Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

ANNEXE I -
LES PRÉPARATIONS MILITAIRES

(Source : Ministère de la Défense)

Le dispositif des préparations militaires accueille aujourd'hui près de 24 000 jeunes chaque année, soit environ 10 % des appelés (cf. tableau joint).

Dans le cadre du code actuel du service national, les préparations militaires sont aujourd'hui étroitement et exclusivement liées au service militaire.

Les préparations militaires poursuivent aujourd'hui deux objectifs principaux, sélectionner et amorcer la formation de cadres appelés, officiers et sous-officiers, et former les futurs appelés dans certaines spécialités. Elles offrent en outre à ceux qui s'y astreignent certains avantages dans l'accomplissement de leurs obligations militaires. Au-delà de la sélection et de la formation de futurs jeunes appelés, les armées les ont toujours considérées aussi comme de précieux outils de rayonnement, objectif clairement affiché par la Marine en particulier.

a) Le régime actuel des préparations militaires

Il existe aujourd'hui plusieurs catégories de préparation militaire.

La préparation militaire terre encadrement : elle vise à donner une formation physique militaire et morale pour préparer à occuper un poste d'encadrement et offre ensuite la possibilité de suivre une préparation militaire supérieure. Elle se déroule sur un cycle de six jours et peut s'effectuer par périodes échelonnées dans l'année de trois fois deux jours.

La préparation militaire terre de spécialité : outre la préparation militaire parachutiste qui absorbe les effectifs les plus nombreux (9 016 en 1996) il existe des options " transport ", " travaux ", " santé " (au profit du service de santé des armées) " sécurité civile " (au profit des UISC). Ces préparations militaires permettent de donner une première formation technique dans certaines spécialités nécessaires aux armées. Leur durée est variable : une douzaine de jours pour la préparation militaire parachutiste, quinze jours pour la préparation militaire option sécurité civile.

La préparation militaire Marine et air : elle vise à donner une formation élémentaire à l'armée concernée, et se déroule sur quelques demi-journées par mois, complétées par un stage d'initiation d'une semaine environ pendant les vacances scolaires.

La préparation militaire supérieure : elle est destinée à sélectionner une partie des élèves-officiers de réserve des trois armées, et les prédestine à effectuer leur service national dans l'armée dans laquelle ils ont effectué leur préparation militaire. Elle se déroule sous forme d'une période bloquée de trois semaines.

b) La possibilité de bénéficier d'au moins une année de report supplémentaire est le principal des avantages conférés par un brevet de préparation militaire.

L'obtention du brevet d'une préparation militaire, outre l'assurance d'effectuer son service militaire dans une armée ou spécialité choisie, voire dans une affectation donnée, comme officier ou sous-officier, permet de bénéficier de quatre jours de permissions supplémentaires, et surtout d'un report supplémentaire (jusqu'à 25 ans pour les préparations militaires et 26 ans pour la préparation militaire supérieure).

c) Les moyens consacrés par les armées aux préparations militaires sont très divers

La Marine, comme l'armée de l'air, ont un dispositif très déconcentré et entièrement encadré par du personnel de réserve.

La Marine compte 65 centres de préparation militaire marine et trois centres de préparation militaire supérieure (Lorient, Brest, Marseille) ; l'encadrement est assuré par 406 officiers et officiers mariniers de réserve.

L'armée de l'air dispose de 36 centres dont l'encadrement est assuré par 158 officiers et 293 sous-officiers de réserve.

L'armée de terre comptait jusqu'en 1997, 22 centres d'instruction prémilitaire (CIPM) comportant une section parachutiste et une section terre pour les préparations militaires encadrement ; les préparations militaires de spécialités étaient organisées dans 12 corps supports (CIPM Vincennes, 1°RM-Metz, CIPM-Marseille, ENORSSA-Libourne, 72e RG-Castelsarrasin, 1er RG-Illkirch, 2e RG-Metz, 3e RG-Charleville, 19e RG-Besançon, 516e RT-Toul, 511e RT-Auxonne, 515e RT-Ruelle) et les préparations militaires supérieures dans le cadre d'un CIPM, la période bloquée étant à la charge de chaque CMD et se déroulant généralement dans un camp.

Chaque CIPM avait un effectif moyen de 20 personnes, 4 officiers, 6 sous-officiers, 2 aspirants, 9 militaires du rang appelés et 2 civils.

*

* *

Le dispositif actuel devra donc être aménagé, parallèlement à la montée en puissance de la professionnalisation, pour répondre à deux objectifs majeurs : conforter le lien armée-nation, et contribuer au recrutement des réservistes mais aussi des volontaires.

PRÉPARATION MILITAIRE 1996

INSCRITS

INSTRUITS

BREVETS

% BREVETS

PAR RAPPORT AUX INSTRUITS

AIR

3 367

2 522

2 095

83,1 %

MARINE

3 502

2 973

2 922

98,3 %

encadrement s/officier

6 004

2 717

2 449

90,1 %

encadrement oficier

5 653

2 989

2 756

92,2 %

TERRE

spécialiste transport

728

458

363

79,3 %

spécialiste travaux

106

48

43

89,6 %

spécialiste santé

46

35

34

97,1 %

Total Terre

12 537

6 247

5 645

90,4 %

PARACHUTISTE

10 323

9 016

6 956

77,2 %

SÉCURITÉ CIVILE

46

35

34

97,1 %

PRÉPARATION MILITAIRE SUPÉRIEURE

BREVETS

TERRE

1 439

AIR

951

MARINE

126



Retour Sommaire Suite