Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information




Retour Sommaire Suite

C. LA LIBÉRALISATION PROGRESSIVE DES PRIX DANS LES PAYS DE L'EX-BLOC COMMUNISTE

La situation dans les pays de l'ex-bloc communiste se caractérise par la distorsion qui affecte la structure des prix de l'énergie. Dans la plupart de ces pays, les tarifs du gaz et de l'électricité destinés aux ménages sont inférieurs à ceux des gros consommateurs et parfois même inférieurs aux prix de revient. Ce sont les industriels qui subventionnent la consommation d'énergie des ménages, ce qui est source d'inefficience économique.

1. L'augmentation des prix en République tchèque

La structure des coûts énergétiques en République tchèque reflète ainsi encore très largement le poids des décisions administratives. Les augmentations décidées en 1995 et 1996 sont en effet restées timides et n'ont que très légèrement rapproché les tarifs administrés des prix de marché.

Le coût très faible de l'énergie pour les ménages interdit toute politique d'économies d'énergie et incite au contraire au gaspillage. Par ailleurs, les compagnies de distribution n'ont d'autre choix que de faire supporter aux gros consommateurs industriels des prix relativement élevés afin de compenser leurs pertes sur la clientèle des particuliers. Ainsi, selon des estimations de Cityplan, le prix du gaz domestique devrait quadrupler et celui du gaz destiné aux chaudières tripler pour retrouver une valeur normale.

Pour corriger ces distorsions de prix, les autorités tchèques ont décidé au début de l'année 1997 d'accélérer la libéralisation des prix de l'énergie. Les tarifs de l'électricité et du gaz ont ainsi connu une hausse de 15 % en juillet 1997. Depuis, des divergences d'approche sur l'échéancier et l'ampleur des augmentations de tarif à prévoir pour 1998 et les années suivantes se sont fait jour au sein du Gouvernement, mais il est vraisemblable que les tarifs augmenteront de nouveau en juillet 1998.

Pour autant, il est probable que les autorités tchèques souhaiteront garder un droit de regard minimum sur les prix de l'énergie en raison de la politique monopolistique des distributeurs de chaque région.

Compte tenu de ce qui précède, nul ne s'étonne que la consommation énergétique tchèque soit 2 à 4 fois plus importante que dans les pays de l'OCDE, à production égale. La production de ce pays à forte tradition industrielle, disposant, pendant la période communiste de ressources énergétiques abondantes en provenance de Russie, s'est faite en dépit de toute considération écologique. La République tchèque est aujourd'hui l'un des pays les plus pollués d'Europe.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli