquels influent donc sur le montant de la bourse, qui décroit d'un montant de l'ordre de 70 DKK par mois (9,41 euros) dès lors que le revenu parental augmente.

d) Fin de l'éligibilité

Le versement du SU s'arrête si l'étudiant est déclaré inactif. L'activité de l'étudiant est contrôlée par son établissement et, lorsqu'il est déclaré inactif, son SU s'arrête le mois suivant. L'étudiant est informé qu'il a été déclaré inactif et de la date à partir de laquelle il ne percevra plus la bourse. S'il redevient actif, il peut alors soumettre une nouvelle demande de SU.

Le versement du SU s'arrête également lorsque l'étudiant a épuisé ses droits à SU. S'il poursuit tout de même ses études, il pourra alors prétendre à un « prêt final » (Slutlån).

2. La possibilité de recourir à un prêt étudiant (SU-lån) pour compléter l'aide initiale
a) Conditions d'accès

Les étudiants pour lesquels l'aide présentée supra s'avère insuffisante, même couplée avec un complément salarial, peuvent demander à bénéficier d'un prêt ordinaire associé au SU (SU-lån)20(*) pendant les mois au cours desquels ils reçoivent la bourse. Ce prêt est octroyé par l'agence danoise pour l'éducation et la recherche ; la demande s'effectue selon la même procédure que la demande de SU.

Outre ce prêt ordinaire, d'autres formes de prêts associés au SU existent21(*), à l'instar du prêt supplémentaire pour les soutiens de famille (Supplerende SU-lån til forsørgere), du prêt final (Slutlån) à destination des étudiants qui sont dans leurs 12 à 24 derniers mois d'études mais n'ont plus le bénéfice du SU, du prêt à destination des étudiants allant effectuer une partie de leur cursus à l'étranger et devant payer des frais supérieurs au montant de la bourse (Udlandsstudielån) ou encore le prêt SU majoré pour les étudiants rattachés à leurs parents ne pouvant prétendre à la bourse maximale car leurs parents ont un revenu trop important (Forældreafhængig SU).

b) Fonctionnement et montant de l'aide

L'étudiant souhaitant bénéficier d'un prêt choisit les mois au cours desquels il souhaite que ce prêt soit versé ainsi que le montant, dans la limite du montant maximal. Le montant du prêt ordinaire peut atteindre 3 234 DKK par mois (435 euros). Le prêt ne commence à être versé qu'après l'acceptation du plan de prêt et des conditions associées par l'étudiant.

Le prêt supplémentaire pour les soutiens de famille peut atteindre 1 618 DKK (217 euros) qui s'ajoutent au montant maximal du prêt ordinaire, soit un total de 4 852 DKK (652 euros). Le prêt final, quant à lui, s'élève à 8 344 DKK (1 122 euros) par mois.

Le prêt pour les étudiants effectuant une partie de leur cursus à l'étranger ne peut excéder 109 903 DKK (14 779 euros) pour la totalité de la formation.

Une fois le prêt accordé, le dossier est transféré à Udbetalning Danmark, qui est en charge du recouvrement. Le remboursement commence un 1er janvier, un an après la fin de l'année pendant laquelle s'achèvent les études (un étudiant ayant terminé ses études en 2018, quel que soit le mois, a donc commencé à rembourser son prêt le 1er janvier 2020). La durée de remboursement dépend du montant emprunté et s'étale entre 7 et 15 ans.

Le SU-lån voit son taux varier selon que le bénéficiaire est toujours étudiant ou qu'il a terminé ses études. Dans le premier cas, le taux est de 4 %, dans le second cas de 1 % en 202122(*).

3. Compléments et aides sociales accessibles aux étudiants

Le SU n'est pas cumulable avec certaines autres aides publiques visant à faire face au coût de la vie si celles-ci sont versées pour le mois complet : les mois où l'étudiant perçoit entièrement une prestation, il ne peut recevoir le SU tandis que les mois où il reçoit une prestation de façon partielle, il peut demander le SU. Tel est le cas des prestations telles que les indemnités de chômage, les pensions de préretraite, les aides éducatives versées selon les règles d'un pays tiers ou encore les allocations de réadaptation pour ceux dont la capacité de travail est limitée23(*).

