Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2015 : Avances à l'audiovisuel public : France Médias Monde (P844), TV5 Monde (P847)

20 novembre 2014 : Budget 2015 - Avances à l'audiovisuel public : France Médias Monde (P844), TV5 Monde (P847) ( avis - première lecture )

TITRE 2 :
PROGRAMME 844 - FRANCE MÉDIAS MONDE : UNE STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT RÉALISTE MAIS QUI DEVRA ÊTRE FINANCÉE EN PARTIE PAR DES RESSOURCES PROPRES INCERTAINES

I. SUIVI ET PERSPECTIVES

A. LES GRANDES ORIENTATIONS DU CONTRAT D'OBJECTIFS ET DE MOYENS (COM) 2013-2015

1. Les principaux objectifs du COM 2013-2015

Les principaux objectifs du COM10(*) consistent à :

- consolider la couverture mondiale de France 24 ;

- continuer à adapter le programme de RFI et de MCD aux publics ciblés, notamment par les langues de diffusion, dans un environnement mouvant ;

- renforcer la diffusion sur tous les supports numériques ;

- approfondir les synergies, tant en interne qu'avec les autres acteurs de l'audiovisuel extérieur.

2. La trajectoire financière du COM 2013-2015

La trajectoire financière prévoit que les montants des crédits publics alloués s'élèvent à 240,3 M€ en 2014 et à 242,1 M€ en 2015, soit un montant supérieur de 1,7 M€ en 2014 et de 3,5 M€ en 2015 à celui inscrit dans la LFI 2013 (238,6 M€).

3. Les indicateurs d'audience du COM 2013-2015

Dans le but d'améliorer la lisibilité des mesures d'audience, il a été intégré un indicateur d'audience réelle hebdomadaire cumulée par zone géographique. Ce nouvel indicateur est plus lisible que celui utilisé jusqu'alors dans les projets et rapports annuels de performance11(*). Dans un souci de cohérence, les indicateurs de performance du PAP 201512(*) sont désormais harmonisés avec celui figurant dans le COM.

Enfin, l'indicateur d'audience est complété par deux indicateurs de notoriété, sur le grand public et sur les cadres dirigeants, également présentés par zone géographique qui correspondent aux indicateurs de suivis présentés dans les projets annuels de performances.

S'agissant du suivi de l'audience sur les nouveaux médias, le COM propose un indicateur qui agrège la fréquentation environnements nouveaux médias, la consommation des produits audio/vidéos et l'impact sur les réseaux sociaux. Il reprend ainsi les principaux changements apportés aux indicateurs du PAP en 2013 auquel s'ajoute l'impact sur les réseaux sociaux.

B. LA MISE EN OEUVRE DU COM EN 2014 ET 2015

En 2014, France Médias Monde a poursuivi la mise en oeuvre des principaux développements et projets prévus dans le COM, l'exercice 2015 s'inscrit dans la continuité. Les développements qui suivent présenteront selon les différentes entités (RFI, MCD et France 24) un bilan et les perspectives en termes de politique éditoriale, de diffusion et de distribution et enfin d'audience.

1. Suivi et perspectives de RFI
a) Politique d'édition
(1) Stratégie de programmes

RFI continue de proposer deux grilles de programmes distinctes pendant les grandes tranches d'information.

La première est une grille destinée au grand public de l'Afrique, principalement de l'Afrique francophone, qui reste son « coeur de cible »; mais elle s'adresse également à l'Afrique anglophone, avec des décrochages en langues vernaculaires.

La seconde, plus internationale, s'adresse à l'ensemble des autres territoires avec une programmation adaptée aux heures de grande écoute des différentes zones.

Les principaux objectifs et nouveaux projets sont les suivants :


· adapter les grilles à des auditoires multiples et développer une antenne conviviale, incarnée et identifiable. Les rendez-vous d'information ont d' ores et déjà été renforcés ainsi que l'interactivité dans certaines émissions et à travers les réseaux sociaux ;


· développer l'usage et l'apprentissage de la langue française ;


· développer les opérations de délocalisation d'antenne.

À l'avenir l'objectif est une programmation plus ciblée pour des auditoires et sur des supports différents. La programmation des offres doit encore être affinée afin que chacune des antennes ait la programmation la plus adaptée à l'auditoire local visé comme c'est déjà le cas pour l'antenne khmer et pour RFI Romania ;

(2) Stratégie de zone et de langues de diffusion

RFI est aujourd'hui diffusée dans 12 langues13(*) : français, anglais, espagnol, portugais, russe, persan, vietnamien, cambodgien, chinois, roumain, kiswahili (depuis 2011) et haoussa. Ce nombre est sensiblement inférieur à celui de la BBC (27) ou de Deutsche Welle (30).

Ceci ne signifie pas que l'offre de langues doive être figée : des langues existantes doivent pouvoir être remplacées par de nouvelles langues en fonction de l'évolution des priorités stratégiques de l'Etat.

Pour toutes les langues de RFI, la nécessité de les rendre plus accessibles à tout moment et partout dans le monde a conduit à mettre en place un nouveau dispositif des flux d'antenne sur le player de chaque site internet. L'écoute devient possible en streaming 24h/24h. De même toutes les langues sont diffusées par téléphone sur l'opérateur Audionow et à travers les applications sur tablettes mobiles et téléphones.

(3) L `offre en matière de nouveaux médias

L'offre comporte douze sites d'actualité en français et langues étrangères (anglais, brésilien/portugais, cambodgien, chinois, espagnol, haoussa, kiswahili, persan, roumain, russe, vietnamien), ainsi qu'un site consacré à l'actualité des musiques de l'espace francophone (rfimusique.com).

Le site de RFI en français se veut à la fois le reflet de l'antenne et une plate-forme proposant des contenus multimédias enrichissant les productions radio.

À travers rfimusique.com, il poursuit en outre sa couverture de l'actualité musicale de l'espace francophone. Ce site fera l'objet d'une refonte en 2015.

En 2015 également, le site consacré à la langue française sera aussi modernisé. L'apprentissage du français constitue une des spécificités de RFI qui met en ligne, sur un site dédié, toute une série d'outils pédagogiques à destination des enseignants ou des particuliers.

Les réseaux sociaux tiennent une place centrale dans la stratégie Nouveaux médias de RFI. Radio France Internationale dispose de nombreuses pages Facebook en français et langues étrangères.

En 2013, RFI a entamé la refonte de ses sites Internet, en débutant par le français, ainsi que celle de l'ensemble de ses applications mobiles. L'objectif étant d'adapter la production aux nouveaux usages et notamment à l'utilisation croissante du téléphone mobile.

RFI a poursuivi le développement de son offre d'abonnement payant à un service de SMS d'actualité destiné principalement aux usagers des pays d'Afrique francophone n'ayant pas accès à Internet et ne disposant pas de smartphones.

RFI a enfin renforcé sa présence sur la télévision connectée ainsi que sur les plates-formes Daily Motion et You Tube, dans la perspective d'un développement plus important de la radio filmée et des autres productions vidéo du groupe.

(4) Des moyens humains au service des programmes

RFI est dirigée par une directrice à laquelle sont rattachés 5 adjoints, en charge des magazines, de l'info monde, de l'info Afrique, des langues et des nouveaux médias. L'objectif est qu'il y ait le maximum de coordination et de fluidité entre ces entités :

- 6 services contribuent à nourrir l'information monde : International, Économie, France - santé- environnement-sciences, Politique, Sports, Culture ;

- 3 services sont rattachés au directeur de l'info Afrique (Afrique - service délocalisé en swahili - service délocalisé en haoussa) ;

- Enfin, les 10 services en langues étrangères hors Afrique sont rattachés au directeur des langues (anglais, espagnol, brésilien, portugais, cambodgien, chinois, persan, russe, roumain, vietnamien) ;

- Le service internet et RFI Musique dépendent de la direction éditoriale des nouveaux médias.

La coordination éditoriale sera encore renforcée par une conférence commune et la mise en place de « note de liaison » dans chaque rédaction, à la rentrée. D'autres projets structurant en particulier le « Mutuel Asset Management » permettront de systématiser plus fortement encore, le fonctionnement transverse au sein de chaque média et entre les trois médias de France Médias Monde.

RFI a un réseau de correspondants installés sur les 5 continents en français et dans les 12 langues étrangères :

- 9 bureaux sont tenus par des envoyés spéciaux permanents, journalistes de la rédaction parisienne, installés pour 2, 3 ou 4 ans en poste à l'étranger. Ils travaillent principalement pour l'antenne en français, mais peuvent le cas échéant collaborer aux antennes des langues qu'ils maîtrisent. Ils sont installés à Abidjan, Dakar, Johannesburg, Kinshasa, Jérusalem, Moscou, Pékin, Washington ;

- RFI partage un bureau avec Radio France à Bruxelles ;

- Ses rédactions délocalisées en Haoussa (Lagos) et Swahili (Dar es Salam) sont dirigées par des coordinateurs nommés pour 2, 3 ou 4 ans également choisis dans les rédactions parisiennes. Ils assurent également des correspondances pour les antennes.

Les autres correspondants sont des pigistes, au total 392 correspondants pigistes :

- 174 correspondants pour la rédaction en français (47 en Afrique, 98 ailleurs dans le monde, 29 spécialisés dans la couverture de l'actualité sportive) ;

- 198 correspondants pour les antennes en langues étrangères répartis à travers le monde (10 vietnamiens, 10 cambodgiens, 11 roumains, 9 russes, 13 persans, 12 chinois, 40 lusophones Brésil, 30 lusophones Afrique, 23 espagnols, 40 anglais) ;

- 20 correspondants pour les rédactions délocalisées (10 en haoussa, 10 en swahili).

b) La diffusion

Depuis le début des années 90, RFI poursuit une politique de diversification de ses modes de diffusion dans le monde, adaptée aux contextes politiques, économiques et technologiques, régionaux et locaux, ondes courtes ; satellites ; réseaux hertziens terrestres ; réseaux câblés ; Internet ; téléphonie.

RFI diffuse ses programmes sur ses propres antennes (RFI Afrique, RFI Monde, RFI Musique) ou via plus de 800 radios partenaires, locales ou nationales, qui reprennent (généralement) quotidiennement, en direct ou en différé, des émissions, journaux d'information et/ou fils musicaux de RFI en les intégrant à leur propre programmation14(*).

Budget de diffusion de RFI pour 2014

En milliers €

FM et OM

Satellites

OC

Total

Afrique

3 072

352

1 993

5 417

Amérique

312

215

 

527

Asie et Océanie

173

108

499

780

Europe

499

414

166

1 079

Moyen-Orient

195

42

 

237

Total RFI

4 215

1 131

2 659

8 041

Source : France Médias Monde

(1) Ondes courtes (OC)

Le nombre d'auditeurs utilisant des récepteurs OC diminue sensiblement depuis plusieurs années. Pour autant, les ondes courtes restent inégalées pour diffuser les émissions de RFI vers des populations difficiles d'accès du fait d'un environnement géographique ou politique défavorable.

Le contrat entre RFI et TDF, établi à la fin des années 80, a été renégocié en 2010 pour organiser la décroissance rapide des heures de diffusion :

- maintien du volume et légère baisse de prix sur 2011 (90 heures fréquences/j) ;

- baisse très significative en prix et volume en 2012 et 2013 (60 hf/j) ;

- baisse supplémentaire du volume en 2014 (52 hf/j).

À ce jour, RFI diffuse quotidiennement 64,5 heures fréquences15(*). La majorité de ces prestations est confiée à TDF (52 hf/j)16(*). Le budget de la diffusion OC pour 2014 est de 2,7 M€ (contre 2,8 M€ en 2012 et 2013 et 12 M€ en 2011).

(2) Satellites

Des satellites sont utilisés pour acheminer les programmes produits et assemblés au siège vers les différents sites d'émission dans le monde (transport primaire). RFI utilise à cette fin des satellites à large couverture continentale ou régionale17(*). Tous les satellites primaires autorisent la réception directe non cryptée (DTH) du signal avec des paraboles de dimension réduite18(*).

Par ailleurs, en ce qui concerne la diffusion directe, les programmes sont également distribués depuis la fin des années 90 auprès d'opérateurs au sein de bouquets numériques TV et Radio (diffusion secondaire (cf. carte et tableau en annexe).

Le budget du transport satellitaire primaire pour 2014 est de 1,1 M€ (1,2 M€ en 2013). La présence des programmes de RFI étant considérée comme un atout commercial par les opérateurs de bouquets, ceux-ci prennent généralement à leur charge les coûts techniques.

(3) Réseaux hertziens terrestres

La consolidation des zones d'influence traditionnelle passera par l'optimisation du maillage de la diffusion FM en Afrique (RFI). Les développements en Europe et sur les marchés émergents d'Asie et d'Amérique du sud s'appuient sur des partenariats ciblés.

RFI poursuit sa politique pragmatique d'implantation d'émetteurs analogiques FM partout où ce mode de diffusion est accessible et où les audiences résultantes permettent d'en justifier le coût. La très forte concurrence locale (radios locales, mais aussi BBC ou Radio Chine internationale...) sur la bande FM confirme, s'il en était besoin, la légitimité de cette stratégie. Cependant, la diffusion FM reste cependant très dépendante des autorités gouvernementales ou des situations des pays dans lesquels les émetteurs sont installés, ainsi depuis 2005, les émetteurs de Djibouti sont à l'arrêt.

À la fin décembre 2013, RFI disposait de 156 relais FM : 115 dans 36 pays d'Afrique subsaharienne19(*) : 15 dans 9 pays d'Europe20(*) ; 13 dans 6 pays d'Amérique latine & Caraïbes21(*) ; 2 dans 5 pays d'Asie-Pacifique22(*) et 1 relais FM en Afrique du Nord, Moyen-Orient23(*) .

Le budget de diffusion FM pour 2014 est de 4,2 M€ (4,3 M€ en 2013), incluant frais de licence, maintenance et exploitation du réseau.

(4) Réseaux câblés et réseaux IP

Les programmes de RFI sont repris par de nombreux opérateurs de réseaux câblés et IP24(*), principalement en Europe (Allemagne, Autriche, Belgique Croatie, Pays-Bas), et sur le continent américain (Canada, Etats-Unis, Brésil et Uruguay), dont certains parmi les plus importants25(*).

Ces opérateurs prennent généralement à leur charge les coûts techniques liés à ces reprises.

(5) Internet

RFI diffuse ses programmes en streaming, et en « audio à la demande », au travers de ses sites internet, de son site mobile, ou de diverses applications pour smartphones et tablettes.

De nombreux fournisseurs d'accès Internet proposent également, au sein de leurs offres à haut débit, des milliers de radios classées par thème, langues, pays, etc. RFI est présente dans la plupart de ces offres.

RFI commence également à être disponible sur les portails de télévision connectée des principaux constructeurs.

Au contraire des coûts de diffusion classiques, les coûts de diffusion sur Internet sont directement corrélés à la consommation réelle des internautes. Les prix ayant fortement baissé ces dernières années, les coûts restent maîtrisés malgré l'augmentation du trafic généré par l'accroissement de l'audience.

On notera par ailleurs que les streams audio permettent également - et de plus en plus -, en place du satellite, d'acheminer le signal auprès des radios partenaires et de certains bouquets (notamment IP), permettant de réaliser de réelles économies.

Le budget de diffusion sur Internet de RFI s'élevait en 2013 à 600 k€.

(6) Téléphonie

Suite à un accord avec la société Orange, les bulletins d'information sont accessibles via des kiosques Audiotel (40 francs CFA/minute payés par l'auditeur) sur tout téléphone portable Orange en Côte d'Ivoire, au Cameroun, au Niger et en Centrafrique.

Sur l'ensemble des États-Unis, l'écoute de RFI (et de MCD) est proposée gratuitement sur le réseau téléphonique terrestre via le kiosque audiotel de la société Audionow26(*).

c) L'audience

Mesurée sur 36 pays (sur plus de 150 couverts) en 2013, l'audience hebdomadaire de RFI se stabilise à 34,655 millions d'auditeurs (hors partenariats), en légère hausse de 1%.

(1) En Afrique

L'Afrique demeure le principal bassin d'audience avec 31,2 millions d'auditeurs. RFI bénéficie d'une forte notoriété en Afrique francophone et d'une audience de 25,1 millions d'auditeurs. Elle est un acteur majeur en Afrique francophone et dans l'Océan indien avec une notoriété moyenne en 2013 de 90% (dans 14 pays francophones) et 44% d'audience hebdomadaire.

Son audience est de 397 000 auditeurs dans les pays du Maghreb.

(2) En Europe

1,2 million d'auditeurs écoutent au moins une fois par semaine RFI en Europe et notamment en Roumanie.

RFI Roumanie a connu une forte progression de ses audiences à la suite de la relance de la radio impulsée par la nouvelle direction. Dans les 4 villes où la radio dispose d'émetteurs FM, 49% (vs 28%) des habitants connaissent désormais RFI Romania et 13,1% (vs 2,7%) de la population âgée de 15 et plus l'écoute chaque semaine. À Bucarest, elle est la première radio auprès des cadres et dirigeants avec une audience hebdomadaire de 61,5%.

En raison de tensions politiques avec les Etats-Unis, provoquées par la situation en Ukraine, les autorités russes ont mis fin à l'autorisation d'émettre de RFI qui diffusait ses émissions en russe via un émetteur de la BBG. Aucune solution alternative financièrement acceptable n'a été pour le moment trouvée. La rédaction russe se concentre maintenant sur le développement de la diffusion via Internet en fixe et mobile.

(3) Sur les autres continents

L'audience en Asie représente 1 358 000 d'auditeurs chaque semaine dont 1 million pour le seul Cambodge où la diffusion en khmer a été élargie en 2013 et 488.000 pour l'Amérique du Sud - Caraïbes qui représente le second bassin d'audience de RFI.

L'objectif au Cambodge est de tripler l'audience de la chaîne à horizon de 5 ans tant en linéaire que sur le site. Après moins de 6 mois de mise à l'antenne, les 13 heures de programmes en Khmer ont permis à RFI de multiplier sa notoriété par plus de 3 et son audience hebdomadaire par 9. Dans les 5 villes où elle est diffusée en FM, RFI est aujourd'hui connue par plus de la moitié des individus interrogés. 12% déclarent l'écouter chaque jour, ce qui la place au 5e rang du paysage radiophonique local. Avec plus d'un quart des habitants des villes étudiées déclarant l'écouter chaque semaine.

(4) Les nouveaux médias

RFI renforce son audience sur les nouveaux médias avec une fréquentation mensuelle de 8,4 millions (+24% par rapport à 2012) Au 31 décembre 2013, l'ensemble des pages Facebook des sites de RFI, toutes langues confondues, totalisait 2,2 millions de fans (+231%, par rapport à 2012). Cela en fait la première radio française sur Facebook. Fin 2013, les comptes Twitter, également toutes langues confondues, totalisaient 417 000 « followers » (+177%, par rapport à 2012).

(5) En Île-de-France

L'audience cumulée veille de RFI, selon l'enquête Médiamétrie « 126 000 Radio Île-de-France » en avril-juin 2014, s'élève à 1,8%, alors qu'elle était de 1,5% en janvier-mars 2013.

d) La stratégie de diffusion

Dans la suite des actions entreprises, les enjeux sont :

- le développement de la diffusion partielle sur les radios partenaires ;

- la distribution 24/7 sur les bouquets payants (satellite, câble, IPTV) ;

- la refonte de la « banque de programmes » de RFI, plate-forme de distribution via Internet des programmes aux radios partenaires.

(1) Afrique

En Afrique, dans un contexte toujours plus concurrentiel, elle doit consolider sa position dans les pays prioritaires : Sénégal, Côte d'Ivoire, Cameroun, RDC, Mali et Madagascar. Cette consolidation reposera notamment sur l'optimisation du maillage de la diffusion FM ainsi que sur l'extension du réseau de radios partenaires. Ainsi RFI a renforcé sa présence en Côte d'Ivoire grâce à l'obtention de deux nouvelles fréquences en 2014.

Le développement de services de langues locales est également un objectif. RFI qui a développé avec succès ses émissions en Haoussa et en Swahili27(*), comptait poursuivre cet effort en proposant des contenus en langue dans le contexte de la crise sahélienne28(*). Le lancement de ce décrochage (0,6 M€ prévu à cet effet en 2014) a dû être reporté à 2015 Vos rapporteurs regrettent que l'Etat n'ait pas été en mesure de financer cette action dès 2014. Elle constituait pourtant un accompagnement utile à l'action menée par la France au Mali et dans la bande saharo-sahélienne. La création de ce service est prévue en 2015.

En Afrique non francophone, RFI est toujours en phase de développement, notamment grâce à sa diffusion en langues vernaculaires (haoussa, kiswahili) mais aussi en anglais et en portugais. La radio doit faire face à une forte concurrence et aux législations qui limitent l'attribution de fréquences FM dans les quatre principaux marchés : Nigeria, Afrique du Sud, Éthiopie et Angola. L'enjeu est double : d'une part, la marque doit progresser en notoriété sur des zones déjà fortement investies ; d'autre part, elle doit accroître son accessibilité par de nouveaux relais FM (Ghana et Mozambique) si les moyens le permettent et à travers des partenariats avec les radios locales.

Afin de répondre à la demande d'information des populations dans les régions non couvertes en FM, un dispositif important de diffusion en ondes courtes est (et sera) maintenu sur le continent africain.

Environ 300 radios partenaires reprennent les programmes de RFI en Afrique subsaharienne en direct et en différé.

(2) Europe

En Europe, la filiale « RFI Romania » permet à l'antenne en roumain d'augmenter son influence.

RFI Roumanie propose 13 heures de programmation en roumain et 11 heures en français avec des tranches importantes consacrées à l'actualité. RFI émet en FM dans 5 villes de Roumanie et de Moldavie : Bucarest, Iasi, Cluj, Craiova et Chisinau.

En dehors du développement de RFI România, les nouveaux médias apparaissent comme le principal relais de croissance en Europe avec le développement de la syndication de programmes.

(3) Asie »

En Asie, le développement de l'antenne en khmer de 1 heure à 13 heures conformément au plan stratégique via un prestataire local a donné, à budget constant, un nouvel élan. RFI a par ailleurs ouvert une deuxième fréquence à Phnom Penh en français 24h sur 24. Le développement au Cambodge reste une priorité. Le repositionnement des émetteurs FM sur un point géographique plus élevé à Phnom Penh, sans modification de leur puissance, permettrait d'étendre le bassin couvert.

(4) Amériques

La diffusion de RFI repose sur des relais FM mais surtout sur des accords de reprises passés avec des radios ou des réseaux de radios locales publiques et privées.

Fin 2013, RFI compte ainsi près de 400 accords avec des radios partenaires aux Amériques dont 370 en Amérique latine & Caraïbes (dont 80 au Brésil).

30 nouvelles radios ont conclu des accords de partenariats et diffusent RFI sur le continent américain (au Québec, au Chili, en Colombie, au Brésil...). En 2013, RFI a renouvelé la fréquence de diffusion du relais FM en Equateur (Cuenca), détenue par l'Alliance française, et a construit un nouveau studio radio en Bolivie (La Paz). Parallèlement, FMM a intensifié la diffusion de RFI via les reprises partielles avec 85 nouvelles radios partenaires.

Les langues reprises en Amérique du Nord par les radios partenaires sont plus particulièrement le français, l'anglais, l'espagnol et le vietnamien. En Amérique latine hispanophone, RFI est essentiellement reprise en espagnol tandis que les reprises en portugais dominent au Brésil où la distribution auprès des radios partenaires a été renforcée par accord avec la plateforme locale Agência Radioweb qui fournit des programmes à plus de 2 000 radios dont environ 200 reprennent régulièrement RFI.

e) La diffusion sur le territoire métropolitain

Le COM 2013-2015 prévoit la recherche de fréquences pour RFI à Strasbourg, à Marseille29(*), à Lyon et à Bordeaux par exemple. Il s'agit d'étendre la diffusion de qui ne couvre actuellement que l'Ile de France.

Le cahier des charges de la société a été modifié le 27 janvier 2014. L'article 7 prévoit désormais que « le service de radio en langue française dénommé RFI est diffusé par voie hertzienne terrestre en mode analogique en Île-de-France ainsi que, le cas échéant, par voie hertzienne terrestre sur d'autres parties du territoire métropolitain ».

Faute de fréquences disponibles, aucun projet de diffusion dans les autres métropoles citées dans le COM n'est à l'étude hormis une possibilité à Marseille (voir infra p.57).

2. Le développement de Monte Carlo Doualiya

Dans le cadre de la préparation du contrat d'objectifs et de moyens, la stratégie de Monte Carlo Doualiya (MCD) a été redéfinie.

a) Politique d'édition

MCD est la radio en langue arabe du groupe France Médias Monde.

(1) La ligne éditoriale de MCD et ses projets de développement.

Radio généraliste, équilibrant ses programmes entre information et divertissement, elle a pour objectif de s'affirmer comme la radio de la liberté, de la laïcité et de l'universalisme de langue arabe, de rajeunir et de féminiser son audience, d'introduire l'interactivité dans l'ensemble de sa programmation. Sa grille a été profondément remodelée en novembre 2013.

À travers 17h30 d'antenne quotidienne, Monte Carlo Doualiya s'adresse à des auditeurs arabophones et des sociétés qui partagent des problématiques communes. Son défi est de concevoir des émissions qui fédèrent et qui peuvent intéresser un auditeur maghrébin comme un auditeur du Golfe. La radio est très attentive au choix des sujets, surtout ceux des reportages et émissions sociétales pour renforcer cette dimension. Elle a d'ailleurs lancé une série de délocalisations (Mauritanie, Jordanie, Qatar..) qui permettent de se rapprocher des auditeurs et de connaître leurs préoccupations.

L'information en matière économique a été renforcée. La grille valorise dans ces contenus la culture, l'industrie et le modèle français et développe des rendez-vous politiques avec des personnalités de France et du monde arabe.

(2) Les nouveaux médias

Les nouveaux médias constituent un enjeu majeur pour la radio car ils permettent d'aborder des territoires qui sont restés fermés jusqu'à présent Un nouveau site très innovant a été lancé en septembre 201330(*) en prolongement de l'antenne.

Les applications ainsi que les pages sur les réseaux sociaux permettent de toucher de nouveaux auditeurs de plus en plus jeunes. Les résultats en termes de fréquentation sont en croissance exponentielle.

(3) Des moyens humains au service des programme

Avec 51 journalistes et 11 membres du personnel technique, MCD est la plus petite entité du groupe en termes d'effectifs. À sa directrice sont rattachés deux rédacteurs en chef, une responsable des programmes, une responsable de la musique et un secrétaire général. Six rédacteurs en chefs adjoints sont chargés à tour de rôle des tranches d'information et du site internet de la radio. Le contenu du site est alimenté par les journalistes de la radio ainsi que trois personnes dédiées.

MCD s'appuie sur un réseau de 80 correspondants dans le monde entier qui sont tous des journalistes confirmés et permettent d'avoir un regard professionnel même dans les pays les plus difficiles d'accès comme la Syrie ou la Libye. Ils ont tous le statut de pigistes.

b) La stratégie de diffusion

MCD diffuse en ondes moyennes depuis Chypre. Elle est reçue sur tout le Proche-Orient de la Syrie à l'Irak, de l'ouest de l'Arabie saoudite à l'Egypte et l'est de la Libye.

Présente en FM dans 12 pays, elle dispose de 26 émetteurs.

Plusieurs pays arabes dont les pays du Maghreb, l'Arabie Saoudite, l'Egypte, le Yémen, le Soudan, refusent l'octroi de bande FM. Des négociations sont toutefois en cours au Yémen, au Soudan et au Sultanat d'Oman.

Dès lors, la diffusion de MCD en ondes moyennes depuis Chypre reste stratégique. Il en est de même de la diffusion par satellite31(*), notamment pour proposer la radio arabophone française dans des pays difficiles à pénétrer. Plusieurs radios partenaires32(*) reprennent ses programmes.

MCD est également diffusée sur internet fixe et mobile ainsi que dans diverses offres ADSL et d'écoute téléphonique.

Le site internet de MCD, indépendant de celui de France 24 en langue arabe, a été lancé en septembre 2013. Très novateur et spécifique, il a été conçu pour répondre aux besoins des internautes dans la cible des auditeurs. Il offre la possibilité d'écouter en direct la chaîne dans les zones non couvertes par les ondes FM et OM de la radio. Les réseaux sociaux ont été rattachés au site.

Les efforts de développement / distribution portent sur trois fronts prioritaires :

- l'extension du parc d'émetteurs FM : des négociations sont en cours avec les autorités du Yémen, du Soudan et du Sultanat d'Oman pour lancer la diffusion dans les meilleurs délais ;

- la promotion des contenus sur Internet et en mobilité ;

- la recherche de radios partenaires en particulier (et prioritairement) dans les pays où MCD n'est pas diffusée en FM.

c) La stratégie d'audience

Après une décennie de relatif déclin pendant laquelle elle a perdu deux tiers de ses auditeurs, MCD en a regagné une partie : son audience est remontée en 2012 à 7,5 millions d'auditeurs dans la zone Moyen-Orient, pays du Golfe, en Mauritanie et à Djibouti. Elle s'est stabilisée depuis aux alentours de 7 millions d'auditeurs en 2013, 6 millions au Moyen-Orient (85%) et 1 million au Maghreb (15%), soit une progression de 5% mesurée sur 14 des 21 pays couverts.

Elle figure parmi les stations les plus connues et les plus suivies par les leaders d'opinion du Moyen-Orient33(*).

La fréquentation des nouveaux médias atteint 0,256 million (+50%) (0,192 sur Facebook et 0,032 sur Twitter). Le lancement du nouveau site internet en septembre 2013 a permis d'enregistrer une percée importante notamment dans des pays où, pour des raisons liées à la réglementation locale, elle n'est pas autorisée à diffuser en FM.

d) Perspectives de diffusion sur le territoire national

MCD n'est pas diffusée sur le territoire national. Vos rapporteurs dans leur avis sur le PLF 2014 et votre commission dans son avis sur le contrat d'objectifs et de moyens estimaient qu'il ne serait peut-être pas inutile d'envisager sa diffusion en FM dans certaines agglomérations34(*).

Le COM 2013-2015 prévoit qu'une diffusion en Île-de-France notamment pourra être expertisée. Dans cette optique, le cahier des charges de la société en charge de l'audiovisuel extérieur a été modifié le 27 janvier 2014. L'article 7 prévoit désormais que « le service de radio en langue arabe dénommé MCD peut être diffusé par voie hertzienne terrestre sur certaines parties du territoire métropolitain ».

Le CSA a toutefois décidé de ne pas donner suite à une demande de prolongation de l'autorisation de diffusion de FMM à Marseille jusqu'au 31 juillet 2014. RFI et MCD ne sont donc plus diffusées à Marseille. Vos rapporteurs regrettent cette décision.

Au moment où les risques de radicalisation et les actions fortes d'embrigadement et d'endoctrinement de groupes extrémistes s'accroissent, il est indispensable qu'une offre de service public en langue arabe puisse être diffusée. Si l'on peut comprendre que le CSA soit sensible, en situation de pénurie de fréquences disponibles et d'équilibre économique précaire de certaines radios locales, de limiter l'entrée sur le marché de radio de service public, l'intérêt général commande aujourd'hui de reconsidérer cette position de principe. La question de la préemption de fréquences par l'Etat, en cas de disponibilité ou de l'utilisation de fréquences sous utilisées par Radio France, devrait systématiquement être mise à l'étude.

3. Bilan et perspective de France 24

France 24, chaîne d'information internationale, est née de la volonté d'offrir au public international un point de vue français sur l'actualité du monde. Son coeur de cible est constitué des leaders d'opinion, notamment les décideurs politiques et économiques. Plus généralement, elle s'adresse à l'ensemble du public régulier des chaînes d'information internationale. À cet égard, l'offre multilingue - français, anglais, arabe - permet d'intéresser un public varié.

a) La politique éditoriale

Forte de trois chaînes d'information continue en trois langues - le français, l'anglais et l'arabe - France 24 défend une seule ligne éditoriale. Sa mission est de couvrir l'actualité internationale avec réactivité, rigueur et le recul nécessaire, 24h sur 24 et 7 jours sur 7.

(1) La ligne éditoriale et les projets de développement

La grille a été totalement revue, en deux phases, la première en juin 2013, la seconde en décembre 2013.

Le parallélisme absolu entre les antennes a été abandonné. Cela a été rendu possible par une organisation différente : chaque chaîne a désormais son rédacteur en chef qui organise ses conducteurs de journaux en fonction de l'intérêt pour les téléspectateurs de son antenne et de la zone de diffusion.

Plusieurs tranches « Paris direct » émaillent la journée de 6h à 10h, de 13h à 15h (nouveauté datant de 2013) et de 18h à 00h. L'information est désormais réellement en continu avec des journaux, des chroniques, des invités, des thématiques, sans ruptures de rythme, sans rediffusions « en boite », ce qui favorise la réactivité et une plus grande souplesse d'antenne.

