Allez au contenu, Allez à la navigation



 

III. L'ÉVOLUTION STATUTAIRE DE SAINT-BARTHÉLEMY : LES MOYENS D'UN DÉVELOPPEMENT PÉRENNE

Lors de sa rencontre avec la délégation, la municipalité de Saint Barthélemy a exprimé sa volonté de clarifier, par l'évolution statutaire, la situation juridique de l'île dans certains domaines et de rapprocher les citoyens de la prise de décision. La future collectivité d'outre-mer devrait, en raison de sa faible étendue géographique, exercer de nombreuses compétences lui conférant un statut d'autonomie.

A. UNE SITUATION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE STABLE

1. Une économie orientée vers le tourisme haut de gamme

Depuis une vingtaine d'années, l'économie de Saint-Barthélemy est presque exclusivement orientée vers le tourisme haut de gamme. Naguère isolés, les Saint-Barths ont su faire de certaines contraintes objectives, telles que la difficulté d'accès et le coût élevé de la vie, des atouts pour fidéliser une clientèle fortunée, en majorité nord-américaine, attirée par le développement harmonieux de l'urbanisme et la sécurité de l'île.

Saint-Barthélemy accueille chaque année 70.000 touristes dans ses hôtels et villas et 130.000 visiteurs arrivant par bateau. En haute saison, la clientèle américaine représente jusqu'à 70 % des visiteurs.

L'île bénéficie d'infrastructures de qualité. Ainsi, l'aéroport de Saint-Jean Gustave III a été modernisé et des travaux d'envergure ont amélioré son approche à l'atterrissage. La longueur de la piste ne permet toutefois que l'atterrissage de petits avions, transportant jusqu'à vingt personnes. Le trafic de l'aéroport s'élève à 200.000 passagers par an.

Si les paquebots de croisière, que le port de Gustavia30(*) ne peut accueillir, doivent mouiller au large, le trafic des yachts et des ferries s'est bien développé, avec près de 293 places réservées aux abonnés à l'année et 187 places pour les bateaux de passage.

Ainsi, plus de 60% des entreprises installées à Saint-Barthélemy appartiennent au secteur tertiaire. Le parc hôtelier de l'île est essentiellement constitué d'hôtels de luxe, auxquels s'ajoutent près de 400 villas de location, gérées par quelques sociétés spécialisées. Le tourisme haut de gamme s'accompagne d'un commerce de luxe, avec près de 200 magasins de vente en détaxe. L'activité économique de l'île est donc essentiellement saisonnière et soumise aux effets des fluctuations du taux de change du dollar.

Le secteur du bâtiment et des travaux publics tient une place importante, l'île bénéficiant notamment des investissements de citoyens américains construisant des habitations de grand standing, destinées à leur usage personnel ou à la location temporaire. Le chiffre d'affaires des entreprises de ce secteur connaît néanmoins une baisse, qu'expliquent à la fois l'étroitesse du marché et la volonté de la municipalité de préserver l'environnement.

Les membres du comité de liaison économique de Saint-Barthélemy ont indiqué à votre délégation qu'ils souhaitaient développer sur l'île les possibilités d'utilisation des technologies de l'information et des communications, et notamment les accès haut débit à l'Internet, afin d'inciter les touristes à prolonger leur séjour en leur permettant de poursuivre leurs activités professionnelles à distance.

L'île, où le chômage demeure très faible (190 chômeurs indemnisés au 1er novembre 2004, soit un taux de 4,2 %), accueille depuis quelques années une main-d'oeuvre étrangère provenant essentiellement du Portugal et du Brésil.

* 30 Le tirant d'eau du port de Gustavia est de 5 mètres.