Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances pour 2003 : Le budget de 2003 et son contexte économique et financier

 

B. L'IMPACT D'UNE GUERRE EN IRAK

Au total, on peut s'interroger sur l'impact qu'un conflit en Irak serait susceptible d'avoir sur les économies occidentales. Cet impact semble fortement dépendre de la durée du conflit9(*).

1. Une croissance des pays de l'OCDE réduite de moins de 0,5 point en cas de conflit bref ?

Selon la banque d'affaires Salomon Smith Barney10(*), un conflit bref pourrait réduire la croissance des Etats-Unis de 0,5 point en 2003. Ce scénario repose sur l'hypothèse que la chute des cours boursiers et l'augmentation du prix du pétrole (jusqu'à 40 dollars le baril) suscitées par le conflit ne seraient que temporaires. Il est par ailleurs supposé qu'une augmentation des dépenses militaires contribuerait à soutenir la demande intérieure des Etats-Unis.

Envisageant un scénario analogue (passage du cours du baril de Brent à 50 dollars au premier trimestre 2003, puis stabilisation à 20 dollars), le Centre d'observation économique de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (COE) parvient à des estimations nettement plus faibles : la croissance de l'économie des Etats-Unis et de la France serait réduite en 2003 de seulement 0,1 point, et celle de l'économie de la zone euro de 0,2 point.

2. Des hypothèses de scénarios plus défavorables à envisager

Cependant, des scénarios plus défavorables peuvent être envisagés.

Tout d'abord, un renforcement de la menace terroriste pourrait peser sur la consommation des ménages. Le tableau ci-après rappelle les estimations de l'impact possible de la menace terroriste présentées par le gouvernement il y a un an.

Impact possible de la menace terroriste sur la croissance

(en points de PIB)

 

PIB de l'Union européenne

PIB des Etats-Unis

Impact d'une baisse de confiance aux Etats-Unis

0,35

0,65

Impact d'une baisse de confiance en Europe

0,15

0,05

Total

0,5

0,7

Source : ministère de l'économie, des finances et de l'industrie

Ensuite, un enlisement du conflit pourrait déprimer durablement les marchés financiers et susciter une stabilisation du cours du pétrole à un niveau élevé, ainsi qu'une dépréciation du dollar. Les estimations présentées ci-avant suggèrent que la croissance des Etats-Unis et de la zone euro pourrait alors être très faible. En particulier, chacun sait que le scénario de la guerre en Irak peut comporter la déstabilisation des différents Etats de la zone : nouvelle flambée de violence israélo-palestinienne, problèmes internes au sein de chaque Etat voisin de l'Irak, réactions de l'Arabie saoudite à la stratégie de « contournement » américaine... Les points critiques ne manquent pas et des réactions en chaîne sont concevables, ce qui conduit à relativiser toute prévision en ce domaine.

* 9 Selon le directeur général du FMI, Horst Köhler, si « une action militaire de courte durée, circonscrite à l'Irak, aurait probablement un impact limité sur la croissance », et pourrait même produire « un effet positif » en suscitant une « clarification de la situation », une guerre prolongée contre l'Irak créerait une situation « imprévisible », qui handicaperait la reprise (Le Monde, 25 septembre 2002).

* 10 From Dogfight to Daylight : War and its Impact, 23 septembre 2002.