Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 1997 : affaires étrangères, relations culturelles extérieures et francophonie

 

IV. QUEL AVENIR POUR LE RÉSEAU CULTUREL ,

A côté de l'audiovisuel extérieur et de notre réseau d'établissements d'enseignement, la France s'appuie pour sa politique culturelle extérieure sur un réseau culturel et linguistique encore dense : 131 centres-instituts culturels et centres de coopération culturelle et linguistique (CCCL). Il s'y ajoute 1 056 comités d'alliance dont 252 aidés par le Ministère, 28 établissements de recherche et 187 missions archéologiques, enfin 82 bureaux de coopération linguistique et éducative n'ayant pas l'autonomie financière. Ce réseau mondial reçoit, tous titres budgétaires confondus, une dotation annuelle globale de 850 MF.

La répartition géographique des centres et instituts culturels d'alliances françaises est aujourd'hui la suivante :

Zone géographique

Centres culturels

Alliances françaises

Europe occidentale

66

311

Europe centrale et orientale

20

55

Maghreb

16

4

Afrique non-francophone

4

100

Proche-Orient

9

5

Amérique du Nord

 

214

Amérique latine - Antilles

4

282

Asie-Océanie

12

85

Total

131

1 056

A. LES RESTRUCTURATIONS DÉJÀ ENGAGÉES

- le rapprochement des réseaux linguistiques et culturels se poursuit - 52 centres culturels et de coopération linguistique (CCCL) ont été installés depuis deux ans. Ces nouveaux types d'établissements résultent de la fusion du centre culturel et du bureau de coopération linguistique et éducative - ce dernier ne disposant que de l'autonomie financière - et permettent des actions de coopération dans un cadre élargi. Dix-sept établissements de ce type seront ouverts en 1997.

- par ailleurs, une dizaine de centres culturels et de coopération (CCC) existent à ce jour. Ils regroupent, dans un même établissement, toutes les activités de coopération relevant du Service culturel de l'Ambassade : coopération scientifique, technique, artistique, audiovisuelle, linguistique et éducative. Cette rationalisation du réseau existant s'accompagne souvent de la fusion de diverses autonomies financières.

Par delà ces aménagements de structures qui permettent également d'élargir l'assise financière de l'ensemble -par fusion d'autonomies particulières-, les objectifs prioritaires suivants sont visés :

- le renforcement de l'information et de la documentation sur la France, via les centres de ressources, par le recours aux technologies modernes en plus des actuelles salles de lecture et des bibliothèques ;

- l'adaptation de l'enseignement du français. Celui-ci concerne aujourd'hui quelque 520 000 élèves - alliances comprises - composé à 39 % d'actifs, à 33 % d'étudiants, 21 % de scolaires. L'idée est de cibler, en priorité, les fonctionnaires internationaux, les décideurs économiques administratifs et politiques, formateurs et futurs étudiants des universités françaises ou francophones. Sur ce point il conviendrait de faire une plus grande place aux méthodes nouvelles d'apprentissage des langues. A titre d'exemple, il existe en Pologne une vingtaine de programmes informatiques d'apprentissage individuel de l'anglais et aucun pour le français.

- coopération culturelle et action linguistique : l'action artistique est conduite par l'Association française d'action artistique qui coordonne les projets - tournées expositions - dans un cadre régional élargi. L'objectif est ici de coordonner davantage la réalisation de projets culturels et la promotion de la langue française.