Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information




Retour Sommaire Suite

3. L'Italie place des espoirs dans l'énergie photovoltaïque

En Italie, la contribution des sources d'énergie renouvelables à la consommation globale d'énergie s'élève à 6 % et correspond à 10 Mtep. Il s'agit pour l'essentiel d'énergie hydroélectrique, de géothermie et de biomasse. Les prévisions font état d'une contribution de 12 % en 2010.

Une loi de 1991 a mis en place des mesures incitatives en faveur de la production d'énergie à partir de sources renouvelables. Elle prévoit :

- la suppression des limitations imposées à l'auto-production : la loi de nationalisation de 1962 prévoyait un seuil minimum de 70 % d'autoconsommation ;

- la détermination de conditions favorables de cession d'énergie électrique à l'Enel : contrats à long terme et prix subventionnés ;

- la confirmation de la responsabilité de l'Enel en tant que coordinateur et programmateur de la production. Les projets de production indépendante sont subordonnés à une vérification comptable de la part de la compagnie nationale.

Les projets de production indépendante autorisés dans le cadre de la loi de 1991 représentent une puissance de 8 000 MW, dont 2.500 sont en fonctionnement depuis 1996.

L'Italie dispose ainsi de 1 876 centrales hydrauliques pour une puissance de plus de 16 MW et une production annuelle de 37 780 GWh. Cependant, le recours à l'énergie hydroélectrique est en diminution compte tenu du faible nombre de nouveaux projets de la part des auto-producteurs ces cinq dernières années (+ 300 GWh), notamment en raison de procédures administratives complexes. Les mesures incitatives du comité interministériel (CIP n° 6) ne suffisent pas à assurer la rentabilité d'un projet.

S'agissant de l'énergie éolienne, l'Italie dispose d'une puissance installée de 70 MW, dont une vingtaine proviennent d'installations expérimentales de première génération. 50 MW de puissance additionnelle ont été installés en 1996.

L'Italie bénéficie pourtant d'un environnement favorable pour le développement de l'énergie éolienne, en particulier dans les Appenins et en Sicile. Au cours du premier semestre 1996, l'Enel a présenté des demandes d'autorisation pour l'installation de 1 800 MW, bien que 70 MW seulement aient été autorisés par le ministère de l'industrie.

En 1996, la Campanie et les Pouilles ont investi 110 milliards de lires dans de telles installations ; la Calabre et la Sicile s'apprêtent à suivre leur exemple, notamment grâce à l'aide des fonds structurels européens.

L'engouement pour l'énergie solaire, en particulier l'énergie solaire thermique à basse température, n'a pas été confirmé après l'essor des années 1970. On recense ainsi 10 000 m2 d'installations pour la production d'eau chaude.

En revanche, l'énergie photovoltaïque bénéficie d'une attention plus favorable. En 1994, elle a fait l'objet d'un accord programme d'une durée de trois ans entre l'Enea38(*) et le ministère de l'industrie, qui prévoit un financement de 50 milliards de lires. A Serre, dans la province de Salerno, a été construite la plus grande centrale photovoltaïque du monde, d'une puissance de 3 300 kw.

A l'échelle nationale, le secteur est caractérisé par une multitude d'utilisateurs, isolés pour la plupart du réseau de distribution électrique : installations isolées, installations pour l'électrification de groupements d'habitations en zone rurale, installations connectées au réseau de distribution. Selon les estimations de l'Enea, la puissance installée atteignait 15.350 kw en 1995 pour une production d'énergie de 13.173 MWh.

Enfin, dans le cadre du programme Thermie de la Commission européenne, l'Enel installera des sites photovoltaïques d'une puissance maximale de 3 à 6 kw pour une puissance globale de 48 kw.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli