Vous êtes ici : Travaux parlementaires > Rapports > Rapports législatifs


Retour Sommaire Suite

II. LES SECOURS AUX VICTIMES DE SINISTRES ET CALAMITÉS

Le chapitre 46-02 a été créé par la loi de finances pour 1997 dans le cadre de la réforme des procédures budgétaires du fonds de secours aux victimes de sinistres et de calamités. Cette réforme a substitué un chapitre budgétaire au compte d'affectation spéciale n° 902-13, conformément aux recommandations formulées par la Cour des comptes dans son référé au 19 avril 1996. Elle a été étendue à l'outre-mer par la loi de finances pour 1999 par la création d'un article 20 « Fonds de secours aux victimes de sinistres et calamités dans les départements, collectivités territoriales et territoires d'outre-mer » sur le même chapitre 46-02.

Dès sa création, le chapitre a été inscrit à l'état annexe G du projet de loi de finances, donnant ainsi à ses crédits un caractère provisionnel.

En loi de finances initiale pour 2001, le chapitre a été doté de 2,28 millions d'euros (14,96 millions de francs), soit 0,76 million d'euros concernant la métropole et 1,52 million d'euros pour l'outre-mer, auxquels se sont ajoutés 8,77 millions d'euros (57,53 millions de francs) de reports de l'exercice 2000. Par ailleurs, le chapitre a été abondé à hauteur de 5,64 millions d'euros (37 millions de francs) par arrêté de dépenses éventuelles du 24 juillet 2001 afin de venir en aide aux agriculteurs touchés par la sécheresse en Guadeloupe. Au 31 août 2001, la dépense sur ce chapitre s'élevait à 4,82 millions d'euros (31,62 millions de francs).

Dans le projet de loi de finances pour 2002, ce chapitre est doté de 2,3 millions d'euros (15,09 millions de francs), dont 0,76 million d'euros concernent la métropole et 1,54 million d'euros pour l'outre-mer.

III. L'ENCOURAGEMENT À LA CONSTRUCTION IMMOBILIÈRE

Le chapitre 44-91 est un chapitre évaluatif dont la plupart des articles sont dotés, à l'exception de l'article 50.

Ce chapitre retrace les bonifications et subventions versées à la Compagnie de financement foncier (Société de crédit foncier créée en application de l'article 110 de la loi « épargne et sécurité financière », filiale du Crédit foncier de France) et à la Caisse des dépôts et consignations au titre des prêts aidés par l'Etat. Il retrace également les provisions versées par l'Etat au Crédit foncier de France et à la Caisse des dépôts et consignations pour le paiement des primes d'épargne logement et des primes à l'amélioration à l'habitat.

Le chapitre 44-91 bénéficie en fin d'année d'un transfert de crédit qui comble l'essentiel de l'écart entre ses dotations initiales et ses dépenses effectives. Cette procédure de transfert ne concerne plus à ce jour que l'article 50 (amélioration de l'habitat).

L'article 185 de la loi du 13 décembre 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains a étendu la mission de l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH) à l'ensemble des logements du parc privé. Elle sera désormais chargée d'octroyer non seulement des subventions aux propriétaires-bailleurs (son objet actuel), mais également aux propriétaires-occupants.

Le décret d'application du 20 avril 2001 prévoit le transfert de la gestion de l'ancienne prime pour l'amélioration de l'habitat (PAH), et de la subvention pour sortie d'insalubrité (SSI), à compter de la date de publication de l'arrêté interministériel approuvant le règlement général de l'Agence. Ce règlement est en cours d'élaboration pour examen par le conseil d'administration de l'Agence au second semestre 2001. Le transfert effectif de la gestion de la PAH et de la SSI, est prévu pour le 1er janvier 2002.

Après mise en place de la nouvelle procédure, le Crédit foncier de France ne gèrera plus que les dossiers ayant fait l'objet d'une décision favorable jusqu'à la date de publication au Journal Officiel de l'arrêté précité. La mise en paiement des primes devrait avoir lieu sur les deux premières années pour l'essentiel. Les opérations de transferts n'auront après plus lieu d'être. Par ailleurs, il n'y pas de reports de crédits en ce qui concerne les crédits évaluatifs.

La dotation demandée pour 2002 est de 1.510,85 millions d'euros (9.910,5 millions de francs), soit une progression de 7 %par rapport à 2001, décomposée comme suit :

Les crédits du chapitre 44-91 ont évolué de la manière suivante au cours des trois dernières années :

Retour Sommaire Suite


Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli