Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2001 : Défense: exposé d'ensemble et dépenses en capital

 

B. LA DÉLÉGATION GÉNÉRALE POUR L'ARMEMENT

La DGA est aujourd'hui engagée dans un important et nécessaire processus de rationalisation de sa gestion et de réduction de ses coûts d'intervention. Celle-ci passe notamment par la restructuration de la Direction des centres d'expertise et d'essais, à travers la rationalisation et l'externalisation des activités de soutien, mais surtout la prise en compte de la nécessaire concurrence et/ou complémentarité des centres européens16(*).

C. LES ACTIVITÉS DE RENSEIGNEMENT

Les crédits affectés aux activités de renseignement bénéficient pour l'essentiel à la DGSE (direction générale de la sécurité extérieure).

Ainsi, en 2001, la DGSE recevra 900 millions de francs au titre des crédits de fonctionnement17(*) (soit + 5,8 % par rapport à 2000) et 722 millions de francs, au titre des dépenses d'équipement (soit + 10,2 % par rapport à 2000).

La direction du renseignement militaire (DRM), directement rattachée au Chef d'état-major des Armées, bénéficie de 40 millions de francs de crédits de fonctionnement (reconduits à l'identique) et de 75 millions de francs de crédits d'équipement (soit + 44,2 % par rapport à 2000)18(*)

On soulignera que les effectifs de la DRM sont moitié moins nombreux que ceux de son équivalent britannique (Defense Intelligence staff) et près de six fois moins nombreux que ceux de la Defense Intelligence Agency américaine.

* 16. Notamment le BWB allemand

* 17. Plus 943 millions de francs de crédits de fonctionnement inscrits au titre III du budget de la Défense, et 200 millions de francs de " fonds spéciaux " inscrits au budget des Services généraux du Premier ministre.

* 18. Lié au financement du projet Sirius, système d'aide à la gestion et à l'analyse du renseignement d'origine électromagnétique