Allez au contenu, Allez à la navigation



Projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2009 à 2014 et portant diverses dispositions concernant la défense

 

B. LES FORCES NUCLÉAIRES

La période de la programmation verra se concrétiser une large part des programmes de renouvellement des forces nucléaires engagés depuis plusieurs années, avec la livraison du missile M 51 à la composante océanique, l'entrée en service du missile ASMP/A sur le Rafale pour la composante aéroportée et l'entrée en fonctionnement, en toute fin de période, du laser mégajoule dans le cadre du programme de simulation.

Comme on l'a précédemment indiqué, la programmation prévoit une enveloppe de 20,2 milliards d'euros sur six ans, représentant 19,8 % des crédits d'équipement sur la période 2009-2014, soit 3,3 milliards d'euros en moyenne annuelle.

1. La composante océanique : l'arrivée du missile M 51

Les essais à la mer du 4ème sous-marin nucléaire lanceur d'engins de nouvelle génération (SNLE NG), le Terrible, ont démarré au mois de janvier 2009, pour une admission au service actif en 2010.

Le Terrible sera directement équipé du nouveau missile balistique M 51, dont les trois premiers tirs d'essai ont été effectués avec succès, le tir de synthèse, réalisé à la mer, étant prévu pour l'automne. Plus volumineux que l'actuel M 45, le M 51 est conçu pour emporter les futures têtes nucléaires océaniques (TNO) élaborées à partir du concept de « charges robustes », validé lors de la dernière campagne d'essais dans le Pacifique.

Dans un premier temps, le M 51 emportera les têtes nucléaires TN 75 actuellement en service. A cette première version appelée M 51.1 succèdera, à compter de 2015, une seconde version M 51.2 équipée de la TNO ainsi que de nouvelles aides à la pénétration plus performantes. Les deux premiers lots de missiles M 51 ont été commandés en 2004 et 2006. Le troisième et dernier doit l'être en 2009.

Pour la composante océanique, la période de programmation sera marquée par trois opérations principales.

En premier lieu, le lancement, à compter de 2010, de l'adaptation au missile M 51 des trois premiers SNLE NG. Elle sera effectuée durant la période d'indisponibilité pour entretien et réparation (IPER) des sous-marins, sur une durée de 30 mois. Deux SNLE-NG devraient être adaptés en version M 51 durant la programmation.

Deuxièmement, l'aménagement des infrastructures de l'Ile Longue se poursuivra. L'adaptation des installations au M 51 ne représente qu'une faible part du coût du programme, qui couvre également une réhabilitation plus globale des anciennes installations pyrotechniques et l'aménagement et l'entretien des bassins et servitudes générales.

Enfin, la troisième opération, majeure, réside dans la réalisation de la tête nucléaire océanique, qui n'entrera cependant en service qu'à l'horizon 2015.

Les dotations relatives à la composante océanique, incluant la TNO, représenteront environ la moitié de l'ensemble des dépenses consacrées à la fonction « dissuasion » sur la période de programmation.