Vous êtes ici : Rapports > Rapports d'information



Retour Sommaire Suite

c) La formation à l'utilisation de matériel

L'une des attractions -impressionnante et imposante- du salon Imagina 1997 fut sans doute " la coupe de bois virtuel ".

Encadré n°12

" LA COUPE DE BOIS VIRTUEL "

Il s'agit d'un simulateur simulant le fonctionnement d'une abatteuse de bois. Ce simulateur ARVESTER -Abattage Reconstitué Virtuellement En Synthèse Temps Réel- a été réalisé en 1996 par l'École Nationale Supérieure d'Arts et Métiers de Cluny, qui s'était déjà illustrée dans ce domaine quatre ans auparavant avec la reconstitution de l'abbaye de Cluny.

Selon le principe adopté pour la plupart des simulateurs, ARVESTER se compose de deux parties distinctes : une partie mécanique, un écran.

Il y a tout d'abord la reproduction exacte d'une cabine d'abatteuse, montée sur un vérin, à hauteur réelle ; l'intérieur de la cabine est lui aussi la reproduction parfaite d'une véritable machine, avec un tableau de commandes pour le tracteur, la grue et le bras de coupe. La cabine est d'ailleurs prolongée par un vrai bras de coupe, identique au bras réel.

Seule différence avec une machine réelle, le bras n'est pas muni d'un appareil de grutage ou de coupage, mais d'un écran de 2,5 mètres sur 1,9 mètre, solidaire de la cabine. L'ensemble fait 5,5 mètres de haut et pèse 3,5 tonnes. Un simulateur graphique reproduit sur l'écran l'image correspondant aux commandes en cabine, commandes de déplacement et commandes de coupe. La reconstitution du visuel est en temps réel, avec 10 à 15 images par seconde.

L'image du terrain et de la forêt se modifie en fonction du déplacement commandé en cabine. Le bras, prolongé sur l'écran, saisit l'arbre [virtuel] à la base, le coupe, le billonne. Le réalisme est accentué grâce à l'interface entre l'organe hydraulique et l'organe informatique qui permet par exemple de reproduire les secousses lorsque le tracteur avance sur un terrain accidenté ou lorsque le bras bute sur un tronc. L'adjonction du bruit du moteur donne une touche finale.

Ainsi, l'apprenant est installé dans une -vraie- cabine d'abattage, munie d'un -vrai- bras de coupe, mais il se déplace dans une forêt de synthèse et coupe un bois virtuel.

Ce simulateur est destiné aux professionnels du bois, notamment dans les très grandes exploitations du Canada ou de Finlande. L'apprenant en formation sur simulateur se familiarise avec le système de pilotage de l'engin, au système de commande des coupes, et acquiert ainsi quelques automatismes.

Le prototype revient à 2,7 millions de francs, comprenant notamment 500.000 francs de cabine et 1 million de francs de calculateur graphique.

Source : ENSAM Cluny.

Retour Sommaire Suite



Haut de page
Actualités | Travaux Parlementaires | Vos Sénateurs | Europe et International | Connaître le Sénat | Recherche
Liste de diffusion | RSS | Contacts | Recrutement | Plan | Librairie | FAQ | Mentions légales | Accessibilité | Liens | Ameli