Ce critère ne comprend pas les aides liées à la situation personnelle de l'étudiant (par exemple s'il a des enfants ou s'il est handicapé), qui sont couplées avec le versement du SU qui reste un préalable à l'activation du soutien supplémentaire, ni les aides au logement, gérées par Udbetalning Danmark

Ainsi, un étudiant parent ou porteur d'un handicap peut prétendre à un soutien supplémentaire à côté de son SU. Le soutien supplémentaire pour les étudiants parents peut prendre deux formes : soit celle de versements24(*) ou de « tickets » mensuels SU supplémentaires, soit celle d'un prêt SU supplémentaire avec, parfois, un complément en tant que soutien de famille. Les deux formes de soutien supplémentaire ne sont pas cumulables pour la même période25(*).

Le soutien supplémentaire accordé aux étudiants porteurs de handicap, quant à lui, ne l'est que dans l'hypothèse où le handicap empêche l'étudiant de travailler à côté de ses études, cinq à six heures par semaine ou cinq à six semaines lors des vacances d'été. L'incapacité doit être « médicalement documentée ». Le montant du supplément lié au handicap est de 8 991 DKK par mois (1 209 euros) pour un étudiant de l'enseignement supérieur26(*).

Par ailleurs, un étudiant percevant le SU qui ferait faire face au paiement de frais liés à sa formation peut recevoir une subvention à ce titre. Le montant maximal est de 85 % de la somme à payer, calculé sur une base mensuelle27(*), un étudiant ne pouvant cependant pas percevoir plus de 2 467 DKK par mois (332 euros) à ce titre.

Enfin, un étudiant inscrit en doctorat est éligible au versement d'une bourse, jusqu'à 48  mensualités. Le montant d'un versement correspond à un mois de bourse pour un étudiant vivant de façon autonome, soit 6 321 DKK (850 euros).

Outre ces aides directement liées à la perception du SU, un étudiant danois peut prétendre à l'aide au logement (boligstøtte). Pour cela, il doit remplir certaines conditions liées au logement (telle que louer un logement en tant que résidence principale possédant sa propre cuisine). Le montant versé à ce titre est fonction de plusieurs critères : le montant du loyer, la superficie du logement, le nombre d'occupants adultes et enfants, le revenu et le patrimoine de tous les membres du logement, et du fait que la personne est retraitée ou préretraitée. Ainsi, une personne touchant 9 400 DKK (1 264 €) par mois, sans patrimoine ni épargne, louant un deux-pièces de 40m2 pour un loyer de 4 000 DKK (538 €) par mois obtiendrait une allocation logement de 615 DKK (83 €) par mois. Une autre personne ayant le même revenu mensuel, payant un loyer de 5 000 DKK (672 €) pour un deux-pièces de 40m2, percevrait quant à elle 765 DKK (103 €) d'aide au logement. Le maximum semble être de 1 039 DKK (140 €) par mois pour une personne non retraitée et sans enfant.

4. Dispositifs fiscaux en faveur des étudiants ou des parents

Le SU est imposable, le montant versé est donc amputé de la partie correspondant au prélèvement à la source.

La recherche n'a pas permis de mettre en évidence l'existence de dispositifs fiscaux spécifiques en faveur des étudiants ou de leurs parents.

C. LES MESURES D'AIDE AUX ÉTUDIANTS EN DIFFICULTÉ À LA SUITE DE LA CRISE DU CORONAVIRUS

Plusieurs mesures ont été mises en place au Danemark pour aider les étudiants à traverser la crise sanitaire.