La ligne éditoriale a également connu les changements suivants :

· Allongement des journaux de 10 à 15 mn et non rediffusion ;

· Multiplication par 2 des missions pour être toujours davantage sur l'actualité chaude, augmentant d'autant le nombre de reportages et présence des reporteurs en plateaux au retour de leurs missions ;

· Déclinaison systématique de tous les magazines en sujets dans les éditions de journaux télévisés ;

· Meilleurs intégrations des chroniques dans les tranches Paris Direct avec présence des chroniqueurs sur le plateau ;

· Montée en puissance de la chaîne arabophone qui s'est dotée d'un réseau de correspondants. Le nombre de reportages, en langue arabe est passé de 7 à 80 par mois ;

· Présence sur le terrain par la délocalisation des débats à l'étranger ;

· Enrichissement des grilles le week-end, avec notamment une meilleure couverture de l'actualité sportive....

Au total, en plus de ses journaux, France 24 diffuse une trentaine d'émissions dans les trois langues dont 16 ont été mises à l'antenne depuis 2013.

(2) À côté de ses chaînes, France 24 a développé sa diffusion sur les nouveaux supports de communication

Le nouveau site de France 24 se veut clair, efficace, riche et réactif, et désormais doté d'alertes. Une équipe dédiée aux nouveaux médias36(*) constitue une réelle plus-value pour la rédaction. Elle propose un traitement complémentaire de l'actualité sous forme de dossiers et d'articles, mais aussi des infos matins.

Le développement de la délinéarisation de la vidéo est en cours avec un renforcement de la présence de France 24 sur You Tube. Plusieurs émissions sont présentes sur les réseaux sociaux.

Parmi les pistes d'amélioration, les correspondants, envoyés spéciaux, reporters, doivent être en mesure de participer à l'amélioration des sites.

Le budget de la rédaction internet trilingue en 2014 s'élevait à 3,7 millions d'euros.

Les ressources propres générées par les nouveaux médias seront de l'ordre de 1,0  M€ en 2014, dont 0,8 M€ de recettes publicitaires sur internet et les mobiles37(*) et 0,2 M€ d'autres ressources propres (syndication, vente de contenus, etc.)

(3) Les moyens humains au service des programmes

France 24 est dirigé par un directeur assisté de 5 adjoints, un pour chaque langue (français, anglais, arabe), un en charge des magazines et des reportages et le dernier pour les nouveaux médias.

Les correspondants sont des prestataires extérieurs liés ou non par contrat selon l'importance éditoriale du poste. Une trentaine d'entreprises se consacrent quasi exclusivement aux chaînes de France 24. Une cinquantaine d'autres et plus d'une centaine de pigistes complètent le dispositif.

b) La diffusion

France 24 cherche à consolider sa position sur ses zones d'influence traditionnelles (Afrique, Maghreb, Proche et Moyen-Orient) et accompagnera le développement de la TNT notamment en Afrique. Elle aura également pour objectif de maintenir sa couverture en Europe, plus particulièrement pour la version anglaise de France 24 et de développer sa présence sur de nouveaux marchés en Asie et dans les Amériques.

S'agissant des investissements techniques, le principal projet lancé en 2014 correspond au renouvellement du dispositif technique de production et de diffusion de France 24, qui doit permettre à la chaîne d'information internationale d'être capable de diffuser en HD à l'issue du COM.

(1) La couverture géographique

Entre 2008 et le quatrième trimestre 2013, le nombre de foyers TV recevant France 24 (toutes langues confondues) est passé de 90 millions pour atteindre 256 millions, en progression de 50 millions par rapport à 2012 et répartis comme suit : Europe (+ 16,3 M), Afrique subsaharienne (+ 0,9 M), Asie-Pacifique (+ 30,3 M) et Amérique du Nord (+ 3,0 M).

Nombre de foyers recevant France 24

Source : France Médias Monde

A priori, la croissance de 50 millions de foyers enregistrée en 2013 ne porte que sur la distribution auprès des opérateurs de télévision payante. Il s'agit de la plus forte croissance historique de la distribution enregistrée par France 24. France 24 n'enregistre aucune croissance en 2013. L'apparente stabilité du parc de foyers recevant la chaîne en clair par satellite « Free-to-Air » reflète en réalité l'absence de données disponibles.

(2) La diffusion par langue

Fin 2013, la couverture par langue pour la diffusion 24/7 s'établit à :

· 230 millions de foyers pour la version anglaise (dont 72 millions de foyers en FTA) ;

· 153 millions de foyers pour la version française ;

· 91 millions de foyers pour la version arabe.

Chaque foyer unitaire peut donc recevoir plusieurs versions de la chaîne. En moyenne, chacun des 256 millions de foyers reçoit ainsi près de 2 versions.

Les cartes présentant la diffusion géographique de France 24 par langue figurent en annexe (voir infra p. 114).

(3) Des moyens de diffusions très diversifiés

Modes de diffusion

Nombre de foyers recevant France 24

(en millions)

Mode de réception

2012

2013

Satellites de

diffusion primaire

DTH free to air

71,5

74,47

en clair et gratuit

Satellites de

diffusion secondaire

DTH/Opérateurs (reprise dans les EPG des bouquets satellites payants)

49

37,99

abonnés

DTH/Opérateurs

51,20

abonnés

Distribution OTT

Référencent sur plate-forme payante

 

5,33

 

Accords de

distribution avec des réseaux câblés et MMDS

 

27,5

39,30

abonnés

Accords de

distribution avec des réseaux ADSL/ IPTV

 

21,5

26,20

abonnés

Accords de

distribution en mode TNT

 

22,5

répartis principalement en Italie, aux États-Unis, au Royaume-Uni ainsi que dans les collectivités d'Outre-Mer

22,06

En clair et gratuit

 

Total Foyers TV

 

192

256,55

 

Hôtels

 

plus d'une centaine de pays

9 731 hôtels

1,5 million de chambres

 

Distribution Internet

PCTV

 

5,1 millions d'individus

abonnés

Mobile

 

32 millions d'individus

abonnés

Diffusion satellite primaire = capacité satellite de France 24.

Diffusion satellite secondaire = capacité satellite de l'opérateur qui diffuse France 24.

(a) Les satellites

Le satellite reste très dominant dans la distribution de France 24, représentant près des 2/3 des foyers couverts (64%), dont 29% en clair (Free-to-Air) et 35% via des bouquets d'opérateurs (payants ou « Free-to-View » : reprise par l'opérateur du signal « Free-to-Air » ou diffusion par lui-même). Sa part a progressé en 2013, grâce aux accords avec DD Free Dish et Dish India en Inde. Sa part pourrait être plus importante sans les contraintes financières qui limitent le développement de France 24, notamment dans les pays d'Asie où les opérateurs satellites sont souvent les opérateurs leaders.

(b) Le câble et l'ADSL

Le câble et l'IPTV (ADSL) représentent respectivement 15% et 10% de la distribution.

(c) La télévision connectée à l'Internet

La diffusion OTT (streaming 24/24 sur les réseaux Internet) avec réception sur téléviseurs reste embryonnaire (2%) mais elle est appelée à croître dans les prochaines années.

(d) La reprise partielle par des opérateurs partenaires

En complément de la diffusion intégrale (24/7) de la chaîne, France 24 bénéficie d'une diffusion partielle sur un nombre croissant de chaînes de télévision couvrant environ 90 millions de foyers dont 60 millions en Amérique du Nord et 25,4 millions en Asie (Thaïlande, Australie, Sri Lanka).

(e) Téléphones mobiles

Il s'agit de la diffusion en 3G (généralement) à destination de téléphones portables au sein de bouquets « TV live » proposés par les opérateurs. Fin 2013, le nombre d'abonnés s'élève à 32 millions, répartis dans une quinzaine de pays en Europe38(*).

(f) Internet sur PC

Il s'agit d'une diffusion en « streaming live » sur PC au sein de bouquets TV payants proposés par les opérateurs et FAI. Le nombre d'abonnés à une offre de PCTV s'élève à 5,1 millions dont 4,8 millions en Corée du Sud, pays où le visionnage de la télévision sur PC est une pratique courante.

(g) La diffusion dans les hôtels

Au 31 décembre 2013, la diffusion de France 24 (toutes langues) dans les hôtels représente près de 1,5 million de chambres réparties dans près de 10 000 hôtels soit 540 millions de nuitées.

