Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information




Retour Sommaire Suite

D. INVESTIGATIONS NATIONALES (TITRE IV)

Les articles 48 à 51 du projet de loi (titre IV) posent le principe de l'exercice, par l'autorité administrative, d'enquêtes destinées à vérifier le respect des obligations posées par le présent projet. L'article 48 permet donc d'"exiger de toute personne les renseignements destinés à permettre à l'Etat de répondre, en temps voulu, aux demandes d'éclaircissement" de l'OIAC. Les contrôles susceptibles d'être mis en oeuvre en application du titre IV du projet de loi sont effectués par des agents assermentés.

L'article 49 autorise ceux-ci :

- à accéder aux installations utilisées pour des activités portant sur les produits chimiques inscrits à l'un des trois tableaux ou sur des produits chimiques organiques définis ;

- à prendre communication et copie de documents commerciaux relatifs à une opération donnée (factures, documents d'expédition...) ;

- à prélever des échantillons.

E. SANCTIONS ADMINISTRATIVES ET PÉNALES (TITRE V)

Les articles 52 à 81 (titre V) définissent les sanctions administratives et pénales dont peuvent être assortis les manquements aux obligations posées par le présent projet de loi en application de la convention sur l'interdiction des armes chimiques.

Ces sanctions sont aussi lourdes, voire sévères, que les infractions au présent projet de loi peuvent être graves. Les sanctions administratives et pénales encourues par ceux qui se livreraient aux activités interdites par la convention ont fait l'objet d'une analyse substantielle par notre excellent collègue, M. Jean-Paul Amoudry, rapporteur pour avis de la commission des lois. Votre rapporteur se bornera donc ci-après à rappeler, pour mémoire, l'échelle des peines prévues par le titre V du présent projet de loi en cas d'infraction concernant les armes et les produits chimiques.

1. Sanctions administratives

Les sanctions administratives visent les manquements au présent projet de loi qui conduiraient la France à faire des déclarations incomplètes à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, et donc à ne pas respecter la convention du 19 janvier 1993.

- Le refus opposé aux agents de l'administration chargés d'exercer les contrôles nationaux prévus par l'article 49 du projet de loi est passible d'une astreinte journalière dont le montant peut aller jusqu'à 50.000 francs, et dont le total est limité à 1,5 million de francs.

- Le manquement aux obligations de déclaration prévus par l'article III de la convention, et le refus de répondre à une demande d'information présentée dans le cadre d'une investigation nationale (article 48 du projet de loi) peuvent donner lieu à une amende de 500 000 francs au plus.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli