Allez au contenu, Allez à la navigation



 



Retour Sommaire Suite

II. LES RÉSULTATS DU COMMERCE EXTÉRIEUR

A. L'ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL

1. Le fléchissement de la progression des échanges commerciaux dans le monde en 1996

En 1996, les échanges commerciaux ont connu un net fléchissement de leur progression, qui s'est limitée à 5,5 %, sous l'effet de deux phénomènes :

le tassement des importations des pays de l'OCDE entamé dès le deuxième semestre de 1995, qui s'est confirmé en 1996. Sur l'ensemble de l'année, le volume des importations n'a ainsi progressé que de 5,3 %, contre plus de 9 % en 1995. Le fléchissement de la croissance économique en Europe et plus particulièrement de l'Union européenne (croissance réelle moyenne de 1,5 % en 1996) s'est fait ressentir, la progression des importations de l'Europe occidentale et de l'Union européenne se limitant à 3 % et 2,5 % respectivement en 1996, alors que l'Europe occidentale compte pour plus de 40 % des échanges mondiaux, cette part étant de plus de 20 % pour les seuls pays de l'Union européenne ;

le ralentissement de la croissance des échanges dans les pays émergents (hausse du volume des importations de 6,4 % en 1996 contre plus de 11 % en 1995). Il a été particulièrement sensible pour les pays émergents d'Asie, pour lesquels les exportations n'ont augmenté que de 3 % en 1996 (contre + 19 % en 1994 et + 16 % en 1995), sous les effets conjugués de la mise en place de politiques visant à éviter une surchauffe de l'économie dans certains pays d'Asie de l'est, de la dépréciation du yen entraînant une baisse de compétitivité face au Japon et d'une baisse des prix et de la demande de composants électroniques, qui restent le principal secteur d'exportations pour un certain nombre de ces pays. Enfin, si ce ralentissement dans les pays émergents n'a pas épargné les pays d'Europe centrale et orientale au premier semestre 1996, les importations de ces pays se sont cependant redressées dans la deuxième partie de l'année.

2. Perspectives pour 1997 et 1998 : la croissance des échanges devrait retrouver un rythme supérieur à 7 % par an.

Selon les projections, le volume des échanges mondiaux devrait retrouver un rythme de croissance supérieur à 7 % en 1997, rythme qui se confirmerait en 1998. Le regain de croissance attendu en Europe (2,3 % de croissance annuelle prévue pour l'Union européenne pour la période 1997-2001, contre 1,5 % entre 1992 et 1996), entraînerait une légère accélération de la demande de cette zone. Le probable ralentissement des importations américaines pourrait néanmoins ralentir la progression de la demande de l'ensemble des pays avancés au deuxième semestre de 1997.

Quant aux pays émergents, la croissance de leurs échanges commerciaux continue d'être supérieure à la moyenne mondiale. C'était déjà le cas en 1994 et 1995, avec une progression en volume supérieure à 11 % par an. En 1996, malgré le très net ralentissement observé pour les exportations des pays d'Asie de l'est, la différence était encore de plus de 1 % (+ 6,4 % pour les pays émergents contre + 5,3 % pour les pays de l'OCDE). Il faut noter néanmoins que cette progression a été beaucoup plus marquée en valeur pour les pays exportateurs de pétrole (+ 9 %), qui ont pu tirer profit de la montée des cours du pétrole conjuguée à une demande soutenue. S'il est difficile de prévoir les conséquences exactes de la hausse du dollar depuis le début de l'année 1997, entre gains ou pertes de compétitivité par rapport à leurs principaux concurrents selon la politique de change de chaque pays ("arrimage" de leur monnaie au dollar américain pour un certain nombre d'entre eux), les prévisions pour 1997 et 1998 tablent sur une hausse des exportations des pays émergents supérieure à celle des pays développés.

Le poids des pays en voie de développement dans la demande mondiale a donc tendance à augmenté : de 23 % en 1980, il a atteint 35 % en 1996 et pourrait se rapprocher de 40 % en l'an 2000. Le commerce mondial de produits manufacturés a fortement ralenti en 1996, en raison du tassement de la demande intérieure dans les pays de l'OCDE et dans les pays émergents en début d'année.

Retour Sommaire Suite