Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2001 : Logement

 

II. DES ÉVOLUTIONS SIMILAIRES ET POSITIVES SUR LE MARCHÉ DE LA CONSTRUCTION EN EUROPE

Depuis 1998, et après plusieurs années de stagnation, la croissance du marché de la construction s'est rétablie, à travers la progression du logement neuf privé, puis une reprise du génie civil en 1999. Depuis 1990, les travaux d'entretien de bâtiment ont connu une croissance relativement régulière variant de +1 % à +3 % par an.

En 2000, la croissance de l'activité de la construction devrait s'établir à +3 % en Europe, comme en 1999, ce qui représente une progression que le secteur n'avait pas connue depuis 1994. Tous les pays sans exception prévoient une progression de l'activité. Cette dernière serait soutenue par les bâtiments privés (+3,5 %), et la rénovation de bâtiment ainsi que le génie civil (+3,1 %).

L'Espagne connaît actuellement la meilleure conjoncture (+6,6 % en 2000), et ce depuis trois ans, devançant la France (+5 %), le Bénélux (+4 %), puis le Royaume-Uni (+2,7 %) et l'Italie (+2,6 %), tandis que l'Allemagne sort progressivement de la crise (+0,5 %).

En 2001, malgré un contexte général favorable -baisse du chômage, forte demande des ménages et taux d'intérêt modérés-, on anticipe une moindre croissance de l'activité du secteur de la construction. Celle-ci s'établirait à +1,6 % du fait d'un fléchissement de la demande et de la saturation du marché du logement.

L'activité du bâtiment neuf et la rénovation de bâtiments croîtraient de près de +2 %, celle du génie civil de 2 à 3 %, tandis que la construction de logements neufs stagnerait.

En Espagne, la croissance atteindrait encore +3 %, grâce à la forte progression de l'entretien du bâtiment et aux travaux d'infrastructures, tandis que le logement neuf stagnerait, après cinq années de croissance soutenue.

En Belgique, on prévoit une stagnation, après quatre années d'une activité soutenue qui ne se poursuivrait que dans le bâtiment non résidentiel neuf. Après l'achèvement des travaux du TGV et les élections d'octobre 2000, un ralentissement est, en effet, prévu dans le génie civil.

Au Royaume-Uni, la croissance de l'activité devrait être de l'ordre de 2 %, soutenue en premier lieu par l'entretien du logement, par la reprise dans le génie civil, ainsi que par la construction de logements neufs, tandis que la construction de bâtiments privés marquerait une pause.

En Italie, l'activité devrait stagner, notamment dans la rénovation du bâtiment et la construction de logements neufs. Le génie civil devrait enregistrer une progression modérée, de 1 %, très en retrait par rapport aux années précédentes (+8 %).

En Allemagne, une croissance modérée de l'activité, de l'ordre de +1 % est prévue, légèrement accentuée dans le secteur des bâtiments privés. A noter que l'Allemagne représente à elle seule plus du quart du chiffre d'affaires européen.