 

Hôtels

Chambres

Europe

7 059

895 409

ANMO

871

226 812

Afrique subsaharienne

874

131 725

Asie-Pacifique

741

176 702

Amériques

186

47 396

TOTAL

9 731

1 478 044

(4) Les coûts de diffusion de France 24

Suivant les dernières prévisions, le coût total de la diffusion en 2014 s'élève à 12,8 M€ (11,8 M€ en 2013) :

· 4,0 millions d'euros en capacité satellite primaire (3,8 M en 2013),

· 3,2 millions d'euros en capacité satellite secondaire (3,2 M en 2013),

· 3,2 millions d'euros en référencement câble, MMDS et ADSL (3,0 M en 2013),

· 2,4 millions d'euros pour la distribution / diffusion TNT (1,8 M en 2013).

Ce coût se décompose de la façon suivante par zone géographique1 :

· Europe : 5,1 M€

· ANMO : 1,3 M€

· Afrique subsaharienne : 0,4 M€

· Amérique du nord : 1,8 M€

· Amérique latine : 0.2 M€

· Asie-Pacifique : 1.2 M€

· Outremer (TNT) : 1,8 M€

(5) Distribution et la prospection

La prospection et le suivi du réseau des distributeurs qui assurent la présence gratuite, parfois payante de France 24 au sein des bouquets de programmes qu'ils proposent à leurs clients, est confiée à une équipe d'une quinzaine de collaborateurs organisée par zone et métiers qui s'appuie sur un réseau d'agents (représentants locaux) qu'elle anime et sur les réseaux diplomatiques français qui constituent une aide précieuse pour établir des contacts sur les marchés.

c) L'audience

L'audience hebdomadaire mesurée atteint en 2013 41,4 millions de téléspectateurs en baisse de 1% par rapport à 2012 sur 55 pays mesurés sur 177 pays couverts.39(*)

(1) En Afrique francophone

En Afrique, la chaîne a consolidé sa position de première chaîne d'information internationale auprès d'une audience grand public et est désormais une chaîne de référence pour la population de leaders d'opinion.

Sur le périmètre Africascope en 2013 (7 capitales), France 24 est la chaîne d'information internationale leader en audience quotidienne : chaque jour elle touche en moyenne 13% des 15 ans et plus vivant en milieu urbain. Ses principales concurrentes sur la zone, Euronews, enregistre 6% d'audience quotidienne, Africa 24, 4%. L'ensemble de ses autres concurrentes (Al Jazeera, CNN International et BBC World News) font moins de 1%.

Les données montrent un léger effritement de l'audience probablement explicable par le développement de l'offre télévisuelle globale. Il reste que France 24 se classe dans les 10 premiers rangs des chaînes tous formats diffusés dans la plupart des capitales d'Afrique francophone (3ème à Abidjan, à Libreville, à Nouakchott et à Conakry, 5ème à Bamako, 6ème à Douala, 10ème à Dakar et à Brazzaville, 17ème à Kinshasa, bien que dans ces deux dernières capitales qu'elles ne sont pas diffusées en hertzien.

Si l'audience hebdomadaire, en cumul, est meilleure que celle de 2011 (52,4% contre 49,2%), celle des cadres et des dirigeants, le coeur de cible de France 24, est néanmoins en baisse (de 88,3% à 85,3%).

Dans les années à venir, les principaux objectifs de la chaîne seront de maintenir son niveau d'audience face aux concurrents historiques et aux nouveaux concurrents, notamment africains.

(2) En Afrique du Nord et au Maghreb

La présence de France 24 dans cette zone est renforcée par sa diffusion en langue arabe.

Selon la dernière enquête TNS Sofres / Maghreboscope réalisée en Tunisie, Algérie et au Maroc fin 2013, France 24 se positionne comme la troisième chaîne d'information internationale (derrière Al Jazeera et Al Arabiya). Ainsi, sur l'ensemble des trois pays, avec 58,9% de notoriété.

La version arabe de France 24 «reste la plus suivie» par les téléspectateurs. avec 71% de l'audience hebdomadaire en Algérie, 89% au Maroc et 96% en Tunisie. Ce bond de l'audience s'explique notamment par l'introduction de nouveaux programmes ciblés accordant plus de place à l'actualité de la région.

(3) Au Proche et Moyen-Orient

Le Baromètre IPSOS montre que France 24 s'installe durablement dans un paysage des chaînes d'information regardées par les leaders d'opinion du Moyen-Orient, avec 34% d'audience hebdomadaire moyenne sur 5 pays mesurés40(*). Elle reste toutefois très loin des chaînes panarabes Al-Jazeera et Al-Arabiya qui dominent le marché et reste devancée par BBC Arabic et CNN dans la plupart de ces pays.

(4) En Europe

Selon l'étude EMS Europe publiée en juin 201441(*), France 24 quant à elle connaît une progression (+1 point par rapport à 2011) de son audience avec 4,4%.

CNN International revendique le leadership des marques médias d'information internationale, avec une audience cumulée mensuelle cross-plateforme (TV, Internet, mobile) représentant 40% de l'univers EMS, devant Sky News 31%), BBC World (29%) et Euronews (28%).

De son côté, Euronews revendique la première place des chaînes d'information auprès des hauts revenus en Europe continentale (hors Royaume-Uni et Irlande), avec une audience quotidienne de 1,6 million d'individus, devant CNN (1,5 million), Sky News (1,5 million) et BBC World News (1,1 million).

d) Sur les nouveaux médias

France 24 a su tirer profit de la richesse de l'actualité internationale pour s'installer et élargir son audience.

Visiteurs uniques par mois en millions.

2010

2011

2012

2013

5,8

9,9

10,842(*)

13,8

Source : Digital Analytix, ComScore

Avec 13,8 millions de visites mensuelles, cette fréquentation progresse de plus de 28% par rapport à la moyenne de 2012. La couverture de la guerre au Mali a été un élément moteur de la fréquentation du site en français de la chaîne (plus de 1,2 million de visites).

e) Stratégie de diffusion

France 24 a pour mission43(*) d'être distribuée dans le monde entier, auprès du public le plus large possible - en particulier les leaders d'opinion -, dans la langue la plus adaptée sur les supports les plus pertinents en fonction des territoires.

Les principaux enjeux sont les suivants :

(1) Afrique du Nord et Moyen-Orient

Dans cette région, le satellite est le mode de réception principal (généralement unique) de la télévision pour 95% des foyers. On compte quelque 1 300 chaînes de télévision diffusées en clair via Arabsat (Arabie Saoudite) et Nilesat (Égypte).

France 24 est présente dans ses trois versions linguistiques sur les deux satellites (arabe+anglais+français sur Arabsat ; arabe+anglais sur Nilesat) qui sont et resteront les supports de diffusion privilégiés de la chaîne. Les opérateurs satellites de la zone investissent fortement dans le développement de la haute définition.

Enfin, le taux d'équipement en smartphones - qui connaît une croissance annuelle à 2 chiffres - et la popularité des réseaux sociaux dans cette partie du monde, font de la diffusion sur les téléphones mobiles un enjeu de développement important. France 24 doit être présente sur ce mode de diffusion, très prisé d'une population jeune, nombreuse dans tous les pays de la zone.

(2) Afrique francophone

En Afrique francophone, France 24 bénéficie d'une excellente pénétration des foyers numériques, ainsi que d'une audience élevée. Cette situation éminemment positive doit être interprétée avec prudence. D'une part, elle a été acquise dans un contexte très favorable (faible concurrence des chaînes locales et internationales, zone traditionnelle d'influence française) ; d'autre part, elle bénéficie d'une redistribution informelle ou pirate très importante.

Sans céder à une crainte excessive d'un bouleversement des marchés, France 24 doit continuer à diversifier, étendre et sécuriser sa diffusion sur les canaux accessibles. On peut aussi considérer que l'émergence de nombreux opérateurs et la croissance rapide des marchés est une source d'opportunités. France 24 doit ainsi être attentive au lancement des nouveaux réseaux de diffusion, notamment aux nouveaux opérateurs satellite et au démarrage de la TNT44(*) afin de faire partie, le cas échéant, des premières offres.

(3) Afrique non francophone

En Afrique non-francophone, France 24 jouit également d'une belle pénétration des foyers numériques accessibles (95%). Comme en Afrique francophone, l'immaturité du marché augure de nouvelles opportunités de développement45(*).

