Allez au contenu, Allez à la navigation

11 décembre 1997 : Les images de synthèse et le monde virtuel : techniques et enjeux de société ( rapport de l'opecst )

 


Retour Sommaire Suite

E. LES UTILISATIONS PÉDAGOGIQUES OU À VOCATION DE SERVICE PUBLIC

L'utilisation des images de synthèse, en médecine par exemple, avait déjà montré que l'image de synthèse n'est pas seulement une technique réservée aux professionnels de la communication, à l'industrie et au commerce, mais pouvait trouver des applications moins liées au marché. L'image de synthèse pénètre en effet bien d'autres secteurs d'activité. Trois directions peuvent être données : les utilisations à vocation culturelle, l'image de synthèse et l'administration, l'image de synthèse et les collectivités locales.

1. Les utilisations à vocation culturelle

a) Les reconstitutions de sites

L'utilisation des images de synthèse en architecture46(*) a tout naturellement conduit les opérateurs à envisager de représenter non plus des projets, mais des bâtiments disparus. Lorsque le bâtiment est connu par des plans anciens, des documents et, d'une façon générale, lorsque la connaissance de l'édifice est sérieuse, la réalisation d'une maquette virtuelle en images de synthèse ne pose pas de problème particulier.

En 1992, la reconstitution en images de synthèse de l'abbaye de Cluny, fruit d'une coopération entre le conservateur du musée, les architectes de l'ENSAM et les ingénieurs d'IBM, a été l'une des premières opérations d'envergure ayant ouvert la voie à ce type d'application.

Des quartiers de Paris sous la Révolution, les pyramides d'Égypte, des cités Incas47(*), ont également été réalisés. La reconstitution virtuelle du sanctuaire d'Athena à Delphes en 199548(*), marque une évolution dans les techniques. Cette opération a été réalisée au profit de l'École française d'Athènes, par les écoles d'architecture de Nancy et Bordeaux, grâce à une opération de mécénat d'Électricité de France. Le projet différait des précédents dans la mesure où la maquette virtuelle n'était pas réalisée à partir de plans, mais à partir des ruines existantes, des éléments de construction subsistant sur le terrain. Ainsi, les pierres, tuiles, sculptures retrouvées sur place ont-elles été modélisées, et l'ensemble des matériaux a-t-il été assemblé comme un jeu de puzzle et de construction 3 D. La construction a pris forme peu à peu. Les tâtonnements ont permis de sortir d'impasses architecturales (pente du toit par exemple) et de recréer le site tel qu'il était à l'origine, selon toute vraisemblance. L'ensemble est incrusté dans une image du paysage naturel. Dans cet exemple, l'image de synthèse n'a pas seulement permis de restituer ou visualiser des monuments disparus, mais aussi d'utiliser des outils de modélisation pour faire avancer les connaissances relatives à l'architecture du site.

Retour Sommaire Suite