Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2003 : Défense - Air

21 novembre 2002 : Budget 2003 - Défense - Air ( avis - première lecture )

 

 

2. Les armements embarqués

a) Le missile MICA

Le MICA (missile d'interception, de combat et d'autodéfense) est le missile air-air du Mirage 2000-5 et sera par la suite celui du Rafale. Il permet de mettre en oeuvre les capacités multicibles de ces avions. Equipé d'un autodirecteur interchangeable électromagnétique ou infrarouge, il confère une capacité « tire et oublie ». Il remplacera à la fois les missiles Super 530D et le Magic 2.

Le programme d'achat de l'armée de l'air est, au total, de 1070 missiles, dont 370 électromagnétiques. En 2003, 395 missiles seront commandés (245 EM et 150 IR).

Le coût total du programme MICA, qui est commun à l'armée de l'air et à la marine, est estimé à 1923,5 millions d'euros au coût des facteurs 2002. En 2003, l'armée de l'air prévoit d'y consacrer 294,6 millions d'euros d'autorisations de programme et 61,82 millions d'euros de crédits de paiement.

Ce missile a aussi été commandé par Taiwan (960), le Quatar (96), les Emirats Arabes Unis (500) et la Grèce (200).

b) Les missiles de croisière Apache et Scalp

Les missiles Apache et Scalp sont des missiles de croisière de tir sur coordonnées géographiques. Les conflits du Kosovo et d'Afghanistan ont montré le grand intérêt de ce type d'armement notamment pour l'attaque tout temps et de nuit. Le SCALP sera mis en oeuvre par le Mirage 2000D et le Rafale, l'Apache par le Mirage 2000D uniquement. Lourds de plus d'une tonne, ils sont tirés à distance de sécurité des défenses ennemies (jusqu'à 140 kilomètres pour l'Apache et 400 kilomètres pour le Scalp). Ils sont propulsés par turboréacteur et possèdent un système de navigation par inertie et de suivi de terrain automatique qui leur permet d'effectuer leur approche de façon automatique et à très basse altitude. Un système de guidage terminal assure également de façon autonome la détection et l'identification finale de l'objectif, ainsi que la précision requise. Le missile Apache est un missile à sous munitions. Le missile Scalp, qui en est dérivé, est, lui, un missile à charge unique. Ils sont fabriqués par Matra Bae Dynamics France.

Le missile Apache est un missile antipiste. Il emporte 500 kilos de sous munitions. Les 100 Apache prévus par la loi de programmation militaire 1997-2002 ont fait l'objet d'une commande globale en 1997. 41 missiles devraient être livrés en 2003.

Le coût total du programme est estimé à 674,4 millions d'euros (développement 404,9 millions d'euros, production 269,5 millions d'euros). Le budget 2003 y consacrera 1 million d'euros d'autorisations de programme et 36,3 millions d'euros de crédits de paiement.

Dérivé du missile Apache, le missile Scalp est destiné à la destruction des infrastructures (bases militaires, ponts, usines...). Il emporte une charge unique de 400 kilos. Il peut être tiré à distance de sécurité (400 km) de son objectif. Ce missile de croisière est développé en coopération avec la Grande-Bretagne (STORM SHADOW) et sera exporté vers les Emirats Arabes Unis (BLACK SHAHEEN), l'Italie et la Grèce.

450 missiles (plus 50 pour la marine) ont fait l'objet d'une commande globale en 1997. 60 missiles seront livrés en 2003.

Le coût total du programme est de 786 millions d'euros. En 2003, l'armée de l'air y consacrera 16 millions d'euros d'autorisations de programme et 115 millions d'euros de crédits de paiement.

c) L'armement air-sol modulaire (AASM)

Le programme AASM est appelé à compléter la famille Apache, destinée aux objectifs de valeur très défendus, par une famille d'armements air sol modulaires (AASM) de faible coût unitaire, destinés aux autres objectifs et adaptables au plus grand nombre d'avions.

L'AASM est un armement modulaire de portée intermédiaire (15 à 50 km) à capacité multicible, de type « tire et oublie », pouvant s'adapter rapidement à la nature et à l'environnement de tous les objectifs, particulièrement souple d'emploi. Il est décliné actuellement en deux versions : l'AASM/D version décamétrique tout temps, et l'AASM/M version métrique temps moyen.

Son architecture modulaire comprend un kit de guidage de classe décamétrique tout temps (précision 10-15 mètres) ou un kit de guidage à imagerie infrarouge (précision 3-5 mètres), un kit d'accroissement de portée (propulseurs) et une charge militaire (constituée initialement d'un corps de bombe de 250 kg).

L'AASM est un programme commun entre l'armée de l'air et la marine.

La DGA a organisé, en 1997, une compétition internationale entre 31 industriels. La société SAGEM a été retenue comme maître d'oeuvre, et le marché de réalisation a été notifié le 13 septembre 2000. Une première commande globale a été passée en 2000 (496 air et 284 marine), pour des objectifs totaux de 2000 exemplaires air, et 1000 exemplaires marine. Les premières livraisons sont attendues en 2005 pour la version la moins précise et en 2007 pour la version métrique.

Le coût total du programme est de 409 millions d'euros. En 2003, l'armée de l'air y consacrera 1 million d'euros d'autorisations de programme et 15,3 millions d'euros de crédits de paiement.