Tout d'abord, le Danemark a accordé le 15 juin 2020 une aide exceptionnelle non imposable de 1 000 DKK (134 €) par personne aux étudiants qui étaient soit bénéficiaires du SU en avril 2020, soit bénéficiaires du prêt final SU et d'une allocation au titre d'un handicap ou en tant que chargé de famille.

De plus, les étudiants déjà bénéficiaires du prêt SU ordinaire ou du prêt final ont pu demander des prêts supplémentaires en raison de la crise sanitaire. Les périodes concernées vont de mars à août 2020 pour la première, puis de novembre 2020 à juin 2021 pour la seconde. Comme pour les prêts ordinaires, les prêts supplémentaires sont débloqués dès que l'étudiant a approuvé le plan de prêt et les conditions. Les montants des prêts supplémentaires sont de 6 468 DKK (870 €) pour la période courant de janvier à juin 202128(*) contre 6 388 DKK (859 €) pour les mois concernés en 202029(*) pour les étudiants bénéficiant du prêt SU ordinaire. Les étudiants bénéficiant du prêt final, quant à eux, ont vu leur prêt passer de 8 344 DKK (1 122 €) à 14 812 DKK (1 992 €) par mois entre janvier et juin30(*).

La possibilité de contracter un prêt final élargi pour les étudiants qui avaient épuisé leurs « tickets » ou leur prêt final a également été mis en place : au total, 14 mois de prêt final supplémentaires peuvent ainsi être octroyés.

Par ailleurs, tout étudiant percevant le SU et ayant dû travailler de chez lui en raison de la crise sanitaire est réputé être actif, dans la mesure du possible. Les paiements du SU sont donc restés inchangés. À compter de la fin du mois de septembre 2020, le contrôle de l'assiduité tel qu'il était opéré auparavant a repris. Tout étudiant qui, en raison d'une maladie, a cumulé un certain retard dans ses études peut, sur présentation de justificatifs médicaux, obtenir des « tickets » supplémentaires.

Enfin, les étudiants qui faisaient partie des personnels indispensables à la lutte contre le coronavirus et ont obtenu à ce titre une rémunération supplémentaire peuvent demander à ce que leur montant-plafond exonéré soit plus élevé que leur montant-plafond ordinaire.

Enquête sur l'économie étudiante

Une enquête menée en 2010 sur l'économie étudiante montrait qu'un étudiant ordinaire de l'enseignement supérieur percevait un revenu mensuel (composé du SU, d'un emploi étudiant, d'un soutien financier familial et d'autres revenus annexes) d'environ 6 771 DKK (911 €), tandis que ses dépenses minimales fixes pour le logement, le matériel nécessaire aux études, la nourriture, les vêtements et les transports atteignaient près de 7 741 DKK par mois (1 041 €), l'écart étant en général couvert avec un prêt31(*). La majorité des répondants indiquaient également que si les droits à SU étaient raccourcis d'une année, cela aurait une influence sur leurs études, par exemple en les obligeant à augmenter leur part de temps dédié au travail professionnel au détriment du temps dédié aux études.

La recherche n'a pas permis de mettre à jour d'études plus récentes sur les conditions de la vie étudiante, la plupart des études des dernières années se focalisant plutôt sur les conséquences des études en matière de stress et de santé.


* 1 Avant cette date, les étudiants talentueux venant de milieux défavorisés pouvaient bénéficier d'aides privées ou de places gratuites dans un établissement.

* 2 https://datavarehus.ufm.dk/rapporter/hovedtal

* 3 Certaines catégories de jeunes suivant des formations hors universités peuvent être éligibles au SU. Tel est le cas par exemple des personnes en formation dans l'enseignement secondaire, dès lors qu'elles atteignent l'âge de 18 ans.

