Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information




Retour Sommaire Suite

1. Le Danemark est un pionnier dans l'exploitation du potentiel éolien

L'industrie éolienne danoise détient un incontestable leadership sur le marché mondial (50 % du marché mondial). Cet avantage est dû au développement précoce de l'énergie éolienne au début des années 1980 et à la continuité du soutien (subventions, puis bonification tarifaire).

En décembre 1995, l'industrie éolienne danoise comptait ainsi 9 000 emplois (1 760 chez les fabricants et 7 240 chez les sous-traitants, consultants et sociétés de maintenance), soit plus que le secteur des pêcheries. Le volume exporté en 1995 était de 480 MW pour une valeur de 2,8 GF.

En 1996, la contribution de l'électricité éolienne au Danemark était de 1,55 Twh/an, soit 4 % de l'électricité produite pour 835 MW installés. Quant au coût du kWh éolien au Danemark, il était compris entre 0,264 et 0,352 F/kWh selon les sites en 1995. La taille des turbines a décuplé (de 50 à 500 kw) et le coût des générateurs éoliens a été divisé par deux en dix ans.

2. L'éolien décolle en Espagne

Les énergies renouvelables représentaient une production de 5 000 GWh en 1997, soit 3 % de la production électrique de l'Espagne, l'essentiel étant d'origine mini-hydraulique. Toutefois, l'Espagne a opté pour un développement accéléré de l'exploitation de l'éolien.

La nouvelle loi du secteur électrique accorde d'ailleurs une place non négligeable à ces énergies, bien que les incitations soient revues à la baisse.

S'agissant de l'éolien, la puissance installée est passée de 115 MW répartie sur 36 parcs éoliens en 1996 à près de 400 MW fin 1997. On prévoit une production de 1 700 MW en l'an 2000, soit 2 % de la production électrique totale et un investissement de 8 milliards de francs. Le ministère de l'industrie estime qu'à cette date, la consommation d'électricité d'un million de foyers espagnols proviendra des éoliennes et considère que le potentiel pourrait un jour atteindre 10 % de la production électrique nationale.

Deux facteurs sont à l'origine de ce décollage soudain :

- les progrès technologiques qui ont ramené les coûts d'installation du kw de 16.000 à 6 000 francs en dix ans ;

- l'obligation faite aux compagnies électriques d'acheter l'électricité produite par les éoliennes à un coût supérieur de 20 % au prix du marché sur la période 1996-2000 (12,3 pesetas).

Si l'Andalousie et les Canaries sont les régions autonomes les mieux équipées en parcs éoliens, les meilleures perspectives de croissance se trouvent cependant en Galice, en Aragon et en Navarre. Le plan galicien, très ambitieux, prévoit d'atteindre les 2 000 MW en dix ans, ce qui paraît surévalué.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli