Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information


Retour Sommaire Suite

B. EN FRANCE, L'ÉTAT NE SOUTIENT PAS ASSEZ LES EFFORTS DES RÉGIONS EN FAVEUR DES INNOVATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES

En regard, les dépenses des régions françaises affectées à l'innovation et aux nouvelles technologies sont tellement réduites que le ministère lui-même n'a pu en fournir une évaluation.

Sur l'ensemble des aides de l'Etat apportées aux régions dans le cadre des prochains contrats de plan, récapitulées ci-dessous, quel montant sera-t-il affecté aux actions en faveur de la recherche ?

· Répartition de l'aide de l'Etat par région

Ce tableau indique pour chaque région le total de ces aides pour la période à venir, suivi du montant par habitant :



Source : Bulletin quotidien du 23.11.99

Il ne semble pas que les chiffres avancés dans le cadre des contrats de plan Etat-régions actuellement en discussion soient d'un ordre de grandeur comparable à l'exemple bavarois. Pourtant, la région Provence-Alpes-Côte d'Azur a développé un vaste programme en matière de recherche et d'innovation, mais c'est la quote-part de l'Etat qui n'est pas à la hauteur des besoins.

Le ministère ne dispose d'ailleurs à cet égard, de façon significative, que de quelques éléments chiffrés portant sur l'emploi scientifique dans les régions qui remontent à 1997. Ainsi indique-t-il qu'en France métropolitaine2(*) les 75 574 " Équivalents temps plein recherche "3(*) de la fonction publique répertoriés en 1997 (dans les universités, et les établissements publics de recherche) sont assez inégalement répartis sur le territoire. En dehors de l'Ile-de-France, qui regroupe 38 % des " Équivalents temps plein recherche ", il existe trois catégories de régions. La première, qui correspond aux régions du sud de la France, comprend les quatre régions dont les effectifs sont les plus importants : Rhône-Alpes (11 %), PACA (8 %), Midi-Pyrénées (7 %) et Languedoc-Roussillon (5 %). Une deuxième catégorie (dont la distance avec Paris est entre 300 et 500 km) comprend, par ordre d'importance décroissante : Bretagne (4 %), Aquitaine, Alsace et Lorraine (3 %). Les onze autres régions, enfin représentent au total 14 % des effectifs.

Cette répartition régionale est décrite dans le tableau suivant :

RÉPARTITION RÉGIONALE DES PERSONNELS DE RECHERCHE EN 19974(*)



Source : ministère de l'Education nationale, de la recherche et de la technologie

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli