Allez au contenu, Allez à la navigation

Projet de loi de finances pour 2015 : Écologie, développement et mobilité durables : Transports aériens

20 novembre 2014 : Budget 2015 - Écologie, développement et mobilité durables : Transports aériens ( avis - première lecture )

VI. LA FILIÈRE AÉRONAUTIQUE : DES SUCCÈS QUI SUSCITENT DE PLUS EN PLUS DE CONVOITISE

La France est l'un des rares pays au monde à disposer d'une industrie complète, constructeurs et équipementiers, maîtrisant l'ensemble des compétences nécessaires à la définition et à la construction d'un aéronef. L'industrie nationale est présente dans tous les segments de marché (avions de transport, avions d'affaires, hélicoptères, moteurs, systèmes) en y occupant souvent une place de leader.

Ce tissu s'est structuré pour faire émerger de grands groupes de tout premier rang mondial : avionneurs et hélicoptériste (EADS-Airbus et Eurocopter, Dassault Aviation), motoristes (Safran-Snecma et Turbomeca), équipementiers et systémiers (Thales, Safran-Sagem, Messier-Dowty, Messier-Bugatti, Liebherr Aerospace Toulouse, ECE-Zodiac, Ratier-Figeac, etc), fournisseurs d'aérostructures (Latécoère, Daher/Socata, Sogerma), etc. Au-delà de ces grandes entreprises, la plupart des sociétés équipementières et PME disposent de savoir-faire de pointe, souvent sur des activités de niche, du fait d'une nécessité d'innovation accrue.

Selon l'INSEE, le secteur aéronautique et spatial est le secteur industriel qui a, en proportion, le plus fort effet d'entraînement sur le reste de l'économie. Son activité propre induit une génération de presque cinq fois sa propre valeur ajoutée dans les autres secteurs d'activité. Par comparaison, le secteur automobile, placé en seconde position, a un effet induit de quatre fois sa propre valeur ajoutée, la moyenne des autres secteurs industriels se situant entre 2 et 2,5.

A. LES PERFORMANCES DE NOTRE INDUSTRIE AÉRONAUTIQUE ATTEIGNENT DE NOUVEAUX RECORDS

En 2013, les adhérents du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS) ont enregistré un chiffre d'affaires de 47,9 Md€, en augmentation de 9 % par rapport à 2012, avec une très forte part (30,4 Md€) réalisée à l'exportation, en augmentation de 11,4 %. En termes de commandes, on atteint des niveaux records à hauteur de 73,1 Md€, soit une progression de 49 % par rapport à 2012. Ces performances permettent au secteur de dégager, une fois de plus, le premier solde excédentaire de la balance commerciale française avec +22 Md€ en 2013. Les équipementiers et PME de la chaîne de sous-traitance obtiennent eux aussi de bons résultats en 2013, avec un chiffre d'affaires estimé à 15,1 Md€ (+7 % à périmètre constant) et 13,3 Md€ de commandes enregistrées (+12 %).

Le secteur se porte si bien que les constructeurs se trouvent dans la situation enviée de ne pas produire assez pour des clients qui veulent être livrés rapidement. L'enjeu est alors de gérer la croissance en assurant l'accompagnement des sous-traitants.

Les résultats de la filière aéronautique en 2013-2014

Sur le marché des aéronefs, Airbus Group (Airbus, Airbus Defence & Space et Airbus Helicopters) a dégagé un chiffre d'affaires de 57,6 Md€ en 2013. Airbus a livré sur le marché civil 626 appareils, battant à nouveau le record de livraisons de l'année précédente (588 appareils en 2012, 534 en 2011). Airbus a enregistré 1 503 commandes nettes en 2013, à comparer aux 833 de 2012. À fin juillet 2014, les commandes sont de 705 appareils pour 2014 (892 pour la même période en 2013), portant le carnet de commandes à 5 930 appareils, soit près de huit années de production. En 2014, le nombre des livraisons d'Airbus devrait être similaire à celui de 2013, en tenant compte de la livraison des premiers A350 XWB. En comparaison, Boeing a livré sur le marché civil 648 appareils en 2013 et a enregistré 1 355 commandes nettes. À fin juillet 2014, Boeing a enregistré 783 commandes nettes depuis le début de l'année.

Sur le marché des avions régionaux, ATR a livré 74 avions neufs en 2013, soit une augmentation de 16% par rapport aux 64 livraisons de 2012 et de 37% par rapport aux 54 livraisons de 2011. Ces chiffres représentent non seulement un nouveau record annuel, mais soulignent également la montée significative des cadences de livraison. À ces résultats s'ajoutent des ventes pour un total de 195 appareils (89 commandes fermes et 106 options), qui permettent à ATR d'afficher au 31 décembre 2013 un carnet de commandes composé de 221 avions fermes. Pendant la semaine du salon de Farnborough, ATR a annoncé un nouveau record de ventes pour le premier semestre 2014 avec la commande ferme de 144 appareils assortie de 112 options.

À ce jour, ATR enregistre plus de 325 appareils à livrer lors des prochaines années, représentant une valeur de 8 Mds$ et correspondant à près de quatre années de production. L'avionneur prévoit d'augmenter sa cadence de production à plus de 80 appareils livrés à la fin de l'année 2014. Par ailleurs, ATR continue d'élargir son offre de support à ses clients avec l'ouverture d'un nouveau centre de formation de pilotes à Bangkok d'ici à la fin de l'année.

Sur le marché des avions d'affaires, Dassault Aviation a livré 77 Falcon en 2013 (contre 66 en 2012). La société a enregistré 64 commandes nettes en 2013 contre 58 en 2012. Le carnet de commandes consolidé au 31 décembre 2013 est de 7,379 Mds€ contre 7,991 Mds€ au 31 décembre 2012, soit une baisse de 8%. Sur le premier semestre 2014, les commandes sont de 38 Falcon et le carnet de commandes en légère hausse de 3 % avec un montant de 7,612 Mds€. Le groupe prévoit de livrer au total 70 Falcon en 2014 et son chiffre d'affaires devrait être inférieur à celui de 2013.

Sur le marché des hélicoptères civils, Airbus Helicopters a livré 497 machines en 2013, contre 475 en 2012, soit une hausse de 4,6 %. En 2013, les prises de commandes d'Airbus Helicopters ont progressé de 7 % et s'élèvent à 5 775 M€ (contre 5 392 M€ en 2012), malgré une baisse du nombre de commandes nettes à 422 hélicoptères (contre 469 en 2012). Fin 2013, le carnet de commandes d'Airbus Helicopters a atteint 12,4 Mds€ avec 995 hélicoptères (12,9 Mds€ fin 2012 avec 1 070 hélicoptères). En 2014, 148 commandes nettes ont été enregistrées au premier semestre et 123 hélicoptères supplémentaires ont été commandés par des clients chinois en juillet 2014.

Sur le marché des moteurs, Safran a dégagé un chiffre d'affaires ajusté de 14,7 Mds€ en 2013. Les commandes enregistrées par Safran s'élèvent à 20,8 Mds€. Son carnet de commandes fin 2013 atteint 56,2 Mds€, en hausse de 16 % par rapport à 2012 avec 48,5 Mds€.

Sa filiale SNECMA a livré 1 502 moteurs CFM56 en 2013 (dans le cadre de sa coentreprise CFM international avec General Electric) - établissant un nouveau record de production par rapport aux 1 406 livrés en 2012, soit une hausse de 7 % -, 308 moteurs de forte puissance GE90-115 et GP7000 (en association avec General Electric) contre 249 en 2012, et 52 moteurs SaM146, (dans le cadre de la société commune PowerJet avec NPO Saturn) contre 16 en 2012, marquant ainsi une nette progression de la production. En 2013, CFM international a enregistré 1 330 commandes de moteurs CFM56 et 1 393 moteurs LEAP en cours de développement, portant le carnet de commandes de CFM international à plus de 10 800 moteurs fin 2013, le nombre de LEAP-X (plus de 5 700) dépassant pour la première fois celui des CFM56. Lors du salon de Farnborough, CFM international a annoncé la commande de 1 062 moteurs (862 LEAP et 200 CFM56). À l'issue du salon, le carnet de commandes de moteurs LEAP totalise plus de 7 500 unités. Le carnet de commandes de PowerJet s'établit fin 2013 pour sa part à 202 moteurs SaM146.

En 2013, le chiffre d'affaires des activités de services, qui comprennent la vente de pièces de rechange ainsi que les activités de maintenance, réparation et révision pour moteurs civils, a augmenté de 19,2 %. Cette croissance particulièrement soutenue est notamment tirée par les premières révisions des moteurs CFM56 récents et des GE90.

Dans le domaine des moteurs d'hélicoptères, la filiale Turbomeca a livré 934 moteurs en 2013 contre 924 en 2012 et en a réparé 1 499.

Dans son ensemble, la filière aéronautique a créé environ 6 000  emplois sur le territoire national en 201316(*) et recruté environ 13 000 personnes (48 % d'ingénieurs et cadres, 26 % d'employés techniciens agent de maîtrise et 26 % d'ouvriers qualifiés). Au total, sur les trois dernières années, on dénombre pour cette filière la création de 20 000 emplois nets et le recrutement de 41 000 personnes.


* 16 Au total, les effectifs de la construction aéronautique en France atteignent 177 000 personnes en 2013 pour le périmètre GIFAS. Si l'on ajoute les effectifs estimés des fournisseurs extérieurs à ce périmètre, les effectifs de l'industrie aéronautique nationale sont d'environ 250 000 personnes.