Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi d'orientation et de programmation pour la sécurité intérieure

 

2. La mobilité et les capacités d'intervention

Un effort important sera également conduit dans le domaine des moyens d'interventions : véhicules courants, véhicules blindés.

a) Modernisation et entretien des véhicules

Les nouveaux crédits permettront de renouveler le parc de véhicules de la gendarmerie, essentiellement constitués de véhicules commerciaux, dont certains sont très anciens. Ces moyens nouveaux permettront également d'accompagner le recrutement de personnels supplémentaires. 2.125 véhicules seront acquis pour les brigades où l'âge moyen des véhicules est d'environ 6 ans.

Les crédits nécessaires au renouvellement annuel des véhicules légers seront déconcentrés aux gestionnaires locaux. Ils permettront de rétablir le niveau de disponibilité des véhicules grâce à la mise en commun des moyens logistiques de la police et de la gendarmerie et au recours à l'externalisation d'une partie des tâches d'entretien et de réparation.

Ces ressources permettront également un renouvellement des cars des escadrons de gendarmerie mobile dont l'âge moyen est de 13 ans. Les nouveaux véhicules auront une capacité adaptée à la nouvelle organisation « quaternaire » des escadrons6(*). L'ensemble du programme représentera un coût de 123,90 milions d'euros dont 92,93 millions pour l'achat de 1 016 fourgons pour le transport des personnels et 30,97 millions d'euros pour l'acquisition de 508 fourgons pour la logistique des unités.

b) Le remplacement des blindés de la gendarmerie

Les véhicules blindés à roues de la gendarmerie (VBRG) destinés au maintien de l'ordre pourront être remplacés au cours du déroulement de la loi d'orientation et de programmation. Grâce aux crédits ouverts par le présent projet de loi, 118 véhicules supplémentaires pourront être achetés pour un coût de 145 millions d'euros.

Le coût élevé des véhicules s'explique par leurs spécificités opérationnelles dans leur emploi pour le maintien de l'ordre, notamment des capacités de franchissement dont ne sont pas dotés les véhicules de l'avant blindés (VAB) de l'armée de terre.

* 6 Depuis mars 2001, les escadrons ne sont plus composés de trois pelotons mais de quatre, afin de développer la mobilité tactique et la souplesse d'emploi. En outre, l'effectif des escadrons déplacés a été réduit à 75 hommes au lieu de 85, afin d'alléger les charges individuelles de travail.