Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2007 : Médias

 

2. Arte France

Comme le souligne le rapport des contrôleurs généraux du ministère de l'économie et des finances, « La situation de la chaîne présente quelques paradoxes [...] :

- chaîne à vocation européenne, elle n'a pas réussi à rendre populaire la contribution européenne et subit une certaine désaffection à l'heure où l'idée européenne connaît un recul ;

- chaîne culturelle, mais souhaitant s'ouvrir au divertissement en multipliant les genres, elle rencontre des résultats mitigés ;

- chaîne orientée vers l'innovation et l'ouverture, elle ne semble pas trouver de nouveaux publics sur le hertzien, ce qui est une condition essentielle à une progression de l'audience, et elle rencontre des difficultés dans l'élaboration des concepts et des formats devant constituer le fond de grille de journée sur la TNT, contrairement à France 5. »

Alors que les paradoxes s'accumulent et que l'audience de la chaîne sur la TNT ne cesse de baisser30(*), votre rapporteur s'interroge sur le positionnement à venir de la chaîne franco-allemande.

a) Une année 2005 difficile
(1) Une forte diminution de l'audience en 2005

Après les hausses d'audience des années 2002 à 2004 résultant du virage éditorial opéré en 2001 et de la rénovation de la grille intervenue au 1er janvier 2004, la part d'audience régresse en 2005 à 3,5 %, soit une baisse de 7,9 %. L'audience hebdomadaire se situe au dessous des 10 millions de téléspectateurs, alors qu'elle était à 10,2 millions en 2004. Ces mesures ramènent la chaîne au niveau de 2003.

Votre rapporteur tient à souligner que bien que l'érosion affecte quasiment toutes les tranches horaires, c'est néanmoins le prime time qui est le plus touché (- 17 %). L'avant soirée est la seule tranche qui se maintienne avec une part d'audience modeste (2,6 % contre 2,7 % en 2004).

En revanche, en Allemagne, où la PDA passe de 0,65 % à 0,71 %, toutes les tranches horaires sont en progression.

La chaîne n'a pas réussi jusqu'à présent son pari de s'attacher un nouveau public tout en fidélisant le sien. Mais, paradoxalement, elle possède toujours un fort capital de sympathie qui se traduit par un décalage entre l'audience et le jugement des téléspectateurs : TF1 est la moins appréciée des chaînes alors qu'elle est la plus regardée, tandis que Arte figure au second rang des plus aimées, juste derrière France 331(*).

(2) La montée en puissance de la chaîne sur la TNT

L'avènement de la diffusion numérique confronte Arte France à la concurrence des programmes des nouvelles chaînes, tout en l'obligeant à s'adapter. Pour Arte, l'accès à la TNT est l'occasion de rencontrer des publics différents de ceux du soir. Mais Arte devait acquérir une « culture » de programme de journée et tenir compte de ses possibilités budgétaires. Aussi, l'extension du temps d'antenne (et donc l'enrichissement de l'offre qui en résulte) est intervenue en trois étapes.

Fin mars 2005, la chaîne a ouvert son antenne le week-end dès 8 heures du matin, le samedi étant consacré à la découverte et la connaissance et le dimanche à la culture (documentaire « Art et culture » puis une case de deux heures destinées aux arts vivants). Ces cases du matin posent un problème spécifique car elles ne peuvent être financées que par Arte France, les téléspectateurs allemands ne recevant Arte qu'à partir de 14 heures. L'extension progressive du temps d'antenne est donc supportée principalement par Arte France, le membre allemand du GEIE ayant fourni quelques droits de diffusion.

Le 1er mai, Arte a ouvert l'antenne dès 8 h en semaine avec des programmes variés (« Journal de la Culture », « Lola », « Dessous des Cartes »...).

Depuis le 9 octobre 2005, une case horaire de 12-14 heures en semaine est ouverte avec deux nouveaux rendez-vous  qui suivent quelques rediffusions : « Chic », un magazine de 26 minutes et « Terres d'ailleurs » de 52 minutes, case composée en grande partie d'inédits. Pour les jeunes, une nouvelle émission est lancée le dimanche de 8 à 9 heures comprenant « Une souris souriante » et « Lucky Luke », ces deux émissions étant présentées en allemand avec des sous-titres français.

La tranche horaire 12-14 heures en semaine, en forte compétition avec les autres chaînes, a été relativement difficile à mettre en oeuvre. Arte a dû imaginer des programmes quotidiens, alors que sa programmation est basée sur des rendez-vous hebdomadaires. Afin d'atténuer l'impact financier de ces nouveautés, « Chic » a fait l'objet d'un appel d'offres et les documentaires « Terres d'ailleurs » ont été achetés en grand nombre.

Les tranches d'après-midi sont alimentées par des rediffusions et des multidiffusions, ce qui permet de mettre en place une mécanique de grille et de maîtriser les coûts. Cette solution correspond assez bien à la phase d'extension progressive de la couverture TNT.

Au total, la chaîne a atteint son objectif : Arte est diffusée 7 jours sur 7 toute la journée sur la TNT.

L'exercice reste financièrement difficile car, parallèlement, la grille de soirée ne pouvait pas être délaissée, notamment la case horaire 19-20 h 45, toujours fragile, et la deuxième partie de soirée. Aussi un effort a-t-il été porté, à compter du 3 octobre, sur la première tranche avec la diffusion, à 20 h 15 de « Venus et Apollon », série feuilleton de 25 x 26 minutes dont l'objectif est d'atténuer l'image de rigueur de la chaîne et d'atteindre un public plus jeune et plus féminin.

* 30 Avec seulement 1,9  % d'audience, Arte se retrouve en onzième position des chaînes diffusées sur la TNT d'après la dernière vague de mesures Médiamétrie (septembre-octobre 2006).

* 31 Sondage Télérama, semaine du 24 au 30 septembre 2005.