* 4 https://datavarehus.ufm.dk/rapporter/su-stoette

* 5 Voir par exemple le site de l'université d'Aalborg

https://www.aau.dk/uddannelser/optagelse/kandidat/studieafgift/#293091

* 6 https://www.su.dk/su/

* 7 https://www.retsinformation.dk/eli/lta/2017/1037

* 8 Il s'agit d'un dispositif numérique propre au Danemark permettant, grâce à une carte contenant des codes et reçue au préalable, de s'identifier ensuite de façon sécurisée sur des sites internet tels que ceux relevant de l'administration ou des banques.

* 9 Les décisions d'approbation et leur révocation sont effectuées par le ministère de l'éducation et de la recherche, en vertu du §3 de la loi sur le SU. Peuvent prétendre à une approbation et ainsi ouvrir droit au SU les formations organisées selon un enseignement à temps plein d'une durée continue d'au moins trois mois et non rémunérées (§5 de la loi sur le SU).

* 10 https://www.su.dk/su/su-betingelser/indskrevet-paa-og-gennemgaa-en-uddannelse/

* 11 https://www.su.dk/su/su-betingelser/studieaktivitet/studieaktivitet-paa-videregaaende-uddannelser/

* 12 https://www.su.dk/su/su-betingelser/studieskift-sted-eller-uddannelse/

* 13 https://www.su.dk/su/su-betingelser/saa-meget-maa-du-tjene-fribeloeb/fribeloeb/satser-for-fribeloeb/

* 14 https://www.su.dk/su/su-betingelser/saa-meget-maa-du-tjene-fribeloeb/fribeloeb/regnemaskine-fribeloeb/

* 15 Par exemple, si un étudiant estime qu'en 2021, il ne percevra que son SU pendant cinq mois, et donc sera soumis au montant-plafond bas de 13 711 DKK, que pendant quatre mois il ne demandera pas le SU et donc sera soumis au seuil moyen et que pendant trois mois, il sera en stage rémunéré et donc également soumis au seuil moyen de 20 088 DKK, au total, le montant annuel de revenus autorisé s'élèvera à 209 171 DKK - soit 28 129 € - en 2021

* 16 https://www.su.dk/su/udenlandsk-statsborger/

* 17 Loi sur le SU, §2b

* 18 https://www.su.dk/su/om-su-til-videregaaende-uddannelser-universitet-journalist-laerer-mv/satser-for-su-til-hjemmeboende-paa-videregaaende-uddannelser/du-er-startet-paa-din-uddannelse-1-juli-2014-eller-senere/

* 19 Pour chaque enfant mineur, une déduction de 36 678 DKK (4 932 euros) est opérée sur le revenu des parents.

* 20 https://www.su.dk/su-laan/

* 21 https://www.su.dk/su-laan/satser-for-su-laan/

* 22 https://www.su.dk/su-laan/tilbagebetaling-af-dit-su-laan/renter-paa-dit-su-laan/

* 23 https://www.su.dk/su/su-betingelser/anden-offentlig-stoette/

* 24 À titre d'exemple, un étudiant parent d'un enfant reçoit automatiquement le montant maximum du SU sans que celui-ci ne dépende du revenu de ses propres parents.

* 25 https://www.su.dk/su/saerlig-stoette-til-foraeldre-handicappede-mv/foraeldre/

* 26 https://www.su.dk/su/saerlig-stoette-til-foraeldre-handicappede-mv/handicaptillaeg/

* 27 Ainsi des frais de scolarité de 12 000 DKK par an donneraient lieu à douze versements mensuels de 850 DKK.

* 28 Ces 6 468 DKK s'ajoutent donc aux 3 234 DKK du prêt SU ordinaire maximal, soit au total un prêt de 9 702 DKK (1 305 €) par mois entre janvier et juin 2021.

* 29 La mensualité totale était alors de 9 582 DKK par mois (1 289 €)

* 30 Pour les mois concernés en 2020, la mensualité est passée de 8 241 DKK (1 108 €) à 14 629 DKK (1 967 €)

* 31 http://www.dsfnet.dk/wp-content/uploads/2016/04/Studenter%C3%B8konomi-2010-Endelig-udgave_2.pdf