Allez au contenu, Allez à la navigation



 

Retour Sommaire Suite

II. LES BONS RÉSULTATS DU COMMERCE EXTÉRIEUR FRANÇAIS

De 1993 à 1996, le commerce extérieur français a dégagé un excédent situé entre 45 et 74 milliards de francs. En 1997, l'excédent a fortement progressé pour atteindre 164 milliards de francs. La contribution des échanges extérieurs à la croissance a été en moyenne de + 0,4 % entre 1990 et 1998, ce qui a contribué au soutien de l'activité dans une période de faible croissance.

A. LE COMMERCE EXTÉRIEUR FRANÇAIS EN 1998

En 1998, pour la septième année consécutive, le commerce extérieur de la France a dégagé un excédent, qui s'est élevé à 148 milliards de francs, soit environ 1,6 % du produit intérieur brut. Ce solde fait suite à l'excédent record enregistré en 1997, et constitue une bonne performance, compte tenu des effets de la crise asiatique et de la reprise de la demande intérieure.

Ce résultat s'explique notamment par le repli important du déficit énergétique et par le maintien d'une bonne compétitivité-prix des produits français, les exportateurs compensant, par des efforts de marge, la hausse du taux de change du franc. Les exportations ont augmenté de 6,7 % en volume, soit une progression nettement supérieure à la croissance du commerce mondial (3,5 %). Cependant, les exportations n'ont pas cessé de ralentir au cours de l'année, en raison de la détérioration de l'environnement international et du contexte de change défavorable à la compétitivité des produits français.

1. Analyse géographique

Sur le plan géographique, l'évolution de notre commerce extérieur en 1998 a été contrastée. L'excédent commercial avec l'Union européenne est resté élevé (63,8 millions de francs), bien qu'en réduction du fait d'une croissance des importations de 10,8 %, contre une moindre croissance des exportations (7,9 %). Le déficit avec les autres pays de l'OCDE s'est réduit, mais pas pour tous les pays, puisque les ventes vers les Etats-Unis ont progressé de 20 %, alors que celles à destination du Japon ont diminué de 4 %. La crise asiatique s'est traduite par une forte dégradation du solde commercial avec les pays d'Asie en développement rapide, puisque les ventes françaises ont chuté de 17 %, tandis que les importations en provenance de ces pays, favorisées par l'évolution des changes, ont augmenté de 6,5 %. L'excédent est resté stable avec les pays de l'Est et a augmenté fortement avec le Moyen-Orient du fait de la chute des prix du pétrole. Enfin, les exportations vers les pays d'Afrique ont augmenté de 16 %.

2. Analyse sectorielle

Sur le plan sectoriel, l'excédent des industries agro-alimentaires s'est réduit après avoir atteint un niveau exceptionnel en 1997, du fait de la crise en Asie et en Russie. Le déficit des biens de consommation s'est accru de 11,5 milliards de francs, car la reprise de la consommation intérieure a provoqué une hausse importante des importations. Pour la même raison, et malgré une bonne performance des constructeurs français à l'exportation, l'excédent en matière d'automobiles a légèrement régressé. Le solde des biens intermédiaires s'est dégradé de 17 milliards de francs, tandis que le commerce de bien d'équipement dégage un excédent élevé, avec notamment un excédent de 10 milliards de francs pour les téléphones portables, et de 44 milliards de francs pour la construction aéronautique.

La contribution négative du commerce extérieur à la croissance s'est nettement amplifiée en 1998, avec l'entrée en récession de la majeure partie des pays émergents, pour atteindre -1,5 % en 1998.

La bonne performance du commerce extérieur français dans un contexte de dégradation de la conjoncture internationale et de reprise de la consommation intérieure souligne le caractère structurel de l'excédent du commerce extérieur.

Retour Sommaire Suite