(4) En Asie

L'Asie - incluant la zone Pacifique - représente à elle seule la moitié du marché mondial (à +/- 2%) : 50% des habitants, 50% des foyers, 50% des foyers équipés d'un téléviseur. Les taux de pénétration de la télévision et de la télévision payante y sont représentatifs de la moyenne mondiale46(*), mais les chiffres masquent l'importante hétérogénéité du continent :

- deux « pays continents », la Chine et l'Inde, qui concentrent plus de 60% de la population ;

- plus de 30 Etats (45 avec le Pacifique), dont une dizaine plus peuplés que la France ;

- extrême fragmentation linguistique ;

- extrême disparité de développement économique ;

- extrême diversité du contexte politique et réglementaire.

Historiquement, France 24 a commencé à s'implanter dans la zone que l'on peut qualifier d'ASEAN étendue (en ajoutant Hong Kong et Taïwan). Ces pays présentent les caractéristiques communes d'être politiquement ouverts - anciennement ou nouvellement - et économiquement accessibles. Dans la plupart de ces pays, France 24 a réussi une percée auprès des opérateurs challengers (IPTV, câble numérique), mais peine encore à convaincre les plus gros opérateurs - sauf à devoir payer la diffusion. De façon générale, les principaux marchés TV potentiels de la zone sont encore peu développés : très faible taux de pénétration de la Pay-TV (en Indonésie, aux Philippines, dans une moindre mesure en Thaïlande), câble encore largement analogique... Ils connaissent cependant une croissance très rapide, soutenue par un niveau élevé d'investissements (souvent étrangers). Ce contexte constitue un terrain de développement favorable pour France 24.

L'Inde est le 2e marché d'Asie près la Chine : plus de 165 M de foyers TV dont plus de 95% abonnés à une offre de Pay-TV, et 60% en numérique. Le câble représente près 65% du marché (>100 M de foyers). Le satellite assure le complément (env. 60 M de foyers). Dans ce contexte concurrentiel et dynamique, France 24 a réussi une percée «décisive» en 2013 en signant un accord de diffusion avec l'opérateur satellite public DD Free Dish et un accord de reprise avec le 1er opérateur satellite privé Dish TV, couvrant au total 38 millions de foyers fin 2013, soit près d'un quart des foyers équipés d'un téléviseur, et faisant de l'Inde le premier pays en termes de nombre de foyers couverts pour France 24.

La Chine et le Vietnam restent des pays fermés (refus de délivrance ou barrière à l'obtention de licences de diffusion). Il est toutefois nécessaire d'entretenir les relations avec les autorités politiques et administratives dans l'attente de leur ouverture (à l'instar de l'ouverture de la Birmanie en 2012) et pour rechercher d'autres voies de coopération (reprises de programmes...).

(5) Etats-Unis

Les moyens budgétaires de France 24 sont insuffisants pour espérer une diffusion nationale sur les grands réseaux47(*). Afin de contourner cet obstacle, France 24 s'efforce d'assurer une distribution sélective dans les principales agglomérations, via les stations numériques terrestres locales (TNT), permettant de bénéficier d'une diffusion locale sur les réseaux câblés grâce à la réglementation sur le must carry ou à des accords dits de «retransmission» entre les opérateurs terrestres et les opérateurs câbles48(*).

Cette approche a permis de couvrir des villes et agglomérations majeures comme celles de Washington DC, Philadelphie ou San-Francisco-Oakland-San Jose. Parmi les villes / agglomérations ciblées, sous réserve de la disponibilité de fréquences terrestres, citons Los Angeles, Chicago, Dallas, Boston, Houston, Seattle...

(6) Amérique latine

Avec plus de 600 millions d'habitants et 170 millions de foyers dont 95% équipés d'un téléviseur, l'Amérique latine - Caraïbes est un marché plus vaste que le marché nord-américain. Il est également très concentré49(*). La distribution de France 24 est encore embryonnaire (moins de 2 millions de foyers couverts).

Compte-tenu de la structure du marché et des contraintes budgétaires, les actions sont ciblées sur les grands pays de la région, et les opérateurs majeurs pan-continentaux. La signature d'un accord avec un opérateur leader dans un pays est souvent un déclencheur permettant d'étendre rapidement la diffusion de la chaîne. Bien entendu ces développements sont largement conditionnés par la possibilité de développer aussi partiellement l'espagnol.

(7) La diffusion sur le territoire métropolitain

Le COM 2013-2015 prévoit qu'une diffusion, au moins partielle, de France 24 sur la TNT sera recherchée La diffusion en Île-de-France a ainsi commencé le 23 septembre 2014.

Pour y parvenir, le cahier des charges de la société en charge de l'audiovisuel extérieur a été modifié le 27 janvier 2014. L'article 7 prévoit désormais que « les services de télévision dénommés France 24 en langue française, anglaise ou arabe peuvent être diffusés par voie hertzienne terrestre sur tout ou partie du territoire métropolitain ».

En application de l'article 26 de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication, une demande d'attribution à titre prioritaire du droit d'usage de la ressource radioélectrique à France 24 sur un canal plein en TNT en Île-de-France a été adressée au CSA par la ministre de la culture et de la communication. Cette demande a reçu un avis favorable du CSA lors de la réunion plénière du 11 juin 2014. À cette occasion, il a attribué à France 24 le numéro logique 33, occupé jusqu'alors par NRJ Paris dont le Conseil a abrogé l'autorisation d'émettre le 14 mai dernier.

Aucun autre projet de diffusion de France 24 sur la TNT en France métropolitaine n'est actuellement à l'étude.


* 10 Une présentation plus exhaustive des objectifs du COM figure dans le rapport pour avis sur le PLF 2014 p. 10 - http://www.senat.fr/rap/a13-158-10/a13-158-10.html

* 11En effet, il présente l'audience en nombre de téléspectateurs/auditeurs par semaine tandis que le précédent présentait l'audience en pourcentage du nombre de téléspectateurs/auditeurs potentiel, ce qui supposait un niveau d'extrapolation supplémentaire et était moins adapté à l'objectif d'audience des médias internationaux. Par ailleurs, la présentation par zone géographique permet d'offrir des tendances plus générales et ainsi plus adaptées au suivi de la stratégie du COM en matière développement de l'audience de France Médias Monde selon l'importance stratégique de certaines zones.

* 12 Les données concernant les années antérieures à 2014 ont été ajustées en conséquence. Cet indicateur s'inscrit toutefois dans la continuité des mesures précédentes. En effet, il est extrapolé à partir des mêmes études que celles réalisées par FMM et TV5 Monde les années précédentes (TNS Sofres - Africascope, IPSOS - Synovate - EMS, TNS Sofres Maghreboscope), permettant ainsi de poursuivre un suivi pluriannuel de l'audience des antennes de la société.

* 13 A chacune de ces langues est dédié un site internet spécifique, qui n'est pas une déclinaison du site en français, et qui propose une production originale, correspondant à la demande de son public. Le rapport Cluzel notait que «c'est par leur contribution au site multimédia que les journalistes de RFI en langues étrangères autres que l'anglais trouveront leur meilleur moyen d'expression».

* 14 En particulier, depuis le déploiement en 2007 du système numérique « Ordispace », près de 300 radios africaines, situées dans des zones où Internet est peu accessible, reçoivent quotidiennement et automatiquement sur un terminal spécifique plusieurs heures de programmes RFI qu'elles peuvent reprendre à discrétion.

* 15 En diminution de 3 heures de français vers l'Asie du Sud-est par rapport à l'an dernier.

* 16 Quelques heures sont confiées à l'opérateur Sud-Africain Sentech. Dans le cadre du contrat avec TDF, un échange est effectué avec un opérateur de Taiwan (CBS, 9hf/j). Cet échange permet de disposer de centres d'émission à proximité des zones de couverture afin d'améliorer la qualité technique du service.

* 17 2 pour l'Europe, 2 pour l'Afrique du Nord, Moyen-Orient 2 pour l'Afrique subsaharienne + 1 (TNT océan indien) 1 pour l'Asie-Pacifique + 2 (TNT Polynésie et Nouvelle-Calédonie) 3 pour les Amériques + 1 (TNT Caraïbes et Guyane).

* 18 À l'exception d'Eutelsat 5W, Asiasat 3, SES-6 et Anik F1, qui sont de purs satellites de contribution (bande C).

* 19 89 dans 21 pays francophones sur 22 (la diffusion de RFI en FM a été suspendue par les autorités de Djibouti en 2005) ; 13 dans 10 pays anglophones ; 13 dans 5 pays lusophones et hispanophone (Guinée Équatoriale).

* 20 Albanie (1), Allemagne (1), Espagne (2), France(1), Géorgie (1), Kosovo (1), Moldavie (1), république Tchèque (1), Roumanie (4).

* 21 Bolivie (1), Chili (1), Équateur (1), Guyane française (2), Haïti (6), Jamaïque (1), République dominicaine(1).

* 22 Afghanistan (1), Cambodge (6), Laos (1), Fiji (2), Vanuatu (2).

* 23 Koweït City (1).

* 24 Type Free en France.

* 25 Net Serviços au Brésil ; Videotron au Canada ; Telenet en Belgique, p.ex.

* 26 Audionow génère pour RFI plus de 320 000 appels par mois d'une durée moyenne de 21 minutes. Toutes les langues sont disponibles, dont 3 ont été ajoutées en 2013 (russe, roumain et khmer). Les langues les plus écoutées après le français sont le swahili, l'haoussa et le vietnamien. Depuis son lancement, le khmer est en progression constante.

* 27 À cet égard, la souplesse du modèle expérimenté pour la diffusion en haoussa depuis 2006 et kiswahili depuis 2010, avec une sous-traitance de la rédaction et de la diffusion à des prestataires locaux, mérite d'être soulignée.

* 28 Le Bambara est la principale langue vernaculaire parlée au Mali.

* 29 Le 1er juin 2013, FMM a obtenu une fréquence FM temporaire à Marseille dans le cadre de « Marseille Provence 2013 - capitale européenne de la culture » pour une durée de six mois. La société y a diffusé un signal qui reprend une partie des programmes de RFI Monde en français et une partie des émissions de MCD en arabe. Une demande de prolongation de l'autorisation de diffusion de FMM à Marseille jusqu'au 31 juillet 2014 a été adressé au CSA en décembre 2013. Le CSA a toutefois décidé de ne pas donner suite cette demande.

* 30 Voir rapport pour avis 2014 p. 30 - http://www.senat.fr/rap/a13-158-10/a13-158-10.html

* 31 Enfin, MCD est diffusée sur 5 satellites : Arabsat (ANMO), Nilesat (ANMO), Astra 19.2° (Europe), Eutelsat 9A (Europe + Moyen-Orient) et Eutelsat 5W (Bande C). À l'exception d'Eutelsat 5W, tous autorisent la réception directe avec de petites paraboles.

* 32 Ainsi, en 2013, MCD a conclu des accords de reprise d'émissions au Yémen (radio Yemena), à Oman (Al Wisal), au Maroc (Atlantic FM et Mars Radio) et en Tunisie (Radio Tataouine).Par ailleurs, des accords portant sur la coproduction et la co-diffusion d'une émission hebdomadaire de débat ont été conclus avec Radio Algérie Internationale et Masr Radio en Égypte. Ces accords ouvrent une fenêtre de visibilité pour MCD dans ces deux pays, dans l'attente d'une évolution réglementaire favorable à la diffusion FM.On notera également que MCD est diffusée en 24/7 sur un bouquet IP aux États-Unis (My African Pack), ainsi que sur la plate-forme téléphonique Audionow aux États-Unis. Par ailleurs, la radio est reprise partiellement au Canada par 2 radios partenaires.

* 33 MCD a atteint en mars 2014 une audience cumulée hebdomadaire chez les leaders d'opinion de 14% en Arabie Saoudite, de 11% au Liban , de 15% en Égypte, de 21% en Jordanie et de 16% aux Émirats arabes unis. Elle se classe en tête des radios internationales en Arabie Saoudite, aux EAU et au Liban et au deuxième rang en Jordanie et en Égypte.

* 34 « Le développement d'une offre privée concurrente, parfois orientée politiquement ou religieusement, laisse une place évidente pour une radio de service public en langue arabe porteuse de valeurs républicaines. La diffusion du programme arabophone de France 24 a répondu partiellement à la réception par satellite de chaînes étrangères, il serait important de pouvoir compléter cette offre pour la radio. Il ne s'agit en rien de limiter la liberté d'information mais au contraire d'accroître la diversité de l'offre. L'expérience de la diffusion de programmes de RFI et MCD en langue arabe, sur une fréquence temporaire à Marseille35 dans le cadre de l'évènement « Marseille-Provence 2013 - capitale européenne de la culture » constitue une référence et mériterait d'être poursuivie, voire étendue à d'autres agglomérations, y compris sous forme de partenariats avec des antennes de Radio France ou avec des radios locales ».

* 36 Les équipes dédiées aux sites web sont constituées de 35 journalistes permanents auxquels s'ajoutent 19 pigistes (hors correspondants) et CDD se relayant de manière quasi continue.

* 37 Avant déduction de la commission de régie de 25 % prise par FTP.

* 38 Essentiellement en France (9 M), au Portugal (9,4 M), en Russie (3,2 M), en Roumanie (3,2 M), en Slovaquie (2,3 M) et en Autriche (1,3 M).

* 39 France Médias Monde - Direction des études et des relations auditeurs - mars 2014.

* 40 33% au Liban (6ème rang), 26% en Jordanie (5ème rang), 51% en Égypte (7ème rang), 26% en Arabie Saoudite (4ème rang) et 16% aux EAU (5ème rang).

* 41 Depuis 1995, EMS (European Media and Marketing Survey) mesure les habitudes de consommation des foyers aux plus hauts revenus (tranche supérieure de 20%) dans vingt pays.

* 42 49% de l'audience en français était située en France, tandis que 59% de l'audience anglophone était localisée en Amérique du Nord.

* 43 Cette mission implique de connaître précisément les pays et acteurs : modes de réception privilégiés de la télévision, opérateurs, réglementation... Elle requiert une présence constante sur les marchés, une attitude proactive auprès des opérateurs et une veille continue afin de pouvoir anticiper et saisir les opportunités (lancement de nouvelles offres de TV payante, numérisation des réseaux hertziens...). Ceci étant posé, France 24 doit composer avec un ensemble de paramètres et de données : maturité et structure des marchés (part de la diffusion gratuite non cryptée, part de la TV payante, taux de foyers numériques...), nombre et niveau de concentration des acteurs (distributeurs), barrières à l'entrée ou freins au développement (contraintes réglementaires, coûts de distribution locaux, contraintes technico-économiques), intensité de la concurrence, poids économique et/ou géopolitique des pays, ressources économiques de la chaîne...

* 44 À cet égard, il convient d'être particulièrement vigilant en RDC, Côte d'Ivoire et Cameroun, les 3 principaux marchés TV d'Afrique francophone. Parmi les faits marquants de 2013, on soulignera en RDC l'obtention d'une fréquence terrestre analogique à Kinshasa - mais qui ne peut être exploitée pour l'instant, car piratée par une chaîne évangéliste et c'est là un problème majeur -, et le démarrage d'une diffusion numérique terrestre via l'opérateur chinois Startime.

* 45 Le déblocage de la situation avec l'opérateur sud-africain Multichoice premier opérateur régional, qui refuse de référencer la version anglaise de France 24 sur ses bouquets subsaharien et national constitue pour la chaîne un enjeu important. Cette difficulté est pour le moment contournée en se développant avec d'autres acteurs. La croissance de Startime et, dans une moindre mesure de Zuku (opérateur kényan soutenu par des capitaux britanniques), auprès desquels la chaîne est distribuée, ont permis à France 24 de réaliser une percée en matière de distribution avec 900 000 foyers supplémentaires en Afrique non-francophone, principalement au Nigeria mais aussi au Kenya et en Tanzanie, pays non francophones stratégiques.

* 46 Soit respectivement 80% (> 830 m) et 60% (> 500 m) des foyers. Le câble, à 55 % numérique, représente près des 3/4 du marché de la télévision payante (375 M), devant le satellite (80 M) et l'IPTV (50 M). À ces chiffres, s'ajoutent près de 70 M de foyers recevant la télévision en clair par satellite (FTA) et 300 M de foyers recevant la télévision par voie hertzienne (dont 170 M en TNT).

* 47 Comcast, Time Warner Cable, Dish TV ou DirecTV.

* 48 Elle nécessite également des ressources financières mais les coûts à charge de France 24 sont sans commune mesure avec les montants demandés par les grands opérateurs en direct.

* 49 Les 4 premiers pays (Brésil, Mexique, Colombie, Argentine) représentent les 2/3 de la population totale d'une zone qui regroupe une quarantaine d'États. Les trois principales puissances économiques de la région, Brésil, Mexique et Argentine concentrent les 3/4 des foyers équipés d'un téléviseur. 7 groupes médias transrégionaux se partagent l'essentiel de la distribution TV payante, câble et satellite.