Allez au contenu, Allez à la navigation



 

3. Préparer l'avenir par la création de « réserves de capacités »

Il est nécessaire que l'ensemble des acteurs publics ou privés pouvant être concernés prépare l'avenir en intégrant à toute construction nouvelle du génie civil susceptible d'accueillir un jour de la fibre. Il s'agit de créer des « réserves de capacités » permettant, en cas de besoin, l'implantation de réseaux.

Cette recommandation concerne tout particulièrement les travaux réalisés pour le compte des collectivités territoriales dans des domaines de leur compétence tels que l'aménagement des zones d'activités, l'urbanisme ou encore les investissements routiers.

Il importe, à cet égard, que celles-ci restent attentives à garder la maîtrise des infrastructures (génie civil, fourreaux...) susceptibles de supporter des réseaux de télécommunications, que certains opérateurs s'approprient parfois abusivement. Il s'agit d'un enjeu particulièrement important pour les zones d'activités économiques qui font actuellement l'objet d'un raccordement direct en fibre optique.

Mais cette nécessité de prévoir des réserves de capacité s'impose aussi aux travaux conduits sur des infrastructures appartenant à l'Etat, telles que les voies navigables, le réseau ferroviaire ou les autoroutes.