Allez au contenu, Allez à la navigation



Marée amère : pour une gestion durable de la pêche

 

(3) Vers les espèces pélagiques océaniques et d'eau profonde

L'extension géographique des pêcheries se retrouve dans les statistiques d'exploitation des espèces pélagiques océaniques, y compris les thonidés. Leur pêche se développe de manière constante depuis 1950, passant de moins de 2 à plus de 6 millions de tonnes. Depuis 1965, il n'y a plus de stocks inexploités. En 2004, 30 % étaient encore considérés comme en développement tandis que 35 % environ étaient identifiés comme en recouvrement ou sénescents.

La pêche des espèces profondes s'est beaucoup développée, la FAO comptabilise maintenant près de 115 espèces différentes. En 1950, moins de 20 % de cette ressource océanique était exploitée. Dès 1975-79, elles le sont en totalité et déjà près de 40 % des pêcheries sont considérées comme sénescentes. Ce pourcentage est maintenant supérieur à 50 %. Moins de 20 % sont considérées comme à maturité, le reliquat étant en développement. Cela montre la grande fragilité de cette ressource qui passe très rapidement de la pleine exploitation à la surexploitation.