Allez au contenu, Allez à la navigation



Accès des ménages au crédit en France

 

4. Un impact limité de l'assouplissement des conditions monétaires

Comme dans plusieurs pays de la zone euro, la politique monétaire accommodante, mise en place pour contrecarrer le ralentissement économique, aurait moins profité aux Français qu'elle n'aurait pu.

 Les canaux de transmission des effets de richesse immobilière observables dans les pays où les actifs immobiliers servent usuellement de contreparties pour l'obtention de crédits sont relativement inefficaces en France.

CORRÉLATION ENTRE LA CROISSANCE DE LA CONSOMMATION PRIVÉE
ET L'ÉVOLUTION DES PRIX RÉELS DES LOGEMENTS

Notes : Les coefficients de corrélation instantanée sont calculés à partir de données annuelles, de 1971 à 2002. Les prix des logements sont déflatés au moyen de l'indice des prix à la consommation privée.

Source : Banque des règlements internationaux. Quotable Value New Zealand et OCDE.

La corrélation entre l'augmentation des prix réels des logements et les variations de la consommation n'est pas significative en France alors qu'elle est forte dans de nombreux autres pays.

Il en résulte que le canal immobilier exerce des effets beaucoup moins « puissants » en France et dans la zone euro, que dans les économies anglo-saxonnes.

Deux explications principales à cela :

- la situation particulière de l'Allemagne où, à la fois, pour des raisons structurelles (rentabilité dégradée du secteur bancaire qui rejaillit sur l'offre de crédit et surcapacités immobilières à la suite de la réunification) et conjoncturelles (très faible progression du revenu des ménages), ce canal est peu efficace ;

- l'insuffisante fluidité du marché du crédit hypothécaire dans la zone euro, ce qui conduit à mettre l'accent sur la nécessité de réformes structurelles dans ce domaine.

 Les renégociations des encours semblent être restées d'une ampleur trop limitée, si bien que les ménages déjà endettés n'auraient pas pleinement profité de la réduction des taux d'intérêt.

*

* *

En France, la distribution de crédit a exercé un impact favorable sur la demande des ménages. Elle a ainsi contribué à soutenir l'activité, y compris dans la récente période des difficultés économiques.

Toutefois, ces enchaînements dynamiques ont une moindre portée que chez nombre de nos partenaires.