Allez au contenu, Allez à la navigation



Compensation du handicap : le temps de la solidarité

 

2. L'aide à l'employabilité des personnes handicapées

Après la publication du rapport fédéral du Groupe de travail sur les personnes handicapées et une décision des premiers ministres provinciaux, en 1996, faisant de l'amélioration de la condition des personnes handicapées une des grandes priorités de la réforme des politiques sociales, le Gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux sont convenus d'un cadre multilatéral pour l'Aide à l'employabilité des personnes handicapées (AEPH), portant sur une période qui s'étend du 1er avril 1998 au 31 mars 2003.

L'AEPH prend la forme de contributions fédérales versées aux provinces dans le but de soutenir des programmes visant à aider les personnes handicapées à se préparer à l'emploi, puis à obtenir et à garder un emploi.

Les crédits fédéraux affectés à l'AEPH totalisent 193 millions de dollars par an (135 millions d'€) pour la durée des ententes bilatérales. La plupart des provinces considèrent cependant que l'AEPH étant un simple mécanisme de financement intergouvernemental, il ne dicte en rien leurs décisions concernant la nature des services et programmes qu'ils destinent aux personnes handicapées.

3. L'aide aux étudiants

Parce qu'un grand nombre de personnes handicapées doivent assumer des frais supplémentaires pour poursuivre des études supérieures, des subventions fédérales pour études pouvant aller jusqu'à 5.000 $ par année (3.500 €) sont accordées pour aider à payer le coût des services et du matériel requis : enseignants-tuteurs, interprètes (oraux et gestuels), soins auxiliaires, transport scolaire adapté aller-retour, évaluations des troubles d'apprentissage, preneurs de notes, appareils de lecture et machines à écrire pour aveugles. Plus de 4.500 étudiants handicapés profitent de cette aide.

Le budget fédéral de 2001 a porté de 5.000 $ à 8.000 $ (5.600 €) la subvention maximale accordée aux étudiants gravement handicapés dont les besoins entraînent des coûts très élevés.

Abstraction faite de ces subventions, certains étudiants handicapés estimaient que le montant maximal des prêts aux étudiants était insuffisant eu égard à leurs besoins. Le budget fédéral de 2001 leur a accordé une subvention supplémentaire d'au plus 2.000 $ par année (1.400 €).