Allez au contenu, Allez à la navigation



La défiscalisation des usines de traitement du nickel en Nouvelle-Calédonie

 

III. DEUX PROJETS POUR ASSURER LE DÉVELOPPEMENT DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE

A. RÉÉQUILIBRER LE TERRITOIRE, ASSURER LA PROSPERITÉ DU SUD : LA PHILOSOHIE DES DEUX PROJETS

1. Goro Nickel et Koniambo

Deux projets, d'ampleur sensiblement équivalente, sont actuellement prévus en Nouvelle-Calédonie, et font l'objet de développements détaillés dans les deux parties du présent rapport d'information : Goro-Nickel au Sud et Koniambo au Nord. Pour résumer à ce stade :

- le projet du Sud est celui de la continuité pour une province déjà riche et qui cherche à préparer son développement pour les prochaines décennies. Situé non loin de Nouméa, de nombreuses infrastructures sont déjà construites, et l'engagement des partenaires, après de nombreux délais, semble assuré. Deux défis de taille se posent cependant : d'une part, la technologie utilisée est extrêmement novatrice, et pourrait, en cas de succès, servir de modèle pour un grand nombre de mines, d'autre part, la question environnementale est au coeur des débats et se voit accorder une place tout à fait particulière par les populations locales ;

le projet du Nord, situé dans une région nettement moins équipée, possède une dimension politique primordiale : c'est le projet du rééquilibrage, celui qui a permis de parvenir à la signature des accords de Nouméa. Une attention extrême est apportée à l'association des populations locales, notamment en termes de formation et d'emploi.

Si le chiffrage en termes d'investissement de ces deux projets n'est pas encore connu avec précision, il devrait dépasser les 4 milliards de dollars, ce qui est considérable, et les place dans les tous premiers investissements industriels dans le monde à l'heure actuelle. Ils engendreront d'importantes retombées économiques et sociales, notamment en termes d'emplois avec la création d'environ 1.800 emplois directs et 3.000 emplois indirects. Ils s'inscrivent par ailleurs dans la politique de rééquilibrage voulue par les partenaires institutionnels.

2. Des projets riches de promesses pour la Nouvelle-Calédonie

L'impact des projets métallurgiques dans l'économie calédonienne peut être apprécié, en première analyse par rapport au poids de l'investissement global, dont le montant approche celui de la production intérieure brute annuelle du territoire. En ce qui concerne la structure de l'économie, on peut ajouter que leur mise en exploitation se traduirait par un quasi triplement des exportations et plus qu'un doublement de la valeur ajoutée de la branche mines-métallurgie.

Une étude, financée par l'Agence Française du Développement (AFD), est actuellement en cours et devrait permettre de mesurer avec plus de précision l'impact de long terme sur l'économie du territoire de l'implantation simultanée de ces deux projets. Il faut en effet prendre en considération l'impact global pour le tissu économique : développement du secteur du BTP, des services, mais également risque pour la Nouvelle-Calédonie de ne pas pouvoir assurer la construction de ces projets et, en conséquence, de perdre des marchés face à des entreprises étrangères.