Allez au contenu, Allez à la navigation



Le Palais de la découverte : un condensé de dysfonctionnements administratifs et politiques

 

I. DES QUESTIONS EXISTENTIELLES PARTIELLEMENT RÉSOLUES

La création de la Cité des sciences en 1985 a profondément bouleversé le paysage de la diffusion scientifique et technique en rompant la quasi exclusivité dont bénéficiait le Palais de la Découverte depuis 1937.

Cette question sur son positionnement stratégique vis-à-vis d'autres acteurs et sur son organisation s'est doublée d'une remise en cause de sa localisation géographique au sein du Grand Palais engagé dans une restauration d'envergure. Cette localisation du Palais de la Découverte semble aujourd'hui acquise.

Ces doutes ont toutefois peu affecté la fréquentation de l'établissement, qui, sans aucun doute, bénéficie d'une bonne image auprès du public, malgré son vieillissement.

A. LE PALAIS DE LA DÉCOUVERTE FACE, A COTÉ OU AVEC LA CITE DES SCIENCES ET DE L'INDUSTRIE ?

1. Quelles relations avec la Cité des sciences ?

La création de la Cité des sciences et de l'industrie en 1985 a entraîné de fortes interrogations sur la pertinence du Palais de la Découverte et de son maintien dans un lieu aussi prestigieux que celui du Grand Palais. Il a ainsi été envisagé un moment d'intégrer le Palais de la Découverte dans le complexe de la Villette.

Les relations entre la Cité des sciences et de l'industrie et le Palais de la Découverte restent encore aujourd'hui, aux yeux de votre rapporteur spécial, incertaines. Y-a-t-il vraiment une complémentarité entre les deux établissements tel que le prétend le directeur de l'établissement ? Cette complémentarité ne doit-elle pas être travaillée ? En outre, les discussions actuelles sur la mise en place d'éventuelles organes « miroir » entre les deux établissements (conseil d'administration et conseil scientifique) souligne le caractère encore flou de la relation qui doit prévaloir entre les deux musées, normalement constitutifs d'un pôle de référence en matière de diffusion scientifique et technologique.

Si le positionnement du Palais vis-à-vis de la Cité des sciences est une question essentielle, il convient également de noter la nécessaire clarification des relations du Palais vis-à-vis des autres acteurs de la diffusion scientifique, notamment régionaux.

2. La singularité relative du Palais de la Découverte

La création de la Cité des sciences et de l'industrie illustre également une autre réalité : la singularité du Palais est aujourd'hui moins prégnante qu'il y a quelques années. En effet, la médiation scientifique humaine imaginée par Jean Perrin ainsi que l'expérimentation par soi-même, a constitué un modèle repris par d'autres établissements de diffusion de la culture scientifique étrangers mais également français comme en témoigne la Cité des sciences. Ainsi la médiation humaine est particulièrement mise en avant par le Miraikan au Japon et L'exploratorium de San Francisco.

Ces deux points montrent que la définition des missions du Palais de la Découverte, comme le propose la mission des trois inspections doit être précisée (cf. annexe 2).