Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi de finances rectificative pour 2008 : rapport - volume 1 : exposé général et examen des articles 1er à 31 quater

 

3. Considérés globalement, les plans de relance européens pourraient accroître le PIB de la France et de l'Union européenne d'environ 1 point en 2009

a) Le montant global des plans de relance européens semble proche de celui préconisé par la Commission européenne
(1) Des situations économiques variables selon les Etats membres

Les grands Etats membres sont dans des situations économiques et budgétaires très différentes, comme le montre le tableau ci-après :

- l'Allemagne et l'Espagne ont les marges de manoeuvre budgétaires les plus importantes, avec pour 2008 un déficit public respectivement nul et de 1,6 point de PIB ;

- la France et le Royaume-Uni ont de faibles marges de manoeuvre budgétaire, avec un déficit public qui devrait être de l'ordre de respectivement 3 et 4 points de PIB en 2008, l'intérêt de la France à effectuer une relance étant d'autant plus limité qu'elle est le grand Etat membre dont les perspectives de croissance pour 2009 (- 0,6 %) sont les moins dégradées ;

- les marges de manoeuvre budgétaires de l'Italie sont très faibles, avec une dette publique de plus de 100 points de PIB.

La situation économique et budgétaire des principaux Etats membres de l'Union européenne

 

2008*

2009**

 

Solde public

Solde public structurel

Dette publique brute

Croissance du PIB

Allemagne

0

-0,8

64,3

-1,2

Espagne

-1,6

-1,5

37,5

-1,2

Italie

-2,5

-2,3

104,1

-1,1

France

-3

-3,2

65,4

-0,6

Royaume-Uni

-4,2

-4,6

50,1

-1,5

Union européenne

-1,6

-2

59,8

-0,7

Zone euro

-1,3

-1,6

66,6

-0,9

Etats-Unis

-5,3

ND

ND

-1,3

Japon

-1,9

ND

ND

-0,9

Sources :* prévisions économiques d'automne de la Commission européenne, 3 novembre 2008 ; ** Consensus Forecasts, décembre 2008

(2) Des plans de relance d'un montant variable selon les Etats membres

Si, comme on pouvait s'y attendre compte tenu de ces éléments, l'Espagne et l'Italie ont un plan de relance d'un montant respectivement supérieur et inférieur à la moyenne (et même négligeable dans le cas de l'Italie), l'Allemagne refuse, à ce stade, de faire davantage que ses partenaires, ce qui a pu être critiqué. Il semblerait, en outre, que son plan soit moins centré sur l'année 2009 que les autres plans de relance.

Les plans de relance des principaux pays : quelques ordres de grandeur indicatifs

(en points de PIB et en milliards d'euros)

 

En points de PIB

En milliards d'euros

France

1,3

25,5

Allemagne

1,3

31,9 sur 2 ans

Royaume-Uni

1,2

20

Italie

0,4

5,5

Espagne

1,7

19,1

5 Etats ci-dessus

1,1

102

Objectif fixé par la Commission européenne
pour les Etats membres

1,2 (1)

170 (2)

     

Etats-Unis

5,0

700 (3)

     

Précédents français (pour mémoire) :

   

1975

2,1

 

1981

1

 

(1) 1,5 point de PIB en incluant le 0,3 point de PIB financé par l'UE.

(2) 200 milliards d'euros en incluant les 30 milliards d'euros financés par l'UE.

(3) En milliards de dollars. Il s'agit du montant le plus fréquemment évoqué par la presse.

Sources : Sylvain Broyer, Costa Brunner, « Un comparatif des plans de relance européens », Flash économie n°564, 10 décembre 2008, Natixis ; Commission européenne ; Eurostat ; ministère de l'économie des finances et de l'emploi ; « Le monde » du 5 décembre 2008

La position de l'Allemagne pourrait cependant évoluer16(*).

* 16 Cf. en particulier « Le Monde » du 13 décembre 2008.