Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2009 : Economie

 

C. LES ENTREPRISES DU TOURISME EN FRANCE

Les résultats de l'année 2007 ont été variables selon les segments de l'économie touristique française. Quant trois premiers trimestres 2008, ils ont en général enregistré une moindre progression de l'activité, voire, dans la restauration traditionnelle, une aggravation des difficultés.

L'hôtellerie

Cette activité a enregistré en 2007 une reprise imputable à la progression de la fréquentation des Français (+1,8 % de nuitées) et, surtout, des touristes étrangers (+ 2,6 %), en particulier grâce à la Coupe du monde de rugby en septembre. Une fois de plus, les meilleures performances ont été enregistrées par les hôtels haut de gamme (4 * et plus) grâce à la forte progression de la fréquentation de la clientèle étrangère, laquelle représente les deux-tiers de la demande dans cette catégorie. En raison de la conjonction de ce dynamisme général de l'activité et de la poursuite de la montée en gamme, le chiffre d'affaires global de l'hôtellerie s'est donc accru, hors inflation, de 3,3 %.

Les résultats des trois premiers trimestres de l'année 2008 confirment cette tendance (+ 1,8 %), sauf pour l'activité du mois de septembre puisque la période de référence (septembre 2007) avait été « dopée » par l'effet « Coupe du monde ».

L'hôtellerie de plein air

Après deux années de progression, ce secteur a enregistré en 2007 une baisse de fréquentation (- 2,4 %) à près de 98 millions de nuitées, en raison des mauvaises conditions météorologiques qui ont affecté la saison estivale. Les Français représentent la plus grosse partie de la clientèle, suivis des Néerlandais, des Britanniques et des Allemands (toutes les clientèles étant en baisse, à l'exception des Espagnols). Comme pour l'hôtellerie, les campings 3 * et 4 * enregistrent les meilleurs résultats, le taux d'occupation et les nuitées augmentant même dans cette dernière catégorie. En effet, la fréquentation des emplacements équipés d'un hébergement léger (bungalow, mobile-home) a connu une forte hausse (+ 8,4%), au contraire des emplacements nus, en recul de 7,4 %.

Ce secteur a globalement connu une bonne saison 2008 (+ 3,2 % des nuitées), confirmant les tendances générales par segments observées ces dernières années.

Les résidences de tourisme

Ce secteur se développe significativement depuis une dizaine d'années, le parc s'étant encore accru de quelque 50 000 lits en 2007, et ce principalement sur le littoral et en montagne (40 % des capacités pour chacune de ces deux destinations). Toutefois, l'année 2007 a été globalement mitigée en raison du faible enneigement hivernal (taux d'occupation de 60 %, en diminution de trois points) et d'une météo estivale médiocre (taux d'occupation de 71,6 %, comme les deux années précédentes).

La restauration

L'augmentation de 2,3 % en volume de l'activité globale de ce secteur en 2007 a été « tirée » par la particulièrement forte croissance de la restauration rapide, dont le lien avec l'activité touristique est très faible. La restauration traditionnelle, pour sa part, connaît des difficultés persistantes puisque le poste restauration est le premier sur lequel les ménages ajustent leur consommation lorsque leurs revenus stagnent ou baissent. A cet égard, l'approfondissement des difficultés économiques en 2008 a accru la pression sur ce segment, plus de la moitié des professionnels concernés déclarant un niveau d'activité inférieur par rapport à celui de 2007.

Les agences de voyages

Ce secteur, qui fait l'objet d'un « focus » particulier dans le présent rapport (voir infra), a connu en 2007 une croissance en valeur modeste, de 2,3 %, en particulier parce que la concurrence pèse sur l'évolution des prix. L'essentiel de l'augmentation de l'activité résulte de la billetterie, les ventes de vols « secs » permettant de compenser la stagnation des ventes de voyages à forfait. Les destinations qui ont le plus progressé sont l'Europe du Sud, l'Afrique du Nord, les Etats-Unis, la Thaïlande et la Chine.

Les sites touristiques

La fréquentation des sites (musées, monuments, parcs récréatifs...) a poursuivi le retournement favorable de tendance observé à partir de 2004. Tous les sites recensés (dont les plus importants, à l'exception du Mont-Saint-Michel, se situent en Ile-de-France) ont connu des hausses de fréquentation, parfois substantielles (5,3 contre 4 millions de visiteurs pour le Château de Versailles, ou encore 14,5 contre 12,8 millions à Disneyland Paris), à la notable exception du Louvre (dont les 8,3 millions de visiteurs en 2006 constituent un record).

Les remontées mécaniques

Avec 54,6 millions de journées skieur et un chiffre d'affaires de 1,08 milliard d'euros, la saison hivernale 2007-2008 a subi une forte croissance par rapport à la saison précédente (+ 18 % de journées et + 15,4 % de CA), qui avait été, il est vrai, particulièrement médiocre (- 10 %). Cette situation est toutefois inégale, les stations de basse et de moyenne montagne ayant beaucoup moins profité de cette reprise que les stations de haute montagne.

Les anticipations pour l'hiver 2008-2009 seraient, selon les professionnels du secteur, paradoxalement assez bonnes malgré la crise, avec, selon les stations, entre 5 et 10 % de réservations supplémentaires. Il convient toutefois de prendre ces annonces avec prudence dans la mesure où les contraintes de marketing imposent une communication positive afin de ne pas ajouter une dimension psychologique aux risques objectifs pesant sur le marché. En outre, la tendance amorcée les années passées en matière de dépenses sur place des vacanciers devrait se poursuivre, avec des budgets en diminution de 5 à 10 %. Aussi, le résultat global en valeur de la saison sera-t-il vraisemblablement au mieux comparable à celui de